par J. F. Paya

Bouteflika au sein du clan d'Oujda 1958 - n°1

Bouteflika au sein du clan d'Oujda 1958 - (n°1)

            Nous avions retrouvé des traces de la présence de A Bouteflika ( à l'époque secrétaire particulier du colonel Boumédienne) à Oran aprés le 5 juillet 62 * et des similitudes entre la rédaction du 1er communiqué de l'EMG d'Oujda du jour de l'indépendance que nous avons publié; communiqué du 5 juillet 1962 de l'état-major de l'ALN extérieur (normalement dissous par le GPRA )

Alger 1975 avec Houari Boumédiène

Alger 1975 avec Houari Boumédiène

D 'après une information récente A Boutéflika alors secrétaire particulier du colonel Boumédienne à Oujda ne pouvait pas ne pas avoir participé à la rédaction de ce document surtout diffusé pour justifier auprès des troupes une action contre le GPRA d'Alger dépositaire de la légitimité et ce à la veille de rentrer en Algérie ;La partie n'est pas gagnée ;et ce communiqué tout en double langage avec critique virulente du GPRA signataire par son représentant Krim Belkacem
des accords d'Evian (critiqués par l'EMG mais approuvés ici ? )
Avec en conclusion une mise en garde aux responsables des Wilayas" de veiller à la sécurité des populations et particulièrement sur celles de la minorité européenne " Qui justifiera l'intervention de cette armée des frontières avec le prétexte "de maintenir l'ordre " aprés provocation au massacre des Français d'Oran.

           Même argument utilisé pour celui rédigé aprés le pustch de Juin 65 contre B Bella qui l'avait limogé de son poste de ministre des affaires étrangéres peut avant et où il se montrera soutien fidéle de Boumédienne qui pris le pouvoir par ce coup d'Etat voir ci dessous

Bouteflika justifiant le Putsch de 1965

La France a déclassé certains dossiers secrets sur le président algérien Abdelaziz Bouteflika

Abdelaziz Bouteflika 2002

1972

Abdelaziz Bouteflika 2009

2009

           Peu importe l'astuce constitutionnelle pour faire partir Boutef sans casse ! Après tout il l'a pratiqué 2 fois en 62 et 65 plus brutalement avec moins de précaution mais il semble que l'opposition au milieu de ses chikayas légendaires ne soit pas préte à prendre la reléve alors qu'un lourd contentieux économique pour gérer la rente petro gaziére se profile alors aucun changement démocratique n’est encore possible en Algérie si l’institution militaire qui à fait le premier pas ne joue pas un rôle clé et favorable à une réelle transition politique Mais l’armée algérienne peut-elle participer à un réel changement démocratique ?

           Oui, sI les militaires Algériens s’inspirent de l’exemple du Portugal en 1974. A la surprise générale, une révolution démocratique a commencé au Portugal organisée par des militaires massivement soutenus par le peuple portugais. Cette révolution pacifique a la particularité de voir des militaires porteurs d’un projet démocratique (mise en place d’un gouvernement civil (organisation d’élections libres) renverser un régime sans pour autant instaurer un régime autoritaire;espérons que ce soit une possibilité pour l'Algérie qui nous est chère ;et oui !

           Dernière intervention de nos correspondants à 11h30 du 2/04/19 qui c'est trouvée réalisée les quelques heures suivantes montrant la bonne connaissance de leur Pays.

           Le 1er avril la présidence annonce qu’Abdelaziz Bouteflika démissionnera avant l’expiration de son mandat le 28 avril.

           Le 2 avril le général Gaïd Salah demande que soit « appliquée immédiatement » la procédure constitutionnelle permettant d’écarter le président du pouvoir.

           Selon l’armée, l’annonce la veille de sa démission avant la fin de son mandat n’émane pas du chef de l’Etat, mais "d’entités non constitutionnelles et non habilitées" ainsi que l'avait suggéré nos contributeurs Algériens.

           Peu après, Abdelaziz Bouteflika informe le Conseil constitutionnel de sa démission à compter du jour même, selon les médias officiels qui citent la présidence de la République.Information sans commentaires de notre part comme nous l'avions dit il y a 15 jours en souhaitant bonne chance à l'Algérie.

JF PAYA

PREMIER DOCUMENT ALN/ EMG vers LE POUVOIR A LA DATE DE L'INDEPENDANCE EN ALGERIEDocument de présentation EM/2em B/Oran/SECRET/CONFIDENTIEL en piéce jointe 3 pages à suivre *** Doc ALN au matin du 5 juillet 62  récupéré par 2em B/FAFr le 22/07/62 Classé A1 (doc authentique en l'état) diffusé pour raisons Historiques et édition Close (Agonie d'Oran *Nice)

EMG ALN Oujda 5juillet 62

 

EMG oujda 5 juillet 3

 

EMG Ooujda 5 juillet 2

EMG oujda 4

 

            Commentaires sur Document ALN du 5 juillet 1962 Document ALN du 5 juillet 1962 transmis par une note de renseignement de l'Armée française (2e Bureau d'Oran,le 22 juillet 1962). Le communiqué du 5 juillet 1962 de l'état-major de l'ALN extérieur (normalement dissous par le GPRA ) est diffusé intégralement dans le Troisième volume de" L'agonie d'Oran " ***négligé par les historiens c'est le seul ouvrage à diffuser;(épuisé) ce seul document du 5 juillet 62 de l'ALN extérieur . D'après une information récente A Boutéflika alors secrétaire particulier du colonel Boumédienne à Oujda ne pouvait pas, ne pas avoir participé à la rédaction de ce document surtout diffusé pour justifier auprès des troupes une action contre le GPRA d'Alger dépositaire de la légitimité et ce à la veille de rentrer en Algérie La partie n'est pas gagnée ;et ce communiqué tout en double langage avec critique virulente du GPRA signataire par son représentant Krim Belkacem des accords d'Evian (critiqués par l'EMG mais approuvés ici ? )

            Avec en conclusion une mise en garde aux responsables des Wilayas de veiller à la sécurité des populations et particulièrement sur celles de la minorité européenne qui justifiera l'intervention de cette armée des frontières avec le prétexte de maintenir l'ordre alors que ce n'était pas prévu par les accords d'Evan ,bafoués par ailleurs.

"Par le Groupe de Recherches sur le 5 juillet 62" par JF PAYA

            Ce communiqué de trois pages, diffusé aux cadres le matin du 5 Juillet,à Oujda ne fait pas référence à cette journée comme  historique. Il explique pourquoi le GPRA qui a dissous L'EMG a failli à sa mission en bafouant la légalité sur tous les plans aprés une référence appuyée aux accords d’Evian (qu'il a désavoué !) Il cite la date du 1er Juillet où le peuple s’est prononcé comme historique, proclamant que le GPRA est incapable de maintenir l’ordre et il se propose de le faire alors qu’on ne sait pas encore ce qui se passe à Oran ! (aucune référence à l'OAS en fuite) avec neutralisation de la Force locale par unité ALN ext infiltrée la veille du 5 juillet à Oran (voir témoignages reçus)
            Au sujet de cette proclamation du 5 juillet de l'EMG certains Historiens naifs l'ayant interprété au 1er degrés qui dirait tout le contraire de ce qu'on prétend lui faire dire, disent ils : n'ont pas saisi l'esprit "Takya" du texte qui prétend devoir maintenir l'ordre et  protéger "la minorité" européenne sous entendu mis en péril par l'incapacité du GPRA (donc nécessité pour le prouver de susciter du désordre voir une la méme tentative avortée à Alger! (avec sbires de Y Saadi).

            A priori pas de massacre prononcé mais prévisible par un désordre provoqué à Oran mais secondaire pour les "putchistes" d'Oujda.
"Par le Groupe de Recherches sur le 5 juillet 62" Par Aresky MR

Les wilayas dans la crise du FLN de l’été 1962 Mise au point.
            À l’intérieur, l’influence de l’EMG sur la wilaya 5 est moins affirmée. À Oran-Ville, ce sont les fédayins qui dirigent le FLN, notamment ceux de Djilali, Benguesmia Chadly (Abdelhamid) et de Bachir Bouhidjra (Abdelbaki)39. Dans la crise GPRA-EMG, Abdelhamid prend position en faveur de Ben Khedda tout comme le capitaine Yahia Magherbi40, responsable de la zone 57 (Tiaret). Proche de Boudiaf, il impose l’autorité du GPRA sur sa zone au détriment de l’EMG.
            Ce qui explique les divergences à Oran la fraction pro GPRA suivant les consignes d'Alger ayant organisé la manifestation pacifique fut débordée par des éléments de la faction pro EMG qui saborda cette manifestation par un "désordre" provoqué pour faire accourir les troupes de l'ALN d'Oujda qui prirent en main le sort de la ville,; les historiens qui n'ont pas compris cela n'ont rien compris
les jeux n'étaient pas fait avec Alger qui avait l'audience internationale et c'est plus facile de faire l'histoire à postériori lorsqu'on connait les gagnants !

"par le Groupe de Recherches Oran 5 Juillet 1962 direction JF PAYA /AC Algérie classe 54/2

VOIR LE MASSACRE DU 5 JUILLET 1962 - ORAN