ORAN 1961-1962 MICHEL DE LAPARRE

Information transmise par Jean-François Paya

Les Éditions "Page après Page" viennent de procéder à la réédition de cet ouvrage très précieux qui était introuvable car épuisé.

http://nice.algerianiste.free.fr/pages/bouq_com/delapparre.html

            Ce livre capital d'un témoin et d'un acteur de terrain à été « snobé » et négligé par la plupart si non tous « les historiens » qui ont prétendu étudier cet épisode dramatique du début de l'indépendance en Algérie ; sauf dans « l'Agonie d'Oran » 3 volumes de témoignages et d'enquêtes sous la direction de Geneviève de Ternant (éditions Gandini) qui lui consacre 10 pages dans le volume 2.

           D'ailleurs ces livres aussi pionniers de ce dossier ont été très peu exploités et cités dans les différentes études sur le sujet (sauf enquête de JF Paya qui y est partiellement incluse) Pourquoi alors qu'il n'y a jamais eu d'enquête officielle et très peu d'archives souvent caviardées ou édulcorées ?

           Bien sûr il s'agit d'une chronique de faits et d'événements qui sont souvent rapportés au Père dans son patronage de St Eugène par les nombreux visiteurs souvent militaires. Il n'a pas tout vu et cela est livré brut d'émotion et sans sélection qualitative pro ou anti OAS ou FLN ; mais c'est un journal précieux pour un historien digne de ce nom qui utilise volontiers avec les réserves d'usage ce genre de document (avec d'autres) dans toutes les études historiques, même pour ceux qui sont écrits à posteriori (sans parler du Coran de la Bible où des Évangiles !) Ce document fut écrit au jour le jour. Dont Acte !

Mais revenons au jour tragique du 5 juillet que nous avance-t-il ? En vrac

           Les jours d'après on apprend les horreurs qui se sont passées au centre-ville ; les disparitions ; les morts les bruits alarmants courent mais on ne sait rien de ce qui s'est passé dans les quartiers musulmans ni en périphérie au stade Municipal où de nombreux survivants qu'on ne reverra plus ont été amenés Nota capitale selon des Officiers de l'état-major « certes attaque contre les Français mais surtout ouverture des hostilités entre FLN Ben Bella / Ben Khedda » donc on sait mais pas d'enquête, pas d'archives ! On rapporte des interventions d'officiers courageux qui ont agi seuls et qui ont sauvé des gens ! Épisode de la gare à l'arrivée du train d'Alger où l'armée Française a tiré sur les émeutiers, section 8 ème RIMA très édulcorée dans le JMO

Achat chez Decitre entre autres

JEAN FRANÇOIS PAYA AC / Algérie classe 54/2 jusqu’à la fin 64 Service Marine Nationale Base de Mers-el-Kébir / membre du cercle Algérianiste du Poitou

Retour ORAN LE 5 JUILLET 62 - CONCLUSIONS DU GROUPE DE RECHERCHES

Retour listes de tous les dossiers 5 juillet 1962