COMMUNIQUE MRAF-ADIMAD 

LOGO VERITAS

LE MENSONGE DU 18 JUIN 1940

Le 18 Juin 2016 a été célébré le 76ème anniversaire du  prétendu et devenu célèbre appel de Londres de Charles De gaulle. Or la version officielle, qui est lue, chaque année, à la BBC, est un faux, comme le démontre le général d’aviation Le Groignec, compagnon de Saint-Exupéry, dans son livre paru en 2004 « Philippiques contre les Mémoires gaulliens » dont nous vous recommandons la lecture.

Le texte prétendu être celui de l’appel du 18 Juin commence par cette phrase : « Des gouvernants de rencontre ont pu capituler, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude. Cependant rien n’est perdu …. »

Or, historiquement, Charles De gaulle n’a pu prononcer cette phrase insultante pour le Maréchal Pétain et le général Weygand pour les deux raisons suivantes :
1° A cette date du 18 juin 1940, ces « gouvernants de rencontre » n’avaient pu capituler, car non seulement l’armistice n’était pas signé, mais les plénipotentiaires français n’avaient pu encore rejoindre les lignes allemandes étant donné les difficultés des communications. Cet armistice ne sera signé que le 22 juin avec l’Allemagne, et le 24 juin avec l’Italie.  Par ailleurs on ne peut confondre armistice et capitulation. L’armistice est un acte politique, une suspension d’armes où le vaincu peut négocier certaines conditions, c’est le contraire d’une capitulation où le vaincu doit se soumettre sans condition au vainqueur, ce à quoi De gaulle a consenti le 19 mars 1962 en capitulant devant le FLN, ennemi vaincu sur le terrain, pour se débarrasser du  « boulet algérien », nous le constatons encore aujourd’hui, avec la réponse sur les « biens vacants »

En demandant un armistice, la France demande et obtient, le 22 juin 1940, que ni la marine, ni l’Afrique française, ne soit livrées à l’ennemi, qu’un tiers du pays reste en zone libre, et que Lyon et Clermont Ferrant soient évacués par l’armée allemande. En cas de capitulation il y aurait eu deux millions de prisonniers de plus, et tout le territoire aurait été occupé : les Allemands, en effet, avaient atteint Valence et se trouvaient à une étape de Marseille lorsque l’armistice a été signé.

2° Devant l’échec total de cet « appel du 18 Juin » auquel n’avait répondu aucun chef militaire de l’armée, de la marine ou de l’aviation, notamment aucun officier de la division que Charles De gaulle commandait devant Arras en mai 1940 (suprême affront !) aucun homme politique, aucun diplomate français accrédité à Londres ou dans une autre capitale étrangère , aucun gouverneur ou responsable des colonies de l’Afrique française, aucun ministre résidant dans les pays sous protectorat ou sous mandat, Charles De Gaulle va s’affoler, car il se trouve désormais à Londres complètement isolé, en rupture de ban, sans mission officielle.

En effet, la guerre continue et le gouvernement français le somme de rentrer en France, sous peine d’être jugé comme déserteur. Alors De gaulle écrit au général Weygand la lettre suivante à la date du 20 juin 1940 :
« Londres le 20 Juin 1940 : Mon Général, J’ai reçu votre ordre de rentrer en France. Je me suis donc tout de suite enquis du moyen de le faire car je n’ai, bien entendu, aucune autre résolution que de servir en combattant... » MEMOIRES DE GUERRE Charles de Gaulle- Edition PLON 1954 tome I – page 269)

Depuis 1958, cette lettre est supprimée des livres scolaires, car incompatible avec la légende, avec l’Histoire de France revue et corrigée par la falsification gaulliste, en vigueur encore aujourd’hui.

La suite reste entourée de mystère. Car de Gaulle ne dispose à cette date d’aucun moyen de transport pour rejoindre Bordeaux où siège le gouvernement français. Il est probable que Churchill, qui venait de rompre avec la France, refusa de lui donner un avion pour que de Gaulle rentre en France.

La dissidence de la « France Libre » est donc née sous la contrainte de l’Angleterre, vérité que s’efforce de masquer l’imposture de la version officielle actuelle. Si De Gaulle avait pu rejoindre Bordeaux, comme il en avait manifesté l’intention le 20 Juin 1940, il n’y aurait probablement jamais eu ni de saga, ni de fabulation gaulliste.

En effet, quand un officier français écrit une telle lettre pleine de déférence et d’esprit de discipline à son supérieur hiérarchique le 20 juin 1940, il ne peut être le même que celui qui aurait déclaré le 18 juin, deux jours avant, au micro de Londres, parlant du même supérieur, que ce dernier appartenait à « un gouvernement de rencontre qui a capitulé, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude ».

C’est pourtant ce faux, fabriqué après coup, qui est répandu dans tous les livres scolaires depuis 1958, qui est inscrit dans le marbre au 4 Carlton Garden à Londres, et que nous allons entendre dire et répéter des milliers de fois lors de la célébration officielle du mythe de l’Appel du 18 Juin 1940, pour continuer à entretenir le mensonge de la légende gaullienne de l’homme providentiel ! QUAND LA VERITE SERA-T-ELLE ENFIN DELIVREE DU MENSONGE GAULLISTE ? ??

Jean-Marie AVELIN  Geneviève de TERNANT  Alain ALGUDO  Anne CAZAL   Alain AVELIN  
Président   -  Vice-présidents  -  Directrice de Publication  -  Délégué Général

Et l'équipe de VERITAS

Pour rappel de José Castano

Juin 2010  « L’APPEL DU 18 JUIN » ou LA MECONNAISSANCE DE L’HISTOIRE

Juin 2013  « L’APPEL DU 18 JUIN » : « Une vaste fumisterie »

LOGO VERITAS

            Par ailleurs, je vous invite également à souscrire en nombre à la « Lettre de VERITAS », véritable organe de combat contre la falsification historique de notre Mémoire.

Bien amicalement

José CASTANO


Chers compatriotes,

            Le mois de Juin est arrivé sans que nous ayons le plaisir de vous voir nous rejoindre, ni d’enregistrer votre Adhésion pour l’année 2016, dont le minimal est fixé à 40 euros.
            Depuis toutes ces années, notre seul combat demeure la sauvegarde de notre mémoire et le rétablissement de la vérité historique sur notre Algérie Française. C’est la raison pour laquelle nous avons tant besoin de votre soutien.

            Les frais inhérent aux divers procès que nous engageons demeurent à notre charge et nous imposent une rigueur budgétaire sans faille. Nous n’avons jamais accepté de percevoir la moindre subvention, ni de l’État, ni d’aucun autre organisme. Nous ne combattons que grâce à vos cotisations et aux sacrifices que s’impose notre équipe.

            En compagnie des Associations ADIMAD-MRAF, ADEP et le CDFA qui vient de nous rejoindre, nous avons déposé  plainte auprès du T.G.I de Paris pour le crime d’État suivi de crime de guerre et de crime contre l’Humanité commis en Algérie à l’encontre de Français de toutes ethnies et religions, civils et militaires, à partir du  19 mars 1962 et dans les années qui suivirent.

            Sans vous, sans votre aide, comment pourrions-nous mener de front ces multiples actions, indispensables à la lutte pour le rétablissement de la vérité historique ?

            Rejoignez-nous sans tarder car c’est ensemble que nous pourrons défendre et faire triompher notre cause. Le prix de l’adhésion comprend l’abonnement à la revue bimestrielle, « La Lettre de VERITAS ».

Avec nos remerciements, nous vous prions d’agréer, chers compatriotes, l’expression de nos sentiments fraternels et dévoués.

Toute l’équipe du Comité VERITAS

BULLETIN D’ADHESION

Simple adhérent (Minimum) : 40€ - Soutien : 50€ - Bienfaiteur : 70€ et plus

NOM : ………………..                             Prénom : …………..

Adresse complète :

 

Téléphone :                                            Mail :

Règlement par chèque à l’ordre de VERITAS – BP21 – 31620 FRONTON