Par José CASTANO

Les experts mandatés par l'Union Européenne pour étudier les causes qui ont conduit la Grèce à la situation économique actuelle rapportent les faits suivants :

La Grèce a falsifié ses comptes pour entrer dans l'euro, puis a déformé la réalité, jusqu'à ce que celle-ci explose.

Il y a eu des départs massifs en retraite à 50 ans.
 
Il y avait jusqu’à 50 chauffeurs par voiture officielle, en moyenne.
 
Il y avait 45 jardiniers pour une petite pelouse avec 4 buissons à l'hôpital Evangelismos.
 
La Grèce a la plus forte population fictive au monde de personnes déclarant un âge de 110 ans.
 
Les décès ne sont souvent pas enregistrés et les pensions continuent à être perçues.

L'Union Européenne a détecté qu'il ya des familles qui perçoivent 4 à 5 pensions qui ne leur sont pas destinées.
 
Il y a encore des pensions payées à des personnes mortes en 1953, il ya 60 ans.
 
40 000 jeunes filles reçoivent mensuellement une rente viagère de 1.000 euros pour le simple fait qu’elles sont filles célibataires de fonctionnaires décédés et il en coûte aux caisses de l'Etat € 550 millions d’euros par année. Maintenant elles la percevront seulement jusqu'à 18 ans.
 
Des stimulateurs cardiaques dans les hôpitaux grecs ont été acquis à un prix 400 fois supérieur à celui des hôpitaux britanniques.
 
En Grèce, de nombreux travailleurs ont bénéficié de la retraite anticipée, fixée à 50 ans pour les femmes et 55 ans pour les hommes qui appartiennent à l'une des 600 catégories d'emploi reconnus comme particulièrement pénibles, et parmi lesquelles sont inclus les coiffeurs (à cause des colorants pouvant être considérés comme nocifs), les musiciens d'instruments à vent (souffler dans une flûte est épuisant) ou les présentateurs de télévision (les microphones étant censés causer des dommages à la santé).

(Cette loi a été adoptée par le gouvernement socialiste de 1978)
 
Il ya des milliers de bonnes « combines », de ministères et instituts inutiles, desquels vivent beaucoup de Grecs. A titre d'exemple l'Institut pour la protection du Kopais Lake, un lac asséché depuis 1930. (1763 Grecs sont employés pour sa protection)
 
Dans la dernière décennie, il s’est créé plus de 300 nouvelles entreprises publiques.
 
La fraude fiscale est massive, plus de 25% des Grecs ne paient pas un sou sur le revenu des particuliers.
 
En outre, le poids du secteur public dans l'économie est écrasant. Il y a environ un million de   fonctionnaires pour 4.000.000 de personnes actives.
 
Le salaire moyen des employés des chemins de fer publics grecs dépasse € 66.000.- par an. Et cela inclut les nettoyeurs ainsi que les travailleurs peu qualifiés. Le (presque gratuit) métro d’Athènes délivre pour environ 90 millions d’euros de billets par année, alors que le coût total de cette société publique dépasse 500 millions.
 
Les Français reçoivent en moyenne à titre de retraite 51% du dernier salaire, les Allemands 40%, les Nord-Américains 41% et les Japonais 34%. Pendant ce temps, les retraités grecs reçoivent 96% de leur salaire antérieur.
 
La Grèce a quatre fois plus d'enseignants que la Finlande, le pays le mieux situé dans le dernier rapport PISA, alors que cette surpopulation d’enseignants n'a servi qu'à être parmi les pays européens disposant du plus bas niveau dans presque tous les tests éducatifs alors que leurs enseignants ainsi que ceux de l'Espagne et du Portugal (dont les résultats obtenus sont aussi mauvais, même après le Luxembourg) sont les mieux payés au monde, ont le plus d’abstention et le moins d’élèves.


Joli l'ancien berceau de notre civilisation !

Et les banquiers alors ?

Ce qui est inouï et ahurissant, c'est que tout le monde connaissait par trop le « système D » grec et sa panoplie de malversations quand ce pays a rejoint l’Union Européenne… Bon nombre de chefs d’état européens connaissait les magouilles du banquier Goldman Satch pour faire entrer la Grèce dans l’Europe alors que ce pays était insolvable faute de lever l’impôt… Beaucoup n’ignoraient pas (ou feignaient d’ignorer) l’aide apportée à la Grèce par Mario Draghi, l’actuel gouverneur de la Banque Centrale Européenne, collaborateur durant quatre ans de Goldman Satch,  pour maquiller ses comptes publics … ce qui permit à cette même BCE de racheter la dette grecque détenue par les banques commerciales… remboursée à coups de milliard d’euros par les états européen. Tout le monde s’est tu sachant combien les banques ont gagné des taux d’intérêt très élevés… C’est là un véritable holdup impuni dont ont été victimes tant le peuple grec que les contribuables européens.

Et ce n’est pas fini !...

Au Portugal et à Madère (également) tout le monde vit bien : Maison, voiture, confort ménager dernier cri, vacances… mais tout le monde sait, dans la zone euro, que ce « bien être » est acquit avec des salaires de 400 euros par mois. Seulement voilà ! L’argent gagné en sus n’est pas déclaré et ne peut donc alimenter les caisses de l’Etat. Là encore, il va y avoir un de ces réveils !...

Comme les oligarques qui nous gouvernent sont élus par un peuple par trop immature et servile et que toute cette faune de gauche continue d’aduler le nom du « Sauveur DSK », nous pouvons d’ores et déjà leur parler de Carmagnole en leur promettant que si, demain, la France rejoignait la Grèce au banc de l’insolvabilité, cela risquerait de chauffer grandement pour eux… Le peuple leur apprendrait alors le jacobinisme, cette doctrine politique qui défendait durant la Révolution française la souveraineté populaire et l’indivisibilité de la République française. Ca leur ferait soudainement drôle à tous ces nantis de la politique, ces faux-culs de la droite molle et de la gauche caviar !... 

OUI, tout le monde connaissait ces dérives quand ces pays ont accédé à l’UE, sauf qu’il n’y avait que la banque Goldman Satch, la Banque Rothschild, la Banque  Centrale Européenne et ses satellites dévoyés pour ignorer cette non imposition généralisée des peuples grec, italien, espagnol, portugais...

Allons amis patriotes, taisez-vous et continuez de payer sans révolte ! En France, nous ne sommes pas mieux lotis ; à quand notre tour ?...

José CASTANO Courriel : joseph.castano0508@orange.fr

Lire aussi l’excellent article consacré à la dette grecque publié par « L’Observatoire du Mensonge » : Grèce : tout ça pour ça ?

grece

Retour libres propos citoyens