29 décembre 2007

Le Kairouan

Kairouan00

Ce beau navire qu'était le "Kairouan" ne mouillait que quelques heures à Oran. "Joé, tché, t'y es plus pressé que le Kairouan !", disaient certains Oranais.

Je regrette de ne l'avoir connu que pour notre départ d'Oran.

     IMO 5179117 - Paquebot - 142,52 x 18,31 x 9,00 m - TE 6,30 m - JB 8 589 - PL 1 869 t - V 24 nds - Lancé en janvier 1942 par les Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne, mais bombardé par les Allemands en août 1944 alors que sa construction n'est pas encore terminée - Renfloué en juin 1947 - Achevé à La Ciotat et mis en service le 15 juillet 1950 entre Port-Vendres et l'Algérie.

      Il possédait 3 ponts complets et une jauge brute de 8.800 tonneaux pour un port en lourd de 2.100 tonnes. Ses 3 cales étaient desservies par 4 grues de 3 tonnes.

      Son équipage au complet était composé de 17 officiers, 39 hommes des services pont et machine, et de 70 membres du service général. Ses aménagements pour passagers étaient conçus pour 121 personnes en cabines de première classe, 330 en classe touriste et 923 en quatrième classe, soit au total 1.374 passagers.

      La propulsion turboélectrique était assurée par 2 moteurs synchrones de 3.300 volts triphasés. Ces moteurs pouvaient développer un total de 28.000 chevaux à 194 tours-minute. Chaque moteur était alimenté par un groupe turboalternateur. L'appareil évaporatoire était composé de 4 chaudières à circulation forcée du type « La Mont » produisant 35 tonnes de vapeur à l'heure à la température de 425°c. Ces chaudières fonctionnaient à l'eau distillée et nécessitaient seulement 45 minutes de chauffe pour monter en pression.

      Ce fut le seul paquebot affecté aux lignes d'Afrique du Nord à être entièrement peint en blanc, avec une silhouette fine... magnifique. 

      Il transporta les soldats français en Tunisie et en Algérie. Pendant la guerre d'Algérie, il effectua des transports de troupes de deux mille hommes, à grande vitesse et avec un bon confort.

      Lors de l'évacuation de l'Algérie, il accueillit les rapatriés à pleins bords et les dégagea du cauchemar à un rythme accéléré et assura leur retour vers la métropole.

      En 1964, il assura encore la liaison Alger Marseille et c'est sur ce navire que la première compagnie du Groupe de Transport 535 quitta l'Algérie pour la France.

      Il effectua son dernier voyage sur l'Afrique du Nord pour le compte de la Compagnie Générale Transméditerranéenne en septembre 1973. La Compagnie de Navigation Mixte prit alors possession du navire, le désarma et le mit en vente amarré au quai de l'oubli, à coté du VILLE DE TUNIS.

      Après 31 ans de bons et loyaux services, le paquebot fut vendu aux chantiers de démolition espagnols de Vinaroz. Remorqué par le Provençal IV, il arriva à Vinaroz le 23 décembre 1973 ou il y fut démoli l'année suivante.

      Pour nombre de soldats il restera le paquebot de leurs 20 ans et souvent le paquebot des seuls voyages en mer de leur vie.

DIAPORAMA DU NAVIRE

Retour "Tous les articles"

 

Posté par popodoran à 22:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]