Le 10/12/2015 pour le 2ème tour des élections régionales

                Pour information.

Chers amis « frondeurs » de PACA,

            Candidat lors de ce premier tour sur la liste « Force France Sud » (34) de JC Martinez, j’ai néanmoins été révolté par la conduite scandaleuse de l’oligarchie UMPS au soir du 6 décembre.

            Je n’imaginais pas qu’il pût y avoir autant de bassesse, d’ignominie et de félonie chez ces pitres de salon !...

            Indigné par l’affligeant spectacle qui nous était servi, j’ai décidé -sans la moindre hésitation- d’apporter ma voix au second tour à Louis Aliot. Et pourtant, mes griefs envers le FN34 sont fondées et légitimes…

            Je vous rappelle que durant la campagne électorale des législatives de 2012, certains « petits camarades » -qui se retrouvent aujourd’hui sur la liste des régionales aux 2ème, 4ème, 8ème, 15ème et 21ème place- (les deux premiers étant assurés d’être élus) n’ont eu de cesse d’employer à mon endroit toutes sortes de stratagèmes, délations, honteuses accusations et jugements sommaires afin que mon investiture me soit retirée, allant jusqu’à rédiger une pétition en ce sens... et appelant, au final à voter contre moi. Par la suite, l’inéluctable défaite (dont ils furent pourtant les maîtres d’œuvre) étant consommée, c’est à une véritable « volée de bois vert » que je fus soumis qui stigmatisait mon « incompétence » et mon « manque de motivation »…

            Le temps a passé mais la blessure demeure toujours aussi vive… Et pourtant…

            Concernant vos récriminations, pour justifiées qu’elles puissent être, vous ne devez pas -face à la menace qui pèse sur votre région- vous enfermer dans une rancœur qui fausserait votre jugement et vous mènerait inéluctablement dans le camp de vos ennemis… celui que vous avez combattu des années durant avec la foi et le dévouement qui sont l’apanage des patriotes. Cela ne se peut !

            La région PACA est en passe d’être remportée autant par Marion que par le tartuffe Escrozy. Dans le premier cas, ce sont vos idées, celles pour lesquelles vous vous êtes tant battus qui prévaudront ; dans le second, hormis l’égo de la « vengeance », vous n’en retirerez à postériori aucune gloire et vous aurez perdu jusqu’au sens même de votre dignité.

            Vous avez été des militants au grand cœur, des combattants à la fibre patriotique « exacerbée » et inextinguible. Vous le demeurez toujours au plus profond de votre être et vous ne saurez vous en départir le 13 décembre : J’en demeure persuadé.

Avec toute mon amitié.

Semper fidelis

José CASTANO


Le 06/12/2015 1er tour des élections régionales

                Chers amis,

                 A quelques heures d’un scrutin capital pour l’avenir de nos régions, je tenais –bien qu’ayant été (de façon sournoise et déguisée) éconduit du FN34- à exprimer à celles et ceux qui brigueront les suffrages de leurs électeurs, mes plus chaleureux encouragements.

                 Cela reste un plaisir de continuer à échanger avec bon nombre d’entre vous et d’apprécier toute la lucidité de textes qui transcrivent un profond désarroi face à un pouvoir dont la perfidie se mesure à son redoutable enracinement dans les esprits des plus faibles.

                 Le pouvoir n'est ni de droite, ni de gauche, l'ambidextrie de la politique est un leurre, elle n'est en fait que le tabernacle d'une caste politicienne professionnelle, toute tournée vers le même but : L'avènement de leur arrivisme forcené et la confiscation des richesses de la nation.

                 Par l'ignominie de ses inactions ou de ses actions, elle ne m'a jamais fait autant ressentir ces derniers mois, le sentiment d'écœurement, jusqu'en avoir la nausée.

                 Aujourd'hui, je ne suis plus que colère et je souhaite que dimanche, au-delà du camouflet retentissant qui s’annonce pour cette coterie méprisante, ce soit le dernier virage avant le grand soir qui se prépare depuis des années de combat acharné, pour qu'enfin triomphe de vrais idéaux, habillés de sens, de raison et de principes.

                 Dignité oblige, je n’apporterai pas ma voix au FN 34. J’ai même accepté –par dépit- de prêter mon nom à une liste concurrente qui ne lui fera pas d’ombre… Mais je compte sur vous pour, qu’une fois élus, vous dénonciez toute la fourberie qui caractérise cette bande d'usurpateurs qui confisque le pouvoir. Espérons que cela éveillera notre peuple d'endormis.

Bien amicalement

José CASTANO


 

Depuis que les migrants ont entrepris leur exode massif en quête du paradis européen, je reçois énormément de messages de nos compatriotes qui, 53 ans après, laissent exhaler une amertume longtemps contenue… Les souvenirs, tels des bulles à la surface d’un étang, remontent et martèlent les mémoires…

Ces « réfugiés » sans-abri sur le tarmac de l'aéroport fin juin 1962, sous un soleil de plomb… La photo en couleur sur le  bateau, c'est le cargo de l'exode pris en pleine nuit, sous un ciel zébré de balles traçantes. Photo réalisée en pleine mer entre Alger et Marseille où l'accueil qui nous fut réservé fut odieux et inhumain. Dans le même temps, « là-bas », les Oranais se faisaient massacrer par centaines sous le regard indifférent de la Métropole tandis que les soldats français, l’arme au pied, obéissaient servilement à l’ordre gaulliste de non intervention. NON ! Ni oubli, ni pardon !....

Français, où étiez-vous en 62 pour nous recevoir ?

Chanson de Jean-Paul GAVINO : https://youtu.be/ZdQBTMC3OJo

Retour à tous les articles