Journal d’un Prêtre  en Algérie ORAN  1961 – 1962

Michel de Laparre

Document transmis par J. F. Paya

             Ce livre capital d’un témoin et d’un acteur de terrain à été « snobé » et négligé par la plus part si non tous les historiens qui ont prétendus étudier cet épisode dramatique du début de l’indépendance en Algérie ; sauf dans « l’Agonie d’Oran » 3 volumes de témoignages et d’enquêtes sous la direction de Geneviève de Ternant (éditions Gandini) qui lui consacre 10 pages dans le volume 2.

             D’ailleurs ces livres aussi pionniers de ce dossier ont étés très peu exploités et cités dans les différentes études sur le sujet (sauf enquête de JF Paya qui y est partiellement incluse) Pourquoi alors n’y a t’il jamais eu d’enquête officielle et très peu d’archives souvent caviardées où édulcorées ? Bien sur il s’agit d’une chronique de faits et d’événements qui sont souvent rapportés au Père dans son patronage de St Eugène rare les nombreux visiteurs souvent militaires :Il n’a pas tout vu et cela est livré brut d’émotion et sans sélection qualitative pro où anti OAS où FLN ;mais c’est un journal précieux pour un historien digne de ce nom qui utilise volontiers avec les réserves d’usage ce genre de document (avec d’autres) dans toutes les études historiques même pour ceux qui sont écrits à posteriori (sans parler du Coran de la Bible où des Evangiles !) Ce document fut écrit au jour le jour Dont Acte !

             Mais revenons au jour tragique du 5 juillet que nous avance t’il ? En vrac vers 11 heure le père « fait un tour en ville » au centre cohue, foule Musulmane quelques Européens circulent apparemment sans problèmes il rejoint son dispensaire (nous avons le témoignage d’un mandataire aux halles aujourd’hui à Perpignan qui y a passé toute la matinée avec ses collègues Musulmans sans rien savoir)

             A St Eugène  on entend des coups de feu au loin sans plus ! Les jours d’après on apprend les horreurs qui se sont passées au centre ville les disparitions ;les morts les bruits alarmants courent mais on ne sait rien de ce qui c’est passé dans les quartiers Musulmans ni en périphérie au stade Municipal où de nombreux survivants qu’on ne reverra plus on étés amenés. Note capitale selon des officiers de l’état major  "certes attaque contre les Français mais surtout ouverture des hostilités entre FLN Ben Bella /  Ben Khedda"  donc, on sait mais pas d’enquête pas d’archives ! On rapporte des interventions d’officiers courageux qui ont agit seuls et qui ont sauvé des gens ! Episode de la gare à l’arrivée du train d ‘Alger  où l’armée Française à tiré sur les émeutiers (section 8èm rima très édulcoré dans le JMO)

             Lundi 9 Juillet le Père reçoit 2 officiers supérieurs de l’état-major Marine qui parlent de « l’ALN du Maroc qui est arrivée hier «  bien armée et disciplinée » (dimanche 8 Juillet c’est ce que nous avons toujours avancé selon nos témoignages personnel de terrain)  on parle de « 150 corps de victimes carbonisés » du Cdt Grusset « qui a eu les yeux arrachés » On parle aussi de la RTF qui rassure et qui abonde dans le sens du FLN qui  prétend que ces exactions sont le fait de « bandes incontrôlées qui vont être durement châtiées (mis en scène de Pont St Albin par Bakhti ) mais personne n’a vu la suite !

             Le 11 Juillet sur les bus heure de vérité inscriptions à bas le GPRA vive Ben Bella  chiffre avancé de 700 victimes ! La lutte est commencée entre les fractions FLN ! Le sous directeur de la poste raflé par les ATO le 5 avec 1000 autres conduits au stade avait été relâché vu ses fonctions ;vu au volant de sa voiture mais disparu depuis.

             Jeudi 12 Juillet visite éclair de Ben Bella à Oran qui retourne à Tlemcen  attendre prudemment la suite de événements Le 14 Juillet les autorités musulmanes reconnaissent officiellement que ce sont leurs francs tireurs qui avaient organisés l’affaire ce qui nous fait paraître encore plus amer le premier mouvement du gouvernement Français et de la RTF  qui avaient de mettre cela à notre compte » On a vu plusieurs camions de cadavres ramassés au hasard dans les rues jetés au petit lac avec les enlèvements des jours précédents cela ferait 800 disparus ! (Tient cela correspond au chiffre cité par le lieutenant JP Chevènement attaché au consul de France) Suivent d’autres témoignages et d ‘autres horreurs et la description du terrible exode qui vide la cité de la majorité de sa population Française

LE BUT EST ATTEINT !  VOICI UN RESUME  DE CETTE CHRONIQUE  CAPITALE QUI AVEC D’AUTRES ELEMENTS  BIEN SUR AURAIT DU INTERESSER  NOS HISTORIENS

Correspondance à propos du journal

Par Jean-François   PAYA     le  25/ 03/ 2009

Ancien combattant d'Algérie classe : /54 En service à la Base de Mers-el -Kébir jusqu'à fin 1964.

RETOUR JEAN FRANCOIS PAYA ORAN 5 JUILLET 1962

Retour vers nos lectures.