Le 20 novembre dernier, le Groupe d'Etudes recevait  des associations de Rapatrié  qui  étaient représentées par Mmes Nicole Ferrandis (Ass Familles des Victimes du 26 mars 1962) et Suzy Simon-Nicaise (Cercle algérianiste), MM Alain Avelin (Véritas), Gilles Bonnier (CLAN), Bernard Coll (J.P.N. et Vérité et Justice), Ahmed Goudjil (A.A. Forces de Police Auxiliaire),  Yves Sainsot (ANFANOMA), Gilbert Sandmayer (Harkis de souche européenne), Jean-Félix Vallat (MAFA).

            M Frédéric Grasset, Président de la Fondation pour la Mémoire de la Guerre d’Algérie, avait été invité par le Président E. Aboud pour répondre aux questions éventuelles sur le rôle et l’activité de cet Etablissement.

COMPTE-RENDU INTERVENTION DE NICOLE FERRANDIS POUR L'ASSOCIATION DES FAMILLES DES VICTIMES

            J’ai pu  rappeler que le 30 janvier et le 24 octobre 2012, les parlementaires déposaient au sénat et à l'assemblée nationale une proposition de loi reconnaissant la répression d'une manifestation le 17 octobre 1961 à Paris et demander aux parlementaires de mener une démarche correspondante pour le 26 mars 1962 à Alger. : « Deux manifestations, deux répressions, mais avec une différence de taille ". Le 17 octobre 1961, les manifestants, répondant à l'appel du FLN alors en guerre contre la France, donc de l'Ennemi, bravaient le couvre-feu. A 21 heures, ils défilaient, dans les rues de notre capitale aux cris de " Algérie algérienne ", " Libérez Ben Bella ", " Vive le F.L.N "...

            Alors que le 26 mars 1962, quelques jours après le cessez-le-feu, des Français défilaient pacifiquement en plein jour dans les rues de la deuxième ville de France, le drapeau tricolore à la main, chantant la Marseillaise et clamant leur attachement à la France.  Sans sommation, à 14H50, un élément du 4ème régiment de tirailleurs algériens  ouvre  le feu, s'acharnant sur ceux qui s'étaient jetés à terre afin de se protéger.  La France n'avait pas respecté le cessez-le-feu.   Le bilan fut d'environ 80 morts et plus de 200 blessés. Toutes  les victimes furent du côté des civils. Pas un mort du côté militaire. Tout en remettant une fiche technique sur ce dossier j'ai soumis  la proposition suivante :

Article 1er

La France reconnait officiellement le massacre des Français  d'Algérie, en exécution  des consignes  données par la république française    de  réprimer par tous  moyens  la manifestation pacifique du 26 mars 1962 à Alger, département alors français.

Article 2

Un lieu national d'hommage et du souvenir à la mémoire des victimes de la manifestation pacifique du 26 mars 1962 est créé.

            Parce que notre association défend tous les nôtres,  j'ai formulé une demande pour les victimes à Oran le 5 juillet. En effet des parlementaires ont déposé en 2013, la proposition de loi suivante.

" La République française reconnaît le massacre de la population française du 5 juillet 1962 à Oran. "

            Bien sûr, on peut considérer cela comme une avancée.   Mais qui a massacré ? Qui a laissé des ressortissants français sans aucune protection ? Ce  texte est insuffisant. Aussi, j'ai souhaité que soit déposé un complément ainsi rédigé.

Art 1: La République française reconnaît le massacre de la population française du 5 juillet 1962 à Oran et les milliers d'enlèvements et de  disparitions qui ont précédé, accompagné et suivi cette date.

Art 2 :   Elle reconnait sa propre responsabilité dans l'absence de protection de ses ressortissants, comme ses défaillances dans la recherche des personnes enlevées.

Nos dossiers sont entre les mains des parlementaires. Quels sont les députés courageux qui oseront  déposer nos requêtes ?

Retour 26 mars 1962.