REMARQUES SUR SES TRAVAUX remis au président de la république Emmanuel MACRON 

           Benjamin Stora, "spécialiste" de l’histoire de l’Algérie Historien très engagé (ex trotskiste) missionné par MACRON sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie pour favoriser la réconciliation entre les peuples français et algériens. Une mission destinée à dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France. Le rapport devait être remis à la fin de l’année 2020, puis en janvier, mais aucune date n’est encore fixée !! (Voir ci-dessous en dernière info remise officielle à Macron)

          De son côté, le président algérien Abdelmadjid Tebboune, a nommé le directeur général du Centre national des archives algériennes, Abdelmadjid Chikhi très anti français, pour « penser un travail de vérité sur les questions mémorielles des deux pays ». En ce même mois de juillet, la France a restitué les restes mortuaires de 24 combattants algériens tués au XIXe siècle en s’opposant à la « conquête » militaire de l’Algérie. Un « effort », reconnu par le gouvernement algérien qui réitère aussitôt sa demande de restitution de l’ensemble des archives et exige de la France des «excuses». L’Algérie réclame la totalité de ses archives, lance encore, à la mi-décembre, Abdelmadjid Chikhi, lors d’une conférence de presse. « Les demandes de la partie algérienne sont claires et ne nécessitent pas de concertations », ajoute-t-il, « la question est immuable car le passé ne saurait être effacé ou oublié ».

          Cela fait déjà plusieurs décennies que le sujet est un nœud de discorde entre les deux pays, pour devenir un enjeu diplomatique et politique avant même d’être historique.

          D’autres voix sont plus nuancées, comme celle de Fouad Soufi, historien et archiviste algérien, « ce qui me paraît important, c’est de revenir au concept de “patrimoine commun” qui intéresse autant les Français que les Algériens et dans ces conditions les restitutions devraient être étudiées au cas par cas, par fonds, par séries, et même par sous-séries », expliquait-il, dès juillet, dans un entretien accordé au quotidien Le Monde. Bien sûr, cela contredirait le principe archivistique fondamental de respect des fonds, poursuit-il, « mais le principe de “bien commun” permettrait de le dépasser ». Côté Français, les historiens sont plus que circonspects sur cet hypothétique retour des archives.

          Il y a toujours un vide juridique autour de la propriété de ces documents... La demande suppose que l’État algérien existait déjà avant 1962 sous la forme de l’Algérie coloniale, fait remarquer Guy Pervillé, historien et spécialiste de l’Algérie, dans sa réponse au directeur du Centre national des archives. « Il serait plus raisonnable (...) de rechercher avec la France un arrangement, dans un esprit pratique, pour faciliter l’accès des deux parties aux archives qui peuvent leur être utiles », conclut-il, dans un souci d’apaisement.

          L'ouvertures de certaines archives détenues par nous de ALN de la guerre d’Algérie est dangereuses pour partie algérienne selon l’historien Algérien M HARBI risquent d’être vite closes en Algérie.

          Le gouvernement algérien revendique régulièrement, depuis les années 70, les archives transférées en France en 1961-1962, rappelle la direction des archives nationales d’Outre-Mer, dans son projet scientifique, culturel et éducatif 2020-2024. Ce sujet politique a été abordé par les premiers ministres français et algérien en décembre 2017, qui se sont entendus sur la remise de copies numériques à l’Algérie, poursuit-elle. Et de lister une série d’actions : la transmission de l’ensemble des inventaires; la remise de copie des fonds numérisés (...) dont celle des films réalisés par le gouvernement général et la poursuite d’un énorme travail de numérisation des fonds et leur mise à disposition en ligne.

          L'utilisation des archives militaires et INA utilisés avec commentaires très spécieux (ARCHIVES ÉTAT CIVIL PN STOCKÉES EN ALGÉRIE) y compris les 2em livres non repris à l’indépendance ce qui montre le mépris total pour les PN à Évian

          INFO DERNIÈRE REMISE OFFICIELLE à Macron

PARIS : L'historien Benjamin Stora a remis officiellement ce mercredi à Emmanuel Macron son rapport sur les mémoires de la colonisation et de la guerre d'Algérie, avec des propositions pour parvenir à une nécessaire réconciliation franco-algérienne, près de 60 ans après la fin du conflit, a indiqué dimanche l'Élysée.

          L'historien formule dans son rapport plusieurs recommandations qui visent à parvenir à cette nécessaire réconciliation des mémoires, ajoute la présidence. (À SUIVRE avec circonspection)

          Spécialiste reconnu de l'histoire contemporaine de l'Algérie, Benjamin Stora avait été chargé en juillet par Emmanuel Macron de dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie. IL Y A DONC UN MÉPRIS TOTAL POUR LES AUTRES HISTORIENS FRANÇAIS et le débat collectif.

          Cette mission avait pour objectif de dresser un état des lieux précis du regard porté sur ces enjeux de part et d’autre de la Méditerranée, précise l'Élysée.

          Les présidents français et algérien ont désigné chacun un expert : Abdelmadjid Chikhi pour l'Algérie afin de travailler sur ce dossier toujours brûlant, à l'approche du 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie (1962/2022)

          Il n’est pas question d’écrire une histoire commune de l’Algérie, mais d’envisager des actions culturelles sur des sujets précis, à déterminer, comme par exemple les archives ou la question des disparus, avait expliqué en août l'historien avec accès au terrain pour une seule des partie (amalgame des victimes musulmanes imputées toutes aux Forces FRANÇAISES et forte minimisation pour massacre 5 juillet à Oran (HORS GUERRE DONC SEULE HORS AMNISTIES)

          Une étude récente signifie que plus de musulmans sont victimes du terrorisme FLN même avec les tortures par FFF spectaculaires dénoncées par le côté démocratique, mais rien n'est visible par l'autre partie avec les mutilations et les tortures punitives évidentes uniquement pour terroriser.

          Emmanuel Macron a chargé Stora de ce rapport dans le cadre de ses initiatives pour tenter de finir le travail historique sur la guerre d'Algérie parce que, a-t-il expliqué en décembre que nous avons des tas de mémoires de la guerre d'Algérie qui sont autant de blessures. (La partie PN voir musulmans pros français est toujours exclue du débat)

          DONC UN CÔTÉ REPENTANTS FRANÇAIS ET UN AUTRE COTÉ AMALGAME de MUSULMANS hétéroclite, indépendantistes et pro-français

          Dans son discours sur la défense des principes républicains, en octobre aux Mureaux (Yvelines), il avait déclaré que le séparatisme islamiste était en partie nourri par les traumatismes du passé colonial de la France et de la guerre d'Algérie. Ce séparatisme islamiste nourrit des ressentiments, des non-dits, TOUJOURS DANS LE SENS DE LA REPENTANCE BIEN SUR ! Dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022 dès le premier tour pour rester placé au deuxième !

GROUPE ÉTUDES HISTORIQUES PN

JF PAYA A/C Algérie classe 54/2 Cercle Algérianiste du Poitou

Retour ORAN LE 5 JUILLET 62 - CONCLUSIONS DU GROUPE DE RECHERCHES

Retour listes de tous les dossiers 5 juillet 1962

Retour B. Stora