07 novembre 2011

NAISSANCE DE L'ALGERIE

        Précédemment appelé Afriqya par les pays Arabes ou Berbèrie par les pays Européens, le 14 Octobre 2009 il y aura 170 ans que la France donnait son nom à l'Algérie, en effet entre Juillet 1834 et 14 Octobre 1839 la circulaire de A Schneider Ministre de la Guerre donna le nom définitif d’Algérie

        Le nom d'Algérie correspond à un pays immense (le deuxième de l'Afrique par la taille), pays au moins dix fois plus étendu que le territoire sur lequel s'étendait l'autorité du dey de l'ancienne Régence en 1830, date de l'intervention française.

         
Pour les géographes arabes du Moyen Age, seule existait «l'île du Couchant» (Djeziret el Maghreb), ensemble montagneux, forestier et steppique de l'Atlas, isolé entre, d'une part, l'océan Atlantique et la Méditerranée et, d'autre part, les vastes étendues, monotones et désertiques, de ce qu'on nomme actuellement le Sahara septentrional. Le mot Maghreb a la même étymologie que le mot Maurétanic désignant le pays du couchant, de l'occident par rapport au lieu saint de l'Islam, La Mecque. Appelée concomitamment ou successivement tout au long des siècles Maurétanie, Berbèrie (de Berbères), Barbarie (qui donnera Barbares), la fraction de cette île du couchant, l'Algérie du nord n'avait pas de nom particulier avant de devenir au XVe siècle, avant l'installation des Turcs, la Régence d'Alger, domaine politique aux limites assez floues

        Pour les Français qui s'y établissent à partir de 1830, elle ne prend que progressivement une nouvelle identité. Dès 1831 cependant, le mot Algérie apparaît à deux reprises dans l'ordonnance royale du 1" décembre créant une intendance civile. Mais on parlait toujours de l'ancienne Régence ou des Possessions françaises dans le nord de l'Afrique. Après les travaux de la Commission d'Afrique, fut publiée l'ordonnance du 22 juillet 1834, préparée par le Maréchal Soult en tant que président du Conseil, et qui instituait le régime des «possessions françaises dans le nord de l'Afrique (ancienne Régence)» C'est un texte fondamental dans lequel on a vu l'acte de naissance du pays. Le commandement militaire et la haute administration étaient confiés à un gouverneur général qui, sous le contrôle du Ministère de la guerre, disposait de toute l'autorité, prenant seulement l'avis d'un conseil composé des plus hauts fonctionnaires. De plus, décision très importante pour l'avenir, il était précisé que : «Jusqu'à ce qu'il en soit autrement ordonné, les possessions françaises dans le nord de l'Afrique seront réglées par nos services d'Alger» ou Berbèrie.
 

        Ce texte est l'Ordonnance du Roi des Français n°7654 «Sur l'Administration Civile de l'Algérie», il ne fait que légaliser pour la première fois un terme fabriqué par la langue française où il commence à avoir valeur d'usage. Depuis cette ordonnance d'ailleurs, tous les documents officiels emploient le terme Algérie Ce dernier ne fait que souligner l'appellation légale comme un rappel à l'ordre pour l'Administration, le texte du Journal Officiel ayant été signé un an plus tôt.

naissan1 naissan2

Louis Philippe part            Napoléon III arrive


        Le 29 décembre 1840, Bugeaud est encore nommé Gouverneur Général des Possessions du nord de l'Afrique et ne reçoit le titre de Gouverneur Général de l'Algérie que le 15 avril 1845. Le mot Algérie désigne alors la partie septentrionale, conquise par la France, à l'exclusion du Sahara algérien (tel qu'on le définit actuellement) dont la soumission restait à obtenir De plus, le terme était utilisé et le mot Afrique fut longtemps considéré comme un synonyme. Populariser cette date? Quant à nous, Pieds-noirs, je ne sais pas si nous serons en mesure de populariser l'acte fondateur de «l'Algérie» création française symbolisée par les dates officielles du 31 octobre 1838 et du 14 Octobre 1839
 ,car plus je réfléchis (avec d'autres aussi) plus je les trouve opportunes.

En effet, ni le débarquement du 24 juin 1830 ni à fortiori le 5 juillet (reddition d'Alger) ne conviennent, car à ce moment-là, la France n'avait pas décidé encore d'administrer et de fonder une nouvelle province, certains étaient mêmes partisans de réembarquer après avoir donné une leçon aux «barbaresques» ! (Depuis d'ailleurs, le 5 juillet a été doublé par une autre date funeste !)

        Le rappel de cet anniversaire a l'avantage de «remettre les pendules à l'heure» car beaucoup de textes, y compris dans nos écrits comportent "Algérie" avant 1834 ce que font même des historiens contemporains chevronnés parlant d'Algérie même sous François 1er !!! En arabe «Bled-El-Djezair» pays d'Alger ne fut qu'une traduction a posteriori du français, et «Djezairi» pour algérien s'employait tout juste pour les habitants d'Alger («Asken Fi Eidjezair»), remplacé par Algérois, (le terme Algérois n'apparaît pas au début et surtout pas avant 1830 et 1838) lorsque plus tard le terme prit de l'extension avec la création du concept Algérie.

        La région d'Alger directement rattachée au pouvoir turc était appelée «Dar-Es-Soltan» sans aucune connotation provinciale, la notion de communauté étant réservée au niveau tribal et local. Les habitants de l"Oranie et du Constantinois étaient loin de se nommer "Algériens" au début du 19em Siècle et c"était plutôt les "colons européens" qu "on appelait ainsi notamment dans l armée lors de la conscription.

Dire anniversaire de l'Algérie française serait une erreur grave car cela laisse supposer qu'il ait pu y avoir une autre Algérie avant, c'est pourquoi Algérie création française est plus indiquée.

        NOTER QUE LE SEUL ANNIVERSAIRE( VITE OUBLIE) QUE LE POUVOIR ACTUEL AI PU TROUVER EN ALGERIE EST EN REALITE CELUI DE LA VILLE D ALGER "DJEZAIR" SON NOM ARABE.

Sources : Histoire de l'Algérie de X.Yacono et Notes de J-F Paya Mise a jour Article de PN Magazine

Commentaire du 27 mai 2009 de J-F Paya

 

naissance-0022algerie0022[1]

 

naissance-algerie[1]

En 1839, lorsque la France inventa l’Algérie, la Kabylie était "encore" indépendante. 

Dans la rubrique "Naissance de l'Algérie"  à propos "toponyme"  Algérie conservé par les indépendantistes on peut signaler le cas de plusieurs pays Africains qui ont mis un point d'honneur à changer le nom de leur pays imposé par la Colonisation en reprenant une appellation tirée de leur passé précolonial. L'Algérie pouvait très bien le faire en replongeant dans le passé antique de la région /par exemple comme "Maurétanie" ou "Numidie "mais cela relevant d'une Histoire "pré Islamique" et comme il n'existait aucune appellation d'origine arabo-musulmane sauf le nom de la ville d'Alger "Eldjezair"ou "Eddzair" étendu à toute la région par les français en Algérie il le gardèrent.       JF Paya

*

Afrique_romaine_entre_69_et_439

*

 

COMMENTAIRE D’UNE LECTRICE ORANAISE.

            L'histoire dit que l'appellation Algérie provient du nom de la ville d'Alger. Le nom d'« Alger » dérive du catalan Aldjère, lui-même tiré de Al-Djaza'ir, nom donné par Bologhine ibn Ziri, fils du fondateur de la dynastie Ziride, lorsqu'il bâtit la ville en 960 sur les ruines de l'ancienne ville au nom romain Icosium ; Djaza'ir Beni Mezghenna. Le nom en français, Algérie, utilisé pour la première fois en 1686 par Fontenelle dans Entretiens sur la pluralité des mondes pour qualifier la Régence d'Alger, est officiellement adopté le 14 octobre 1839 par Antoine Virgile Schneider afin de désigner ce territoire faisant partie de la Côte des Barbaresques.

            L'étymologie du nom en arabe, « Al-Djaza'ir » (الجزائر), rattache le nom aux îles qui faisaient face au port d’Alger à l'époque et qui furent rattachées à sa jetée actuelle ; en arabe Al-Djaza’ir (الجزائر), « Les Îles », en français « Les Îles des Beni Mezghenna » (جازاير بني مزغانا Djezaïr Beni Mezghanna). Le terme d'île pourrait selon des géographes musulmans du Moyen Âge désigner la côte fertile de l’actuelle Algérie, coincée entre le vaste Sahara et la Méditerranée, apparaissant alors comme une île de vie, Al-Jaza’ir (الجزائر). En ce qui concerne Mezghenna, Tassadit Yacine rapporte l'hypothèse d'une forme arabisée d'Imazighen, ou « Berbères », donnant au pays le nom originel Tiziri n At Imezghan, « Ziri des Berbères ».

            Une autre étymologie situe son origine dans le nom de Ziri ibn Menad : Djezaïr alors de Dziri, du berbère Tiziri qui signifie « clair de lune ». Les Algérois se désignent eux-mêmes sous le vocable de Dziri, et le langage populaire a conservé par ailleurs la formule Dzayer pour désigner Alger et l'Algérie.

Le terme donc d'Algérie existait bien avant l'arrivée des Français en Algérie.

Commentaire posté d’Oran le 08-11-2011 par LB.

COMMENTAIRE de JF Paya du 12 juin 2012

            Un vrai livre d'Historien 525 Pages ;724 Notes et sources ;Bibliographie et références abondantes ;"La France en Algérie" Mais c'est quoi en 1830 ce Maghreb central entre le Maroc et la Tunisie?
"Régence d'Alger" Province turque limitée à une zone côtière? G Pervillé nous indique "Les mots Algérie et Algériens existent en Français depuis la fin du 17em siècle mais ne désignant que l'état Turc d'Alger et sa minorité dirigeante" c'est bien ce que disent nos notes dans "questions posées "
            Par la suite on suit les aléas de la construction de cette entité territoriale ;qui à notre avis aurait pu connaitre un destin différent sans l'occupation Française ? Lors du dépeçage de l'empire Ottoman allié de l'Allemagne en 1918;avec un Sahara éclaté par les riverains; enfin difficile de faire de la prospective à postériori! mais l'Algérie actuelle n’aurait pu jamais exister avec ces deux ailes rognées par les états Marocains et Tunisien existants. Notre lectrice Oranaise qui a laborieusement pioché dans "Wiquipedia" ne peut que répéter ce que dit aussi l'historien Pervillé les mots Algérie, Algériens sont employés pour la 1er fois par "Fontenelle" auteur Français en 1685;mais exclusivement réservés à l'état Turc de la ville d'Alger et ses dirigeants ses habitants seront nommés "Algérois".
            Bien plus tard en 1840 quand le terme Algérie recouvrera tout le territoire sinon nous mettons au défi de voir des habitants des régions d'Oran où de Constantine se nommer "Algériens" avant 1830.

            Maintenant tout à fait d'accord AL-Djazaïr vient bien de l'Arabe comme toponyme de l'emplacement de la ville d'Alger mais aller plus loin relève de la pure spéculation et n'est pas fondé.

            Compléments personnels/ Dans la rubrique "Naissance de l'Algérie" à propos du "toponyme" Algérie conservé par les indépendantistes on peut signaler le cas de plusieurs pays Africains qui ont mis un point d'honneur à changer le nom de leur pays imposé par la Colonisation dans le cas de l'Algérie votre carte suggère des origines Antiques mais antérieure à l'occupation Islamique et Arabe donc Algérie était plus indiqué!

Posté par JF Paya, 17 juin 2012 à 01:29

En 1830 pas encore d'Algérie Transmis le 8 septembre 2012 par JF Paya

            Indéniable le territoire central entre la Tunisie et le Maroc qui n’était pas encore "l’Algérie" fut colonisé par la France avec l'aide d'une moitié des tribus contre l'autre moitié ,stratégie classique héritage de la gestion Turque (avec une belle frontière à l’ouest au détriment du Maroc!) au départ a cause ou au prétexte de la piraterie protégée par l’occupation Ottomane (voir les tours de guets sur les côtes d’Europe) d’aucun parlent "de Marine Algérienne" elle n’existait pas ,un état et une armée encore moins, donc "colonisable‘’ comme la Gaule par les Romains c’est un fait et non une justification à une certaine période tout le monde a colonisé tout le monde et les Arabo berbères sont montés jusqu’a Poitiers et restes 800 ans dans le sud de l’Espagne et surement pas avec des fleurs! 

            Mais personne ne répond à ma question quant fut-il dans les pays similaires à l’Algérie sans colonie de peuplement ? Pas de misère pas d’injustice pas d’esclavage et de traite des noirs africains pas de massacres? C’est une drôle de position à la limite raciste de ne pas condamner cela parce qu’entre soi. Ci joint un texte remarquable retrouvé en archives (source non définie) 

            "Il faut voir dans ce siècle de -300 à 1830 aux années d’errances, de tâtonnements, la véritable nature de la Régence d’Alger. Une ENTITÉ ÉTRANGÈRE à cette terre et à ses populations qui ne se sentait aucun devoir de résistance, pas même au titre confessionnel (Islamique) pourtant seule légitimation de son existence. Le seul engagement qu’elle s’est astreinte à respecter c’est celui qui l’a continuellement engage vis-à-vis de la sublime porte. (L’Empire Ottoman) 

            S’il fallait considérer la Régence d’Alger comme L’ANCÊTRE DE L'ÉTAT ALGÉRIEN il aurait fallu aussi trouver trace d’un effort de fédération des populations locales, une volonté d’unification de ce territoire au-delà de sa différenciation de la Tunisie et du Maroc en tant que seul espace de collecte d impôts et une œuvre de développement de ces contrées au lieu de jouer sur les oppositions tribales.

            Pour les populations qui occupaient cet espace le temps semble s’être figé jusqu’au moment fatidique de l’occupation française. Une longue parenthèse durant laquelle, sous le contrôle de la régence d’Alger et de ses baylek, les populations musulmanes, juives, citadines, montagnardes ou nomades, berbérophones ou arabophones, issues des lignées amazigh millénaires, venues d’orient, ou chassées d’Andalousie, n’avaient aucune prétention à un vivre en commun encore moins à un devenir semblable. 

            Comment dès lors considérer le renoncement au combat comme autre chose que la continuité de cette existence en marge et dans le mépris des populations locales qui a caractérisée la présence Ottomane au Maghreb central ? Si, la régence était un tant soit peu un proto-état la résistance au colonialisme en aurait été radicalement transformée, plus unie, coordonnée. La résistance aurait été celle d’un état face à un autre, et non celle de Tribus face à un état! "

JF Paya

Retour "Tous les articles"

Posté par popodoran à 09:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]