7 HERISSON étoile
Article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme "Tout individu (...même un petit mammifère) a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit"

" Un petit groupe de citoyens engagés et réfléchis est capable de changer le monde. D'ailleurs rien d'autre n'y est jamais parvenu. "
Margaret Mead

           Les interventions de quelques rares députés courageux à l’Assemblée, m’attirent quelques réflexions intimes, que je dédie à tous les Rapatriés, mes très chers compatriotes.

            Lorsque nous sommes rentrés D’Afrique Française du Nord, nous étions 1,5 million de miséreux, candidats forcés et malgré nous, à une immigration de masse sur un sol que l’on nous avait appris à considérer comme le notre et à aimer de toutes nos forces sur les bancs de l’école, puisqu’il s’agissait de la Mère Patrie.

           Mais, nous poussions l’incongruité d’arriver pour la plupart d’entre nous en pleine période estivale.

           Imaginez-vous ou vous rendez-vous compte de ce manque de savoir vivre, d’à propos de notre part et de ce sans gêne d’arriver ainsi intempestivement troubler les congés payés de la France des veaux (qualificatif gaulliste) !

           Les rares organisations humanitaires qui se  penchèrent  sur notre désarroi, méritent notre reconnaissance. Quant aux gouvernants et partis au pouvoir du moment, ils n’en avaient cure et rien à foutre de notre sort qui serait éventuellement évoqué sur les bancs de l’Assemblée à la rentrée.

           Leur seul souci consistait à éradiquer la maladie idéologiquement transmissible (une sorte de SIDA)  que nous pouvions  transmettre à leur électorat de base par notre seule présence embarrassante et intempestive.

           Cette attitude dure encore et quelques révisionnistes gauchisants voudraient pouvoir enfoncer d’avantage le clou en détournant notre si belle histoire de France, laquelle malgré leurs efforts mensongers se heurtera toujours à la réalité incontournable de la vérité.

           Certains d’entre nous ont disparu, minés par l’érosion du temps, mais nos jeunes pousses qui nous  succèdent sont là et bien là et disposent de moyens internautiques entre autres qu’à notre époque, nous ne soupçonnions même pas.

           Grâce à ces moyens de communication mondiale, ils sont notre relais devant l’Histoire, de notre combat pour nos légitimes revendications, pour notre réhabilitation comme si besoin était malgré les glapissements de hyènes de la gauche (qui ne mérite même pas de majuscule)  pour l’acquittement pour solde de tous comptes de nos indemnisations, de l’évaluation et du règlement de notre « pretium doloris » qui n’a pas de prix, pour la justice qui doit nous être enfin rendue pour qu’enfin tous ces politiques apprennent( car ou ils ne la connaissent pas ou plutôt ils ferment les yeux sur une réalité qui finira par les submerger) la vraie histoire de notre France telle qu’elle a été et  non pas telle qu’ils voudraient qu’elle fût, en la déformant malhonnêtement comme certains s’acharnent à le faire.

           De nos jours, beaucoup de nos contemporains bien-pensants, croient prôner la tolérance, (même au détriment de nos valeurs de base et même si  elle est contraire aux bonnes mœurs et aux religions) en  pratiquant sciemment ou inconsciemment une sorte de  racisme à rebours, (mais ils ne s’impliquent comme par hasard, que par médias interposées, là où ils peuvent parader en bombant le torse aux  cotés justement de nos anciens  ennemis qui osent proposer des traités d’amitié à leur seul profit, et ou hérisser leurs moustaches, dans les gay-prides par exemple  entre autres ).

           Mais, bon Dieu quel programme et quel avenir prônent ces soi-disant figures de proue de certains partis politiques bien connus mais  que nous n’oublierons pas au moment crucial de glisser notre bulletin de vote dans les urnes. Dans quel pays veulent-t-ils nous faire vivre ?

           Pleurer sélectivement sur les malheurs des autres et sur celui des minorités qui feraient rougir Jésus s’il était encore parmi nous, c’est bien, mais pour ces gens ils ne  signifient rien d’autre qu’un afflux de voies potentielles lors des prochaines élections.

           Ils ne se rendent pas compte qu’autour d’eux, au sein même de notre France, une minorité agissante et encore muette pour le moment, se  bat pour ses légitimes revendications et  uniquement par des moyens légaux  et  non pas à coups de manifestations  de masse, de heurts avec les forces de l’ordre, de voitures incendiées, de vitrines  brisées et de magasins saccagés et pillés ou  de malheureux tués par des balles perdues, éléments qui ne feront jamais partie de nos principes et de notre culture Pied-noir. CELA NOUS NE SAVONS PAS FAIRE.

           Mais si il y a cinquante ans, nous étions 1.500.000 de français venus de Tunisie, d’Algérie et du Maroc, combien notre communauté comporte-t-elle maintenant de Français avec une éducation et un patriotisme que pourraient bien nous envier certaines nations. Notre capacité électorale a au moins doublé. Alors maintenant, il est bon de savoir où sont nos vrais amis ou ceux qui souhaiteraient le devenir ?

           Établissons un canevas des questions non exhaustives à leur poser, parmi lesquelles pourraient figurer entre autres, celles-ci après :

1°) Merci de nous dire à nous « Pieds-noirs » si nous avons une chance d’avoir une place dans votre programme.

2°) Faites-nous part, SVP, de vos interventions passées ou à venir à propos du rétablissement de la vérité historique de l’action de la vraie France, en Algérie, au Maroc ou en Tunisie.

3°) Dites- nous comment vous y prendrez- vous pour tenir et  prendre en compte notre action et  notre combat en faveur de notre drapeau en 14-18 et 40-45 et notre maintien sur notre sol natal non pas seulement des colons, mais des autres 90% de la population Pied-noir , composée d’ouvriers, d’ artisans, de petits patrons, de pécheurs, de harkis lesquels, grâce à des chefs couillus ont pu sauver leur peau et réussir à survivre.

4°) De notre désir ardent et non négociable, de connaître le devenu des pieds-noirs et harkis livrés à la férocité des fellaghas le 5 juillet 1962 avec la complicité aveugle et  reconnue de la France Gaullienne et de sa valetaille.

5°) De votre éventuelle action pour une juste indemnisation de nos biens volés et piratés sous la contrainte et la terreur par l’état Algérien avalisé par les autorités Françaises de l’époque

6°) Parlez haut et fort de tout cela avec la même conviction que vous paraissez avoir dans vos professions de foi en présentant votre candidature.

           OUI ! Répondez à ces questions sans langue de bois et avec votre cœur et peut-être arriverez-vous à vous aliéner une partie non négligeable d’un électorat dont personne ne semble se soucier encore, mais qui pourrait bien faire pencher la balance du côté que l’on n’attend pas. Surtout quand ces élections se gagnent à quelques milliers de voix prés.

Ce sera notre conclusion. Mais il serait bon dés maintenant de mieux connaître nos amis et laissez nous le soin de  nous charger de nos ennemis. CELA NOUS SAVONS LE FAIRE.

LE HÉRISSON RÉVULSÉ PAR LA LÂCHETÉ

leherisson1962@bbox.fr

HERISSON_signature_BLOG

Retour chez le hérisson.