29 décembre 2007

L'odeur du pays

 

 

canastel

                Pour moi, exilé involontaire, guidé par mon destin, je peux parler de " l’odeur du pays " Car l’Algérie, était tellement lumière, chaleur, senteurs et parfums envoûtants que le moindre de ces signes me ramène irrésistiblement vers elle.

                Mais 55 ans sont passés et le constat est amer car je sais maintenant que je ne reverrais plus jamais la France de mon enfance.

LES ODEURS DE LÀ-BAS

Sens-tu le frais parfum de la blanche anisette
Dans le verre embué ? Et celui des brochettes
Aux portes des cafés ? De là-bas c'est l'odeur.


Me voici transportée sous l'oranger en fleurs
Des souvenirs, soudain, s'ouvre tout grand le livre
Quand toutes ces senteurs se mettent à revivre,
C'est un ciel éclatant d'azur et de vermeil
Une mer d'émail bleu ondulant au soleil
C'est la vigne naissant au sein des terres rouges
C'est midi si brûlant que l'ombre seule bouge
C'est l'ardente clarté courbant les floraisons
C'est la chaleur, la plage; c'est notre maison.

 

Respire à pleins poumons cette odeur généreuse
Et vois le bourricot sur la route poudreuse
Qui trotte résigné, chargé de lourds paniers
Qui lui battent les flancs. Retrouve les palmiers
Aux écailles brunies dont la houppe balance
Dans les cieux en fusion la verte nonchalance
Qui, respire bien fort les parfums de là-bas
Et tu verras alors, emplissant les cabas
En tunique de sang, la tomate pulpeuse
L'orange ensoleillée et la grappe juteuse
Tu sentiras l'odeur des couscous épicés,
Des paëllas fumantes, des piments grillés,
Et l'arôme fruité de notre huile d'olive
La fragrance salée du rouget, de la vive
De la dorade rose au bout de l'hameçon
Dont on se mijotait des soupes de poissons
Vois les figues sucrées emplissant la corbeille
Près desquelles tournoient les friandes abeilles
Délaissant le jasmin langoureux, obsédant.


Nous mordions dans la vie, ensemble, à pleines dents

 C'était la joie, le rire, c'était le bonheur !
Le passé contenu dans ces fortes senteurs
C'était les temps heureux, c'était notre richesse...
Car l'odeur de là-bas, c'était notre jeunesse !

 

Odette TREMELAT LEGAY (1950)

 

 

Retour "Tous les articles"

 

Posté par popodoran à 21:10 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


IL Y A 55 ANS

Que s’est-il passé ?

journal_1962

*

        Bien intégré depuis 54 ans maintenant mais pas au point d'oublier notre Algérie malgré ce qui s’y est passé.

        Ce qui s’y est passé appartient à l’histoire, qui saura, le moment venu, restituer ses douleurs loin de toute passion. L’histoire sait attendre patiemment:

    Elle dira certainement que l’indépendance de l'Algérie était une affaire importante acquise dans ce cas avec beaucoup de souffrances d'une part comme de l’autre.

    Elle dira aussi que l’indépendance de ce pays ne devait pas être mise entre des mains avides de pouvoirs et d'enrichissements personnels, incapables de gérer cet immense territoire regorgeant de richesses encore insoupçonnées.

    Elle dira enfin qu’à l’indépendance de l’Algérie un million de Pieds-noirs ont rejoint la métropole contraints et forcés mais qu’à leur arrivée en cette triste année 1962, certains politiques de l’époque déclaraient "Que les Pieds-noirs aillent se réadapter ailleurs". Pendant qu’à l’initiative de certain syndicat d'autres Français brandissaient en guise d’accueil des pancartes sur lesquelles on lisait " les Pieds-noirs à la mer "

*

deferre2

    Et ce n’est encore rien quand on sait toute la souffrance endurée par nos parents pour notre intégration dans un pays qui ne nous aimait pas et qui ne voulait pas de nous et qui perdure encore après tant d'années.

Retour "Tous les articles"

Posté par popodoran à 21:30 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

QUI ETIONS-NOUS

imag0143

                   Nous appartenions surtout à la classe ouvrière. Nous étions composées de petits fonctionnaires, artisans et commerçants, dont le revenu moyen était bien inférieur à celui des Français métropolitains.

                   Très peu étaient des agriculteurs propriétaires et les très grandes fortunes se comptaient sur les doigts d’une seule main. Nous avons eu mal en quittant l’Algérie, très mal et nous avons eu encore plus mal en débarquant sur cette terre de France, inconnue pour la plupart d’entre nous. "France" qui se serait bien passée de tous ces "étranger" qui allaient quand même bouleverser un peu leurs habitudes.

                   Cette terre dont nous ne portions en fait qu’une citoyenneté, une simple carte d’identité Française insuffisante pour dire que nous étions d’abord des "Pieds-noirs" et surtout des Français d’Algérie à part entière. 

Il est fort probable que l’on ne connaîtra jamais l’origine exacte du nom Pieds-Noirs et cela n’a finalement pas beaucoup d’importance car c’est surtout ce que les Fran­çais d’Algérie en ont fait depuis la fin des années 50 jusqu’à nos jours qui lui donne tout son sens désormais. C’est main­te­nant une expression profondé­ment ancrée dans le langage et reconnue par les dictionnaires. Certains le regrettent et auraient préféré que le mot Algérien, qui avant les années 50 désignait les Français d’Algérie, continuât de s’appli­quer aux « Pieds-Noirs ». Il est vrai que cette appellation a été récupérée par les habitants actuels de l’Algérie et que l’usage général la leur attribue.

Le mot « Algérie » est pourtant bien une création française, tiré du mot arabe « al djezaïr » qui signifie « les îles », et qui a servi à désigner ce territoire délimité en 1830 par la France.


De René Mancho

Pied-Noir, mon frère...

Si t'as pris la valise et parfois le cercueil

Et que tu marches droit malgré tous ces écueils,

Dans les plis du Drapeau si t'as séché tes larmes

Et que vaincu mais fier t'as déposé les armes,

Si tu regardes devant sans oublier l'histoire

Et que de tes racines tu gardes la mémoire,

Si la vue d'une orange te transporte vers ailleurs

Où la vie était douce et pleine de chaleur,

Si tous ces morts pour rien hantent encore tes nuits

Et que parfois tu hurles pour pas qu'on les oublie,

Si tu penses à tes pères qui traçaient les sillons

Et arrosaient la graine de leur transpiration,

Si le soleil a fui mais qu'il est dans tes yeux

Et transforme ta voix en accent merveilleux,

Alors redresse-toi tu peux en être fier.

Maintenant j'en suis sûr,

T’es un Pied-Noir mon frère.

http://www.oran1954.com/

 

 

De Camille Bender décembre 1962

 

On était simplement des Français d'Algérie,  
Balancés n' importe où, dans l’amère patrie  
Par un vieux galonné, sénile psychopathe,  
On était simplement des Français d'Algérie...   

Et durant les 2 guerres, nos morts ont jalonné  
Tous les champs de bataille, de France ou d'Italie,  
Il a tout oublié, le pédant galonné,  
Le trop bouffi d’orgueil et de sombre folie,  
On était simplement des Français d'Algérie...  


Pour nous, pas de discours et pas d’accueil en France  
Nos vieux ont attendu plusieurs jours sur les quais,  
Sans aide ni pitié, noyés d’indifférence,  
L’ogre de Colombey avait ses préférences  
Et il nous méprisait, lui et tous ses laquais  
On était simplement des Français d'Algérie...  

Mais on s’est relevé à force de courage  
Charlot s’en est allé au royaume éternel,  
Heureux de son exploit, de son choix criminel,  
Il restera pour nous le triste personnage  
Qui n’aimait pas du tout les Français d'Algérie !  

Les années ont passé sur nos joies et nos peines,  
On a refait nos vies sur fond de nostalgie,  
Les souvenirs au cœur et sans démagogie,  
Insensibles aux appels et au chant des sirènes,  
On est sorti vainqueurs du combat des arènes  
Pour demeurer toujours.  Des FRANÇAIS D’ALGÉRIE !

 

 

 

Retour "Tous les articles"

 

Posté par popodoran à 21:58 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

Le Kairouan

Kairouan00

Ce beau navire qu'était le "Kairouan" ne mouillait que quelques heures à Oran. "Joé, tché, t'y es plus pressé que le Kairouan !", disaient certains Oranais.

Je regrette de ne l'avoir connu que pour notre départ d'Oran.

     IMO 5179117 - Paquebot - 142,52 x 18,31 x 9,00 m - TE 6,30 m - JB 8 589 - PL 1 869 t - V 24 nds - Lancé en janvier 1942 par les Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne, mais bombardé par les Allemands en août 1944 alors que sa construction n'est pas encore terminée - Renfloué en juin 1947 - Achevé à La Ciotat et mis en service le 15 juillet 1950 entre Port-Vendres et l'Algérie.

      Il possédait 3 ponts complets et une jauge brute de 8.800 tonneaux pour un port en lourd de 2.100 tonnes. Ses 3 cales étaient desservies par 4 grues de 3 tonnes.

      Son équipage au complet était composé de 17 officiers, 39 hommes des services pont et machine, et de 70 membres du service général. Ses aménagements pour passagers étaient conçus pour 121 personnes en cabines de première classe, 330 en classe touriste et 923 en quatrième classe, soit au total 1.374 passagers.

      La propulsion turboélectrique était assurée par 2 moteurs synchrones de 3.300 volts triphasés. Ces moteurs pouvaient développer un total de 28.000 chevaux à 194 tours-minute. Chaque moteur était alimenté par un groupe turboalternateur. L'appareil évaporatoire était composé de 4 chaudières à circulation forcée du type « La Mont » produisant 35 tonnes de vapeur à l'heure à la température de 425°c. Ces chaudières fonctionnaient à l'eau distillée et nécessitaient seulement 45 minutes de chauffe pour monter en pression.

      Ce fut le seul paquebot affecté aux lignes d'Afrique du Nord à être entièrement peint en blanc, avec une silhouette fine... magnifique. 

      Il transporta les soldats français en Tunisie et en Algérie. Pendant la guerre d'Algérie, il effectua des transports de troupes de deux mille hommes, à grande vitesse et avec un bon confort.

      Lors de l'évacuation de l'Algérie, il accueillit les rapatriés à pleins bords et les dégagea du cauchemar à un rythme accéléré et assura leur retour vers la métropole.

      En 1964, il assura encore la liaison Alger Marseille et c'est sur ce navire que la première compagnie du Groupe de Transport 535 quitta l'Algérie pour la France.

      Il effectua son dernier voyage sur l'Afrique du Nord pour le compte de la Compagnie Générale Transméditerranéenne en septembre 1973. La Compagnie de Navigation Mixte prit alors possession du navire, le désarma et le mit en vente amarré au quai de l'oubli, à coté du VILLE DE TUNIS.

      Après 31 ans de bons et loyaux services, le paquebot fut vendu aux chantiers de démolition espagnols de Vinaroz. Remorqué par le Provençal IV, il arriva à Vinaroz le 23 décembre 1973 ou il y fut démoli l'année suivante.

      Pour nombre de soldats il restera le paquebot de leurs 20 ans et souvent le paquebot des seuls voyages en mer de leur vie.

DIAPORAMA DU NAVIRE

Retour "Tous les articles"

 

Posté par popodoran à 22:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

31 décembre 2007

La naissance de la communauté. 1830-1839

1830 : Après le débarquement français à Sidi Ferruch des émigrants de métropole ont suivi l'armée. Comme le voulait Bugeaud, les laboureurs vont remplacer les soldats. La nouvelle communauté grandit très lentement.

1838 : Un centre d'agriculture voit le jour près du camp permanent de BOUFARIK : 562 lots de culture d'un tiers d'hectare sont constitués è l'administration crée plus de 197 villages, peuplés en 1882 de 30 000 habitants, dont près de la moitié sont recrutés sur place. L'Algérie pourtant n'est pas tout à fait pacifiée : des révoltes ont lieu ici et là, liées à la détérioration de l'économie indigène accablée par la suppression des droits d'usage et la lourdeur de la fiscalité.

1839 : Le ministère de la guerre officialise ce qu'on appelait les territoires du Nord d'Afrique. Ils porteront désormais le nom d'Algérie

Posté par popodoran à 19:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


1840

        En dehors de l'armée 11900 européens occupent déjà l'Algérie : dont 5000 français (des aventuriers, des spéculateurs, des déserteurs, des cabaretiers, des prostituées, etc.)

Les colons?

Ils sont à peine 2500 : ceux que l'on a appelé les "colons en gants jaunes", légitimistes qui, après avoir refusé la monarchie de juillet, sont investi dans les meilleures terres.

                Les autres, pauvres bougres qui pour la plupart reviendront en France aussi pauvres qu'ils l'avaient quitté! Entre temps, ceux-là auront connu les marécages où l'on s'embourbe, les ronces impénétrables, l'hostilité des terres, les pillages incessants, les agressions nocturnes, les constructions promises jamais obtenues, les concessions qui n'en étaient pas, déjà occupées ou vendues en multipropriétés, la sécheresse, le froid et les sauterelles, la malaria, la dysenterie, et le paludisme enfin, qui en 1837 en feront périr plus d'un tiers.

                10 ans de sacrifices et d'efforts, 10 ans de souffrances pour un retour en métropole prématuré... déjà "une main devant et une main derrière".Dans les premiers villages, les pionniers luttent contre un environnement hostile : calamités naturelles, voleurs qui s'attaquent aux récoltes et algériens musulmans réclamant ce qui leur est dû. L'image de l'Eldorado promis s’éloigne de jours en jours.
                Pour renforcer la colonie, il faudra les déportations successives des républicains hostiles à Louis Philippe puis à Napoléon III. La France envoyait ainsi les éléments "dangereux" en Algérie " il s'agissait plus de nettoyer les rues de Paris que de coloniser l'Algérie". Enfin outre l'armée et les colons français, des recrues étrangères sont venues donner au pays un aspect baroque et cosmopolite.

        Les espagnols se sont installés à Alger, autour de la Bassetta, et à Oran dans le quartier de la Blanca.
        Les mahonnais (originaires de Port Mahon aux Baléares) ont choisi Constantine et l'est du pays.
        Les siciliens et les napolitains, les piémontais ont peuplé la Calle et Bougie.
        Des prussiens, fuyant le Palatinat ont échoué à Dublineau en Oranie, et à Penthièvre près de Bône
        Des suisses et des allemands sont venus à Dely Brahim et à Kouba.
        Des soldats laboureurs ont colonisé Siddi-Bel-Abbès, Teniet-el-Haâd et Médéa.

Sol, climat, épidémies, les pertes sont nombreuses, beaucoup y renoncent.

Posté par popodoran à 19:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

1842

90 des 300 habitants de Boufarik meurent de paludisme et à Marengo, 250 habitants sont décimés par le choléra.

Posté par popodoran à 22:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

1842-1846

On dénombre 198 000 arrivées / 118 000 départs et plus de morts que de naissances.

Posté par popodoran à 22:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

1847

La population européenne d'Algérie comptait plus de 110.000 européens, dont 47.000 français, parmi lesquels 15.000 colons ruraux soit 12%.
Les capitalistes : Gros demandeurs qui obtinrent de grandes concessions, des subventions de l'État, l'exécution de travaux financés sur les fonds publics, à charge pour eux d'installer sur les établissements ainsi créés des familles européennes et de fonder des villages.
Les petits colons : Détenteurs de concession de 4 à 12 hectares, tributaires de l'administration pour l'octroi de prêts et de matériel, parfois assignés au rôle de métayers des grands concessionnaires. Les conditions souvent misérables dans lesquelles ils vivaient en faisaient une proie désignée pour les maladies, dues à l'insalubrité du climat. La vocation agricole de l'Algérie se précisa lentement. Les agriculteurs français s'inquiétaient de la production céréalière algérienne, de la culture d'olivier et de la vigne qui risquait de les concurrencer. La majorité de la population européenne restait citadine :


Alger s'affirmait comme la Capitale Administrative.

Oran, comme centre commercial et ville européenne

Constantine demeurait une ville indigène.

Posté par popodoran à 22:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

1848

Le peuplement officiel de l'Algérie a démarré avec la création de 42 colonies agricoles dont:

Saint Cloud, Saint Leu et Sainte Barbe du Tlélat en Oranie.

Castiglione, El Affnoun et Marengo dans l'Algérois.

Jemmapes, Mondovi et Guelma dans la province de Constantine.


À Mondovi, on dénombre 250 victimes du paludisme.

Posté par popodoran à 22:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]