" Celui qui maintient le soleil dans son cœur voit s'éloigner de lui toutes les adversités. "
(
Proverbe chinois)

         Le fait que  je sois Pied-noir, témoin et acteur de l’histoire de l’Algérie Française  avec mon optique nécessairement partisane, n'enlèvera rien à l'intérêt de ma plaidoirie; n'a-t-on pas le droit de présenter notre propre défense , contre les attaques de nos détracteurs, ne serait-ce que pour faire entendre un son de cloche différent à l’encontre des beni-oui-oui  qui n’en écouteraient complaisamment  qu’un seul ?

         Ce modeste récit est dédié à mes compatriotes, à mes amis de toutes confessions, mais  aussi à tous mes autres compagnons d’infortune venus de Tunisie ou du Maroc, lesquels eux aussi ont vécu ces événements.

         Je souhaiterais enfin que les plus jeunes de nos enfants nés hors de notre terre, puissent découvrir ce qu’ils ignorent de cette période  qu’ils n’apprennent à connaître  qu’à travers le récit d’ historiens robotisés et rarement objectifs.

         Il est bon parfois de régler le compte de certains intellectuels de bas étage qui savent retourner leur veste toujours du bon côté (dixit Jacques Dutronc dans une chanson) lesquels le cul sur leur  fauteuil, et sans avoir  jamais été concernés, s’érigent en censeurs moralisateurs et jugent en faux témoins partiaux d’une époque ou d'événements dont ils ignorent à peu prés tout.

      

         Comment pouvaient-ils en effet, connaître notre mode de vie, nos habitudes, notre sens de l’honneur (dont ils sont dépourvus), et de l’amitié.

Comme les Catalans, les Bretons, les Corses, nous avions nos particularités régionales, notre parler, nos habitudes. Comment auraient-ils pu connaître  la signification de mots typiquement nôtres et introuvables dans quelque encyclopédie que ce soit, tels que« jayuyos, cirallas, fils à papa  ou yaouleds, et j’en passe et des meilleurs……»

Ces mots-là, mélange de français, d’espagnol et d’arabe, étaient significatifs de la hiérarchie sociale dans laquelle nous classait à la vitesse de l’éclair, la rumeur publique de quartier.

Nous étions quelque part les Marseillais d’Algérie.

         Mais avec le temps et en se remémorant ces anecdotes savoureuses, combien de tendresse et d’ironie, jamais  méchante, il y avait dans ces qualificatifs.

         Les JAYUYOS désignaient certains forts en gueule, sans grande éducation qui parlaient haut, gesticulaient, adoraient la rue, cherchaient la castagne semaient la pagaille et la zizanie, pour le plaisir.

         Les CIRRALLAS  ou cireurs (nos titis à nous), se trouvaient devant les entrées de bals, cinémas, stades…là où il y avait de la menue monnaie à se faire. Ils portaient leur boite à cirage en bois (d’où l’appellation) en bandoulière sur le côté et avec leur brosse à chaussures, tambourinaient sur elle pour annoncer leur présence et si vous deveniez leur client occasionnel, ils mettaient autant de salive que de cirage pour faire briller vos souliers du Dimanche.

         Les FILS A PAPA étaient le contraire des JAYUYOS. C’est comme cela que l’on désignait les fils de bonne famille, aisés et  bien élevés (avec nurse à leur service). Ils assistaient régulièrement à la messe dominicale sous férule familiale et avaient leurs lycées privés

         Les KHAYIS (frères en Arabe) étaient quant à eux, les petits Algériens de confession musulmane, forcément les copains des JAYUYOS, puisqu’ils étaient de leur quartier, les fréquentaient, étaient amis et vivaient ensembles. On les confondait tant ils se ressemblaient.

         C’était cela notre Algérie à nous, multiraciale naturellement donc ignorante de ce qu’on appela plus tard « la ségrégation », avant que ce terme devienne à la mode en France et ailleurs  plus tard, trop tard peut-être.

         Notre Algérie était celle qui fit la démonstration de son unité un certain 13 Mai 1958, sur le forum d’Alger et sur les places de toutes les villes et villages d’Algérie, où l’on vit  des arabes, des juifs et des pieds-noirs, réunis fraternellement se lever comme un seul homme devant le drapeau tricolore  pour mettre à mal le pouvoir de l’époque.

          De nos jours, beaucoup de nos contemporains bien pensants, croient prôner la tolérance, (même au détriment de nos valeurs de base et même si  parfois elle est contraire aux bonnes mœurs et aux religions) en  pratiquant sciemment ou inconsciemment une sorte de  racisme à rebours, et comme par hasard, par médias interposées, là où ils peuvent parader en bombant le torse et hérisser leurs moustaches (dans les gay prides entre autres).

         Mais, bon Dieu quel programme et quel avenir pour nos enfants, prônent les soi-disant figures de proue de certains partis politiques. Dans quelle dimension veulent-t-ils nous faire vivre ?

         Ce 13 Mai fatidique entre tous, répondant à notre appel, De Gaulle pour notre ruine et notre malheur, reprit les rênes du pouvoir en France.

         On ne refait pas l’histoire mais on peut la commenter, la critiquer et  hurler à la face du monde, notre vérité.

         Quatre ans plus tard, à Evian, des politiciens serviles, brisèrent cette harmonie qui aurait pu aboutir à quelque chose de grandiose et au lieu de cela, semèrent la peur, la haine,  la méfiance et  l’hostilité, parmi ses habitants. Ils engendrèrent l’O.A.S , en portent l’entière responsabilité et s’étonnent de son existence

         Nos militaires avaient gagné la bataille sur le terrain. Ces gens de peu s’empressèrent de leur voler leur victoire et par leur action mirent sous l’éteignoir la gloire dont ils étaient nimbés et qui leur revenait et les promesses, qu’à leur propre demande et en leur nom, ces glorieux soldats avaient faites à toutes les couches de la population.

         Certains de leurs chefs et non des moindres, furent même incarcérés ou passés par les armes avec comme chef d’inculpation caché, leur amour immodéré pour le drapeau tricolore et leur loyauté à l’égard de ces promesses fallacieuses.

          Ils tombèrent comme seuls des légionnaires savent le faire. Dieu leur aura réservé une place de choix au paradis des braves et des héros.

         De nos jours encore, cette même valetaille de la trahison, croient  tels des  “Ponce Pilate de l’histoire” pouvoir juger ces événements en se lavant les mains et en poussant des cris d’orfraie à la lecture  de mémoires ou de récits sur une guerre qu’ils disent avoir  pensé hypocritement propre, mais qu’ils connaissent  intimement mieux qu’ils ne voudraient l’avouer.

         Alors, il est temps de réveiller la conscience des hommes et des politiques  et de  mettre ces derniers devant leurs responsabilités, car la France n’a jamais voulu comprendre les conséquences de la guerre d’Algérie.

         De Gaulle et ses sbires, en discutant du sort qui nous serait réservé, nous jugeant trop encombrants pour son propre devenir, avaient même envisagé pour nous, un exil pur et simple vers l’Amérique du Sud ou la Nouvelle Calédonie.

         Les Harkis, quant à eux, n’auraient pas bénéficié d’un aller gratuit vers des tropiques, mais ils auraient été tout simplement abandonnés à leur sort par un pays pour lequel ils s’étaient voués corps et âme. La généreuse nation française leur proposait son plus beau cercueil en guise de récompense de leur engagement.

         

         Cela revenait tout simplement à les  livrer aux couteaux des bouchers  du FLN  ivres de sang et de haine à leur égard.

         Bien heureusement quelques uns d’entre eux furent sauvés par la volonté et l’abnégation de quelques vrais chefs, lesquels  sous leur responsabilité et envers et contre les ordres reçus les ramenèrent en France avec leurs familles.

         La France a eu connaissance de ces  massacres de Harkis et elle a laissé faire. Là est l’autre visage de Janus  de la patrie des droits de l’homme et du citoyen.

         Pieds-noirs et Harkis ont été sacrifiés et n’ont eu comme autre choix que celui de la valise quand ils n’ont pas eu celui du cercueil. Ils ont été sacrifiés sur l’autel de la raison d’état et de la rancune sénile d’un individu.

         47 ans sont passés déjà, mais soyez assurés, Messieurs les détracteurs et faux défenseurs de la France, que nous n’oublions rien et  ne lâcherons rien.

Nous serons toujours pour une France belle où il fera bon vivre, sans voitures incendiées, sans magasins vandalisés, sans violences et dans le respect des lois. 

Le menteur à qui l'on retire son masque ressent la même indignation que si on le défigurait. Edmond Rostand

"LE HERISSON"

RETOUR COUPS DE COEUR