Ils furent sacrifiés les harkis,

     Trahis par un vil renégat,

     Un adepte de la félonie,

     Les, exposant aux fellaghas.

 

     Ce fût par dizaine de milliers

     Que ces fidèles à nos couleurs,

     Qui furent de valeureux guerriers,

     Périrent dans la pire des horreurs.

 

     Ce génocide de grande ampleur,

     Qui était plutôt prévisible

     Est le fait d'un maudit bradeur,

     Intransigeant et insensible.

 

     Un homme sans cœur qu'un gaulliste

     A essayé d'apitoyer,

     Mais s'adresser à cet autiste,

     C'était parler à un empaillé.

 

     Alain Peyrefitte l'a bien écrit,

     Ce monstre était implacable.

     Celui qui nous avait compris

     Était un être impitoyable.

 

     À présent il est en enfer

     Où il côtoie d'autres ordures

     Qui, regroupées sous Lucifer,

     Expient, contrits, leurs forfaitures.

 Jean-Paul Ruiz le 17/03/2018

Retour Poèmes de Jean-Paul.