Les principaux responsables de ce crime d'État : En premier lieu : Charles De Gaulle, président de la République. Ses complices à Paris : Michel Debré, premier ministre, Roger Frey, ministre de l'intérieur, Pierre Messmer, ministre de la défense.

Ses complices à Alger : Christian Fouchet, haut-commissaire de la République, Vitalis Cros, préfet de police de la place d'Alger, les généraux Ailleret et De Menditte.

Jean-Paul RUIZ le 24/03/2015.

Quartier attaqué par des avions en piqué,

Appartements dévastés par des tirs de grenade

Et d'armes lourdes, de pauvres gens paniqués,

C'est bien pire que s'ils avaient subi une tornade.

 

Depuis trois jours, le quartier de Bâb-el-Oued

Fait l'objet d'un blocus car il est assiégé

Par les forces de l'ordre et n'obtient aucune aide.

En manque crucial de vivres, les familles sont piégées.

 

Par solidarité, de nombreux Algérois

Veulent se rendre dans ce quartier pour y apporter

Leur cordial soutien à ce peuple en désarroi

Qui doit être secouru et bien réconforté.

 

Une manifestation est donc organisée.

Mais les Algérois ignorent qu'un horrible traquenard

A été ourdi par le monstre de l'Élysée

Qui veut anéantir ces "pieds-noirs braillards".

 

Une foule pacifique, brandissant des drapeaux,

Portant des paniers de vivres et médicaments,

Est bloquée rue d'Isly et tombe dans le panneau.

Elle va être victime du pire des châtiments.

 

Posté devant Havas, sans aucune sommation,

Un tirailleur ouvre le feu sans qu'au préalable 

Il y ait eu menaces ou vociférations.

C'est le point de départ d'une tuerie effroyable.

 

Pendant près d'un quart d'heure, les fusils mitrailleurs

Des tirailleurs musulmans, sans discontinuer,

Vont assassiner, avec avec un sadisme rageur,

Des civils innocents, touchés de plein fouet.

 

Hommes, femmes, enfants, vieillards, s'écroulent sur le pavé.

Vidant chargeur sur chargeur, ces soldats sanguinaires

Sont de vrais barbares : des blessés sont achevés.

Ils tirent à bout à bout portant, ces monstrueux sicaires.

 

Cette tuerie préméditée, c'est de l'abattage.

Plus de deux cents blessés et des dizaines de morts.

Le premier responsable de cet infâme carnage

Est l'immonde De Gaulle qui n'éprouve aucun remords.

 

À la hâte, par camions, les cadavres sont enlevés.

Les familles ne peuvent pas récupérer les corps.

On veut cacher que des blessés ont été achevés.

Les cercueils sont enterrés en un temps record.

 

Jusqu'à aujourd'hui, cet authentique crime d'État

N'a pas été reconnu par les gouvernements

Successifs depuis qu'on est parti de là-bas.

C'est une chape de plomb qui empêche tout jugement.

 

Elle n'est pas intervenue, la justice humaine.

Je suis certain que Là-Haut, le Justice divine

A sévèrement jugé tous ceux qui, avec haine,

Ont fait triompher leurs convictions assassines.

Retour Poèmes de Jean-Paul.