07 mars 2019

56ième ANNIVERSAIRE DE L'EXÉCUTION DE JEAN BASTIEN-THIRY

Chers amis,
   Veuillez trouver ci-joint l'invitation aux manifestations organisées par le Cercle JBT pour le 56 ème anniversaire de l'exécution de Jean Bastien-Thiry

   Merci de bien vouloir diffuser.    Avec toute notre reconnaissance pour votre fidélité au souvenir de Jean Bastien-Thiry,

           Hélène Bastien-Thiry

1

2

                       

 Retour "C.N.R."

 

Posté par popodoran à 11:58 - Commentaires [4] - Permalien [#]


22 mars 2019

HOMMAGE AU GÉNÉRAL SALAN

         Je vous prie de bien vouloir prendre connaissance de l'invitation relative à la cérémonie en hommage au général Raoul SALAN qui se déroulera, mardi 26 mars, à 33660 Saint-Seurin sur l'Isle.

         Contact : mairie@stseurinsurlisle.com  

Mairie de Saint-Seurin sur l'Isle - Espace Charles De Gaulle - BP 26 - 33660 Saint-Seurin sur l'Isle - Tél 05 57 56 01 01 - Fax 05 57 56 01 09

         En vous remerciant

         Amitiés patriotiques

         José CASTANO

Hommage au général Raoul SALAN

 

Hommage au général Raoul SALAN repas

Réservation avant le 20 mars

Dominique PERRICHON – 66, route de Bordeaux – 33660 ST SEURIN SUR L’ISLE – Tel. 06.83.69.77.12

Retour à toutes les commémorations.

Posté par popodoran à 13:24 - Commentaires [3] - Permalien [#]

MARGUERITE LOMBARD

Notre ami le Docteur Jacques LARMANDE, nous fait part du décès survenu à Nice, de sa tante Marguerite LOMBARD, héroïne du combat pour l'Algérie Française.

Marguerite Lombard

A l'âge de 41 ans, Professeur de Grec, elle fût interrogée par les barbouzes de la Caserne des Tagarins à Alger...

Arrêtée par le Colonel DEBROSSE, après avoir affirmé qu'elle ne répondrait pas, quelqu'en soient les moyens, elle a échappé aux tortures de cette "Mission C", contrairement à Madame Geneviève SALASC, Sauveur COSTAGIOLA, Jacques ZAJEC, et tant d'autres...

Condamnée à 3 ans de réclusion, elle a purgé ses 3 ans (plein) à la Petite Roquette, puis à Fresnes... A cette époque les "remise de peine" et soutiens psychologiques n'étaient pas encore à la mode...

Ses obsèques seront célébrées à Nice, en l'Église Saint-Pierre-d'Arène  à Nice (06000) à 09 H.30, le samedi 23 mars 2019,

Son corps reposera à l'Athanée Saint Augustin de Nice à partir de mardi matin 19 mars...

Elle était Membre d'Honneur du Cercle algérianiste de Nice, et Vice-Présidente de l'ADIMAD pendant 15 ans...

Marguerite LOMBARD, était un exemple! Elle était toujours volontaire pour les déplacements du CNN19M1962, et pour la recherche de la Vérité Historique...

Ne l'oublions pas!


Du Cercle algérianiste national groupe

Madame Marguerite LOMBARD née TOUSSAINT, professeur de grec, 41 ans en 1962,  nous a quitté à 99 ans, elle fut Résistante de l' OAS pour que l' Algérie reste française.

Marguerite Lombard jeune

Honneur à tous les résistants de l' OAS. Ni oubli, ni pardon.

Chère Marguerite, votre modestie allait de paire avec vos convictions jamais reniées, vous avez accompli votre devoir avec un grand courage, vous avez été condamnée à l' âge de 41 ans à trois ans de détention dans les prisons gaulardes de la Petite Roquette et de Fresnes, après votre libération vous avez oeuvré dans les rangs de l'ADIMAD pendant 15 ANS.

Dans le livre écrit par Vincent Quivy, "LES SOLDATS PERDUS" Des anciens de l' OAS racontent, Marguerite LOMBARD née TOUSSAINT s'exprime : "Le temps n'a rien éffacé pour moi, la page n'est pas tournée. Il y a certaines choses qu'on ne peut pas oublier." "Tous ont gardé vis à vis de cet engagement un attachement profond. S'il n'a souvent duré que quelques mois, il a été total, et de ce fait, a bouleversé les existences. Le goût amère de l'échec, l'incompréhension, les longues années de prison, d'exil ou de clandestinité, ont contribué à cristalliser les sentiment et les idéaux."

REPOSEZ EN PAIX MARGUERITE, nous ne vous oublierons pas.

Retour "IN MEMORIAM"

Posté par popodoran à 23:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 mars 2019

L’ISLAMISATION DE L’ÉGLISE 2

Par José Castano

Seconde partie : La démission de l’Église face à l’islam

« Quand l’Eglise de France s’abandonne à l’islam ! Quand des paroissiens allant à la messe acceptent que leurs curés, leurs évêques s’oublient aux dépens de leur propre croyance, il est temps de se poser des questions sur l’état de la France catholique »(Gérard Brazon)

            Tout au long de ces cinquante dernières années, force est de constater que nos gouvernants successifs –encouragés par les médias, la haute finance… et une grande partie du clergé- ont livré notre pays à ce qu’il convient d’appeler : une  invasion migratoire… Tant d’années durant lesquelles l’Église s’est littéralement effacée devant une religion comme l’islam, lui permettant de devenir la première de France en nombre de pratiquants assidus.

           Nos chers prélats n’ont eu pour seul objectif, pour seul désir et pour unique ambition, que d’appeler « au dialogue et à l’amour » à « la fraternité entre les peuples »… pour qu’in fine l’un des leurs se fasse égorger dans sa propre église par un individu, peu sensible tout compte fait, à la religion de « paix et d’amour »…

           Cette conduite pour la moins inadéquate du clergé français révèle une certaine analogie avec celle qui avait cours lors de la guerre d’Algérie et qui précipita la mort de l’Algérie française. (Voir la première partie)

           Comme nous l’avons vu, l’aide de l’Eglise ne s’arrêta pas à sa seule clémence envers les assassins du FLN. Sa participation active, en bien des cas, fut de notoriété publique… Aujourd’hui, « bis repetita »… « L’Histoire, comme une idiote, mécaniquement se  répète », disait Paul Morand… Rien n’est plus vrai !

           C’est ainsi qu’en exemple de soumission à l’islam prônée par les nouveaux « pères de l’Eglise », retenons celle de Monseigneur Michel Dubost, évêque d’Evry-Corbeil-Essonnes, qui a invité les musulmans à faire la prière aux musulmans dans son église et a permis au Muezzin de lancer l’appel à la prière islamiste au cœur même de cette église.

           Tout aussi affligeante, cette conduite –pour le moins scandaleuse- de l’archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin, prince de l’Église et primat des Gaules, qui, à l’occasion d’une conférence prononcée dans la cathédrale de  Versailles le 4 janvier 2011, s’est vanté d’avoir appris par cœur la chahâda pour la réciter au chevet des musulmans mourants.

           La chahâda n’est pas une phrase banale. Elle est le premier des cinq piliers de l’islam. C’est la profession de foi qui permet de reconnaître un musulman : « Il n’est pas d’autre Dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète».

           Soucieux de faire bon usage de ses accointances privilégiées avec l’islam, dans un communiqué en date du 10 juillet 2016,lecardinal Barbarin annonce, par ailleurs, apporter son soutien au projet d’un Institut de Civilisation Musulmane dans la Métropole lyonnaise permettant de « découvrir les apports de la culture musulmane (sic) »

           « Déchristianisez la France, vous aurez l’Islam ! » avait prophétisé en son temps Chateaubriand… Nous y venons à grands pas !…

           « Déchristianisez la France ! »… L’Eglise qui souffre d’un manque cruel de prêtres, aggravé par un renouvellement plus que parcimonieux, n’encourage guère les vocations… Les chiffres publiés par la Conférence des Evêques de France (CEF) sont consternants et témoignent des ravages du Concile Vatican II qui a causé la déchristianisation de nos sociétés : le nombre de prêtres catholiques en France a  presque été divisé par deux en vingt ans, passant de 29.000 prêtres diocésains et religieux en 1995, à environ 15.000 en 2015.

           En 2016, selon les chiffres publiés par la CEF, 79 nouveaux prêtres  diocésains et 18 religieux ont été ordonnés, soit moins de cent ordinations pour toute la France.

           En 2017, l’Eglise Catholique a ordonné 117 prêtres (84 prêtres diocésains et 33 venant de communautés religieuses..

           En 2018, selon un décompte de La Croix, ils n’étaient plus que 114.

La tendance générale est une baisse des vocations françaises de 1 à 2 par an.

           « On manque de vocations… Quand on ordonne 100 prêtres par an et qu’il en meurt 800 par an pour le territoire français, c’est évident ». Ces mots de Mgr Bernard Podvin, ex porte-parole de la Conférence des évêques de France, expriment l’effondrement des vocations sacerdotales au sein de l’Eglise conciliaire.

           Les appels –pour le moins naïfs- de cette église à « l’accueil des migrants », la « fraternité », le « vivre ensemble », ainsi que ses logorrhées troublantes du « pas d’amalgame » exaspèrent les fidèles qui désertent désormais  les offices religieux… A cela s’ajoutent, sans réciprocité, les actions généreuses à l’égard de l’islam comme la livraison, entre autres de biens immobiliers…

           Et pendant que les églises restent vides (colonisées de temps en temps par des grévistes de la faim, des réfugiés, des demandeurs d’asile qui iront plus tard grossir les régiments des fidèles dans les mosquées), ces mêmes mosquées ne  désemplissent pas et débordent, à tel point que les fidèles occupent également les rues…

           Il est grand temps que nos hommes politiques et les autorités catholiques mettent un terme à un angélisme mortifère qui encourage l’extension de l’islam dans notre pays !... Il est grand temps de voir apparaître dans nos églises et nos évêchés un clergé qui, comme autrefois à Lépante, forme une armée priant aux côtés de  l’armée combattante avec la volonté commune d’empêcher l’invasion.

           « La prétention qu’a le terrorisme d’agir au nom des pauvres est une flagrante imposture ! » s’était écrié Jean-Paul II à propos de l’exploitation de cette « misère » dont se repaissent tant les islamistes que la bien-pensance française

           On peut imaginer que les pontifes sacerdotaux, moralistes par excellence, n’ont guère apprécié cette annonce pleine de bon sens qui va à l’encontre de celle du Pape François quand celui-ci exprime effrontément son mépris pour la culture qui fait les peuples en évoquant une condition antérieure à la civilisation et à la culture : « les racines de l’Europe sont si nombreuses qu’elles ne sont pas chrétiennes ». En clair : « les Européens ne sont pas une race née ici, ils ont des racines de migrants ».

           Ce pape argentin ignore que c’est depuis le second siècle que notre pays est évangélisé et que la Gaule est officiellement chrétienne depuis le 13 juin 313, date de l’édit de tolérance de Milan (ou édit de Constantin) par lequel l’empereur Constantin légalise le christianisme. Par ailleurs, ses lacunes au sujet de la christianisation de l’Europe s’avèrent évidentes dans la mesure où il ignore totalement que le peuple chrétien européen est né lors du pacte de Reims dans la nuit de Noël 496 lors de la conversion de Clovis, roi des Francs, au christianisme.

           De ce Palais d’où il ne peut percevoir la misère humaine, notamment celle des chrétiens d’Orient, le pape François a une vision très personnelle de la réalité… Il feint d’ignorer que les terroristes qui ensanglantent actuellement le monde sont  musulmans et qu’ils tuent au nom de l’islam…

           Les assassinats à grande échelle sous les formes les plus diverses et variées : du coup de hache au camion tueur lancé sur la foule, en passant par le couteau, la kalachnikov et la bombe, ensanglantent l’Europe, mais n’ont pas pour lui  la même  résonance que « la misère des réfugiés »…

           « La cause du terrorisme est dans l’islamisme et la cause de l’islamisme dans l’islam ». Le président musulman de l’Égypte, le maréchal Sissi, le dit et le journaliste et analyste musulman Mohamed Sifaoui, le répète. La négation de cette vérité est une injure faite aux chrétiens du monde entier !

           Le 29 juillet 2016, de Cracovie où il présidait les JMJ, le pape François a déclaré que « le monde était en guerre, mais que ce n’était pas une guerre de religion (sic) »…

           Ceux qui massacrent et égorgent des prêtres en hurlant « Allah Akbar », comme il y a un siècle leurs pareils exterminaient les Arméniens et autres chrétiens -et comme il en a été si souvent dans l’histoire de l’islam- ceux-là sont des fanatiques de l’idéologie religieuse mahométane et, à l’égal de leurs aïeux, n’ont de cesse de prôner « la guerre sainte »… mais, pour le pape, « ce n’est pas une guerre de religion ». Pourtant, il ne saurait ignorer (lui qui a une prédilection particulière pour l’islam) certains préceptes du Coran quand celui-ci ordonne : « Si vous rencontrez des infidèles, combattez-les jusqu’à ce que vous en ayez fait un grand carnage ; chargez de chaînes les captifs » (XLVII, V4)… et encore : « Les chrétiens, les juifs et les idolâtres seront jetés dans les brasiers de l’enfer. Ils y demeureront éternellement. Ils sont les plus pervers des hommes » (XVIII, V5).

           Concernant la provocation à la discrimination et à la haine des non-musulmans : « Les infidèles ne sont que souillure » (S.9v28)… « Les juifs et les chrétiens, qu'Allah les maudissent » (S.9v30)

            Le pape François est-il naïf au point d’ignorer ce genre de versets ? Est-ce qu'un texte, sous prétexte qu'il sert de référence religieuse, a le droit de véhiculer les idées les plus abjectes et les plus contraires à la foi chrétienne et à la démocratie ? En vérité, le Pape et ses proches collaborateurs savent parfaitement tout cela mais rien ne les fera changer d’avis ni de trajectoire : l’Église catholique a lié son sort à l’islam et, subrepticement, sombre dans la déchéance…

           Après avoir lavé les pieds de musulmans –ce qui prouve, à l’évidence, que le pape ignore tout de la symbolique de son geste qui sera vu par l’islam, comme un geste de soumission et non un geste d’humilité- ; après en avoir ramené douze de  Syrie au détriment de familles chrétiennes persécutées et complètement ignorées, quand donc ce pape « libéral » et pro-immigrationniste demandera-t-il aux chrétiens de se convertir à l’islam ?

           « Nous savons désormais depuis des années, écrit le journaliste catholique italien Maurizio Blondet sur son blog, que la position du pape François est parfaitement alignée sur le front de l’universalisme mondialiste qui préconise la dissolution des nations et des cultures autochtones pour « accueillir et intégrer » les migrants du monde entier dans le but de construire un « nouveau monde » multiculturel sans barrières et sans frontières. »

           Et, pour parfaire cette analyse, rappelons ce quedéclarait, le 24 février 2018, à « Réinformation.tv », cet admirable prêtre combattant qu’est l’Abbé Guy Pagès : « En renonçant à se présenter comme la seule vraie religion, la religion catholique rend inaudible son propre message et se fait la servante de l’islam » 

           Dans ses « Pensées », en guise d’oraison, le grand chrétien qu’était Blaise Pascal de dénoncer (déjà) le silence de l’Église catholique en ces termes : « Le silence est la plus grande persécution. Jamais les saints ne se sont tus »… d’où ce cri de colère de l’abbé Bouchacourt, de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, qui n’hésite pas à dénoncer l’angélisme mortifère des autorités politiques et religieuses : « Combien faudra-t-il de nouvelles victimes pour que la chrétienté sorte enfin de sa torpeur ? » (… et réagisse ?)

           Alors, si l’Occident chrétien décidait d’éradiquer à jamais ce poison islamiste, puissions-nous dire, à l’instar de Chateaubriand : « Il a fallu que le Christianisme vînt chasser ce peuple de fauves, de satyres et de nymphes, pour rendre aux grottes leur silence et aux bois leur rêverie ».

José CASTANO

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Voir la 1ère partie de cet article : Le rôle de l’Église dans la guerre d’Algérie

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Cliquez sur : L’Église et la violence en l’islam : le déni du pape François

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

et sur Quand la soumission à l'islam ne dit pas son nom... Islam & Vérité

23

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

 

Revoir   Mon blog      /      Ma biographie

Posté par popodoran à 23:23 - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 avril 2019

FIN DU SYSTEME BOUTEFLIKA EN ALGERIE ?

par J. F. Paya

Bouteflika au sein du clan d'Oujda 1958 - n°1

Bouteflika au sein du clan d'Oujda 1958 - (n°1)

            Nous avions retrouvé des traces de la présence de A Bouteflika ( à l'époque secrétaire particulier du colonel Boumédienne) à Oran aprés le 5 juillet 62 * et des similitudes entre la rédaction du 1er communiqué de l'EMG d'Oujda du jour de l'indépendance que nous avons publié; communiqué du 5 juillet 1962 de l'état-major de l'ALN extérieur (normalement dissous par le GPRA )

Alger 1975 avec Houari Boumédiène

Alger 1975 avec Houari Boumédiène

D 'après une information récente A Boutéflika alors secrétaire particulier du colonel Boumédienne à Oujda ne pouvait pas ne pas avoir participé à la rédaction de ce document surtout diffusé pour justifier auprès des troupes une action contre le GPRA d'Alger dépositaire de la légitimité et ce à la veille de rentrer en Algérie ;La partie n'est pas gagnée ;et ce communiqué tout en double langage avec critique virulente du GPRA signataire par son représentant Krim Belkacem
des accords d'Evian (critiqués par l'EMG mais approuvés ici ? )
Avec en conclusion une mise en garde aux responsables des Wilayas" de veiller à la sécurité des populations et particulièrement sur celles de la minorité européenne " Qui justifiera l'intervention de cette armée des frontières avec le prétexte "de maintenir l'ordre " aprés provocation au massacre des Français d'Oran.

           Même argument utilisé pour celui rédigé aprés le pustch de Juin 65 contre B Bella qui l'avait limogé de son poste de ministre des affaires étrangéres peut avant et où il se montrera soutien fidéle de Boumédienne qui pris le pouvoir par ce coup d'Etat voir ci dessous

Bouteflika justifiant le Putsch de 1965

La France a déclassé certains dossiers secrets sur le président algérien Abdelaziz Bouteflika

Abdelaziz Bouteflika 2002

1972

Abdelaziz Bouteflika 2009

2009

           Peu importe l'astuce constitutionnelle pour faire partir Boutef sans casse ! Après tout il l'a pratiqué 2 fois en 62 et 65 plus brutalement avec moins de précaution mais il semble que l'opposition au milieu de ses chikayas légendaires ne soit pas préte à prendre la reléve alors qu'un lourd contentieux économique pour gérer la rente petro gaziére se profile alors aucun changement démocratique n’est encore possible en Algérie si l’institution militaire qui à fait le premier pas ne joue pas un rôle clé et favorable à une réelle transition politique Mais l’armée algérienne peut-elle participer à un réel changement démocratique ?

           Oui, sI les militaires Algériens s’inspirent de l’exemple du Portugal en 1974. A la surprise générale, une révolution démocratique a commencé au Portugal organisée par des militaires massivement soutenus par le peuple portugais. Cette révolution pacifique a la particularité de voir des militaires porteurs d’un projet démocratique (mise en place d’un gouvernement civil (organisation d’élections libres) renverser un régime sans pour autant instaurer un régime autoritaire;espérons que ce soit une possibilité pour l'Algérie qui nous est chère ;et oui !

           Dernière intervention de nos correspondants à 11h30 du 2/04/19 qui c'est trouvée réalisée les quelques heures suivantes montrant la bonne connaissance de leur Pays.

           Le 1er avril la présidence annonce qu’Abdelaziz Bouteflika démissionnera avant l’expiration de son mandat le 28 avril.

           Le 2 avril le général Gaïd Salah demande que soit « appliquée immédiatement » la procédure constitutionnelle permettant d’écarter le président du pouvoir.

           Selon l’armée, l’annonce la veille de sa démission avant la fin de son mandat n’émane pas du chef de l’Etat, mais "d’entités non constitutionnelles et non habilitées" ainsi que l'avait suggéré nos contributeurs Algériens.

           Peu après, Abdelaziz Bouteflika informe le Conseil constitutionnel de sa démission à compter du jour même, selon les médias officiels qui citent la présidence de la République.Information sans commentaires de notre part comme nous l'avions dit il y a 15 jours en souhaitant bonne chance à l'Algérie.

JF PAYA

PREMIER DOCUMENT ALN/ EMG vers LE POUVOIR A LA DATE DE L'INDEPENDANCE EN ALGERIEDocument de présentation EM/2em B/Oran/SECRET/CONFIDENTIEL en piéce jointe 3 pages à suivre *** Doc ALN au matin du 5 juillet 62  récupéré par 2em B/FAFr le 22/07/62 Classé A1 (doc authentique en l'état) diffusé pour raisons Historiques et édition Close (Agonie d'Oran *Nice)

EMG ALN Oujda 5juillet 62

 

EMG oujda 5 juillet 3

 

EMG Ooujda 5 juillet 2

EMG oujda 4

 

            Commentaires sur Document ALN du 5 juillet 1962 Document ALN du 5 juillet 1962 transmis par une note de renseignement de l'Armée française (2e Bureau d'Oran,le 22 juillet 1962). Le communiqué du 5 juillet 1962 de l'état-major de l'ALN extérieur (normalement dissous par le GPRA ) est diffusé intégralement dans le Troisième volume de" L'agonie d'Oran " ***négligé par les historiens c'est le seul ouvrage à diffuser;(épuisé) ce seul document du 5 juillet 62 de l'ALN extérieur . D'après une information récente A Boutéflika alors secrétaire particulier du colonel Boumédienne à Oujda ne pouvait pas, ne pas avoir participé à la rédaction de ce document surtout diffusé pour justifier auprès des troupes une action contre le GPRA d'Alger dépositaire de la légitimité et ce à la veille de rentrer en Algérie La partie n'est pas gagnée ;et ce communiqué tout en double langage avec critique virulente du GPRA signataire par son représentant Krim Belkacem des accords d'Evian (critiqués par l'EMG mais approuvés ici ? )

            Avec en conclusion une mise en garde aux responsables des Wilayas de veiller à la sécurité des populations et particulièrement sur celles de la minorité européenne qui justifiera l'intervention de cette armée des frontières avec le prétexte de maintenir l'ordre alors que ce n'était pas prévu par les accords d'Evan ,bafoués par ailleurs.

"Par le Groupe de Recherches sur le 5 juillet 62" par JF PAYA

            Ce communiqué de trois pages, diffusé aux cadres le matin du 5 Juillet,à Oujda ne fait pas référence à cette journée comme  historique. Il explique pourquoi le GPRA qui a dissous L'EMG a failli à sa mission en bafouant la légalité sur tous les plans aprés une référence appuyée aux accords d’Evian (qu'il a désavoué !) Il cite la date du 1er Juillet où le peuple s’est prononcé comme historique, proclamant que le GPRA est incapable de maintenir l’ordre et il se propose de le faire alors qu’on ne sait pas encore ce qui se passe à Oran ! (aucune référence à l'OAS en fuite) avec neutralisation de la Force locale par unité ALN ext infiltrée la veille du 5 juillet à Oran (voir témoignages reçus)
            Au sujet de cette proclamation du 5 juillet de l'EMG certains Historiens naifs l'ayant interprété au 1er degrés qui dirait tout le contraire de ce qu'on prétend lui faire dire, disent ils : n'ont pas saisi l'esprit "Takya" du texte qui prétend devoir maintenir l'ordre et  protéger "la minorité" européenne sous entendu mis en péril par l'incapacité du GPRA (donc nécessité pour le prouver de susciter du désordre voir une la méme tentative avortée à Alger! (avec sbires de Y Saadi).

            A priori pas de massacre prononcé mais prévisible par un désordre provoqué à Oran mais secondaire pour les "putchistes" d'Oujda.
"Par le Groupe de Recherches sur le 5 juillet 62" Par Aresky MR

Les wilayas dans la crise du FLN de l’été 1962 Mise au point.
            À l’intérieur, l’influence de l’EMG sur la wilaya 5 est moins affirmée. À Oran-Ville, ce sont les fédayins qui dirigent le FLN, notamment ceux de Djilali, Benguesmia Chadly (Abdelhamid) et de Bachir Bouhidjra (Abdelbaki)39. Dans la crise GPRA-EMG, Abdelhamid prend position en faveur de Ben Khedda tout comme le capitaine Yahia Magherbi40, responsable de la zone 57 (Tiaret). Proche de Boudiaf, il impose l’autorité du GPRA sur sa zone au détriment de l’EMG.
            Ce qui explique les divergences à Oran la fraction pro GPRA suivant les consignes d'Alger ayant organisé la manifestation pacifique fut débordée par des éléments de la faction pro EMG qui saborda cette manifestation par un "désordre" provoqué pour faire accourir les troupes de l'ALN d'Oujda qui prirent en main le sort de la ville,; les historiens qui n'ont pas compris cela n'ont rien compris
les jeux n'étaient pas fait avec Alger qui avait l'audience internationale et c'est plus facile de faire l'histoire à postériori lorsqu'on connait les gagnants !

"par le Groupe de Recherches Oran 5 Juillet 1962 direction JF PAYA /AC Algérie classe 54/2

VOIR LE MASSACRE DU 5 JUILLET 1962 - ORAN

Posté par popodoran à 23:52 - Commentaires [29] - Permalien [#]

18 avril 2019

HOMMAGE A HÉLIE DE SAINT MARC

Le Cercle algérianiste appelle à la mobilisation, le 11 mai prochain, pour l'inauguration de la rue "Hélie Denoix de Saint Marc", à Bollène, dans le Vaucluse.

À l’initiative de son maire, Marie-Claude BOMPARD, la commune de BOLLÈNE débaptisera, le 11 mai prochain, la sinistre rue du « 19 mars 1962 » et la rebaptisera du nom prestigieux d’« Hélie Denoix de Saint Marc », en présence de la famille du Commandant.

Le Cercle algérianiste, principale association nationale de Français d’Algérie, salue cette décision courageuse, et rappelle que la guerre d’Algérie ne s’est pas arrêtée au 19 mars 1962, date après laquelle des dizaines de milliers de Pieds-Noirs et de Harkis ont été assassinés par le FLN, dans d’indescriptibles conditions.

Cette date, rejetée par la quasi-totalité du monde combattant, de même que par l’ensemble des associations de Pieds-Noirs et de Harkis, divise la nation et avive les blessures de milliers de familles de victimes.

Elle ne peut rassembler ceux qui veulent commémorer la fin de la guerre d’Algérie, dans la dignité et le souvenir.

En choisissant de rebaptiser cette rue, « Hélie Denoix de Saint Marc », héros de la résistance, et déporté à Buchenwald, la commune de BOLLÈNE rend hommage à une personnalité d’exception aux hautes valeurs morales et au sens de l’honneur indiscutable.

Rappelons, également, qu’Hélie de Saint Marc a partagé la douleur et les épreuves des Pieds-Noirs et des Harkis, et n’a pas hésité à faire don de sa propre liberté pour respecter la parole donnée.

Le Cercle algérianiste appelle à une mobilisation forte pour soutenir cette manifestation, doublement symbolique, qui marque le refus d’une date de négation des drames des Pieds-Noirs et des Harkis, et honore une personnalité d’exception qui a sacrifié sa liberté pour le respect de la parole donnée.

MOBILISEZ autour de VOUS !

Thierry ROLANDO Président national du Cercle algérianiste

Renseignements (Mairie de Bollène)Tél. : 04 90 40 51 01 courriel : cabinet@ville-bollene.fr

 

Hélie de saint MarcCommuniqué au format PDF

Retour à tous les communiqués

Posté par popodoran à 23:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 mai 2019

PRENEZ GARDE A LA COLÈRE DES LÉGIONS

            … La mort de deux vaillants soldats des forces spéciales a suscité chez moi une colère qui gronde et ne cesse de s’amplifier… Deux soldats d’élite tués en échange de la vie de deux homos qui n’avaient rien à faire dans cette partie du globe déconseillée et infestée de terroristes islamistes… Ces deux-là, Patrick Picque et Laurent Lassimouillas, venaient de se marier et étaient en voyage de noce lorsqu’ils ont été enlevés le 1er mai alors qu’ils roucoulaient dans le parc national de la Pendjari, dans le nord du Bénin… N’y-a-t-il pas là une disproportion inconvenante dans le dénombrement et le choix des victimes ? Macron voulait réaliser un coup d’éclat afin de redorer son blason et assurer, ainsi, la victoire de ses acolytes... Cela s’est traduit pas un tragique fiasco qui va, assurément, marquer à jamais le moral de nos troupes en OPEX… Mourir pour défendre la Patrie : OUI ! Mourir pour sauver deux hurluberlus en vacances qui n’ont que faire du patriotisme : NON ! Jamais !

Monsieur Macron, vous spéculez sur l’héroïsme et la vie de nos soldats : prenez garde à la colère des légions

José CASTANO

Lettre de Marcus Flavinius, centurion à la 2ème cohorte de la légion Augusta adressée à son cousin Tertullus à Rome :

« On nous avait dit, lorsque nous avons quitté le sol natal, que nous partions défendre les droits sacrés que nous confèrent tant de citoyens installés là-bas, tant d’années de présence, tant de bienfaits apportés à des populations qui ont besoin de notre aide et de notre civilisation.

            Nous avons pu vérifier que tout était vrai et, parce que c’était vrai, nous n’avons pas hésité à verser l’impôt du sang, à sacrifier notre jeunesse, nos espoirs. Nous ne regrettons rien mais, alors qu’ici cet état d’esprit nous anime, on me dit que dans Rome se succèdent cabales et complots, que fleurit la trahison et que beaucoup, hésitants, troublés, prêtent des oreilles complaisantes aux pires tentations de l’abandon et vilipendent notre action.

            Je ne puis croire que tout cela soit vrai et, pourtant, des guerres récentes ont montré à quel point pouvait être pernicieux un tel état d’âme et où il pouvait mener.

            Je t’en prie, rassure-moi au plus vite et dis-moi que nos concitoyens nous comprennent, nous soutiennent, nous protègent comme nous protégeons, nous-mêmes, la grandeur de l’Empire.

            S’il devait en être autrement, si nous devions laisser en vain nos os blanchis sur les pistes du désert, alors que l’on prenne garde à LA COLÈRE DES LÉGIONS ».


La Marine nationale en deuil

a

b

            La population est invitée mardi 14 mai à 10h sur le pont Alexandre III à manifester son respect et sa solidarité avec les familles et les frères d'armes des deux commandos Marine Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, morts pour la France dans la nuit du 9 au 10 mai au Burkina Faso.

            Le franchissement du pont Alexandre III est une phase importante et hautement symbolique au cours de laquelle chaque citoyen peut rendre, dans une présence recueillie, hommage aux soldats morts pour la France.

            Les honneurs funèbres militaires seront rendus à nos camarades aux Invalides lors d'une cérémonie présidée par le chef d'état-major de la Marine, la veille du passage du cortège, et dans la plus stricte intimité.

Loin de chez nous en Afrique
Combattait le bataillon
Pour refaire à la Patrie (bis)
Sa splendeur, sa gloire et son renom. (bis)

La bataille faisait rage
Lorsque l'un de nous tomba
Et mon meilleur camarade (bis)
Gisait là blessé auprès de moi. (bis)

Et ses lèvres murmurèrent
Si tu retournes au pays
A la maison de ma mère (bis)
Parle-lui à mots très doux. (bis)

Dis-lui qu'un soir en Afrique
Je suis parti pour toujours
Dis-lui qu'elle me pardonne (bis)
Car nous nous retrouverons un jour. (bis)

Loin de chez nous a été composé durant la guerre de 1870. Sur le même air, les Paras chantent aussi "Sur la route" créé dans les années 50 en Algérie.



  A propos du "Jamais nous n'abandonnons nos concitoyens". de Madame la Ministre des Armées

« La France n’abandonne jamais ses otages » : Mensonge !

Manuel Gomez-brufal n'est pas seul à penser cela:

Pour info

Message à la Ministre des Armées.

-----E-mail d'origine----- De: Lvtlse31 lvtlse31@aol.com A: courrier-ministre <courrier-ministre@sdbc.defense.gouv.fr>
Envoyé le: Di, 12 Mai 2019 13:43 Sujet: Votre conférence de presse du 10 mai 2019

Madame la Ministre des Armées,

            Lors de votre conférence de presse du vendredi 10 mai concernant la libération des otages du Burkina-Faso, vous avez déclaré : "Jamais nous n'abandonnons nos concitoyens".

            Je suis heureux de l'apprendre tant il est vrai que ce ne fut pas toujours le cas. Je pense notamment aux dizaines de milliers de Harkis, Français à part entière, abandonnés aux couteaux des égorgeurs sur ordre du gouvernement de l'époque. Je pense à ces milliers de civils français enlevés en Algérie, essentiellement dans les années 1961 et 1962. Rien n'a jamais été entrepris par l'Etat pour les retrouver.

            Et pourtant, tous n'ont pas été tués immédiatement. Comment ne pas penser aux déclarations du président algérien Houari Boumédiène qui, le 26 janvier 1971, s'exprimait en ces termes :
« A Paris, on semble ignorer que nous détenons un grand nombre d'otages français. Quand il le faudra, nous en communiquerons la liste à la presse, d'où une émotion considérable en France. Alors, pour obtenir la libération de ces otages, il faudra y mettre le prix. »

            Cela ne suscita guère l'émotion... Les disparus restèrent des fantômes oubliés.

            Votre récente déclaration donne à penser que les choses ont changé. Parmi ces disparus, il y avait des enfants. Nous n'avons pas la preuve que, 57 ans après, certains ne soient pas toujours en vie, amnésiques suite au traumatisme, trompés par des mensonges ou que sais-je encore.
Même s'il n'y en a qu'un, et comme vous vous y êtes engagée Madame la Ministre, La France a le devoir de s'en préoccuper.

            C'est pourquoi je me permets de vous demander quel type d'enquête vous envisagez de mener pour respecter la parole de l'Etat que vous avez portée lors de votre récente conférence de presse.

            Dans l'attente de vos éclaircissements, je vous prie d'agréer, Madame la Ministre, l'expression de mes respectueuses salutations.

Lionel VIVES-DIAZ

Posté par popodoran à 11:51 - Commentaires [7] - Permalien [#]

17 mai 2019

UNE VIE PIED-NOIRE - UN AUTRE REGARD SUR L'ALGÉRIE FRANÇAISE

Préface de Gilbert Valli

            Le 7 mai 1962, vers 7 heures du matin, les gendarmes viennent chercher Yves Bachelot pour une expulsion immédiate de son pays natal : l’Algérie. Sa présence et son engagement

« gêne la politique du gouvernement du Président de la République Charles de Gaulle … »

            Encore un livre sur l’Algérie française ! Oui, et il faudra encore d’autres témoignages ayant vécu cette période pour qu’enfin les historiens arrivent à démêler le vrai du faux, le silence du mensonge, la réalité de l’intox.
Yves est issu d’une famille nombreuse, catholique fervente, aisée et soudée, dont cinq générations ont vécu sur la terre algérienne. Lui-même élevé chez les jésuites est brillant, cultivé et père de sept enfants. Fils de procureur, il fut le plus jeune avoué d'Algérie. Passionné par son métier à tel point qu'il défendait avec la même fougue ceux qui voulaient l'assassiner.
            L’expulsion de son pays natal l’a fortement marqué, mais ses convictions sont restées intactes. Dans un précédent ouvrage (Souvenirs de Bon Papa), il relatait l’implantation de ce clan de Pieds-noirs en Algérie Il décrit, dans ce recueil, sa vie et ses combats en Algérie, son Algérie, … l’Algérie française.
            Qu’on adhère ou pas, il argumente ses certitudes avec moult exemples. Il n’a pas de mots assez durs sur le principal responsable qui selon lui, est un certain de Gaulle, qui après avoir trahi les Pieds-noirs, a largué cette terre uniquement pour assouvir ses propres desseins.
Comment seront relatés ces faits à nos enfants, ou pire encore, seront-ils supprimés de la mémoire ?Gilbert Valli

P.S : j’ai appris récemment que même sur un document administratif, ils sont classés comme nés à l’étranger comme tant d'autres. Une honte !

couverture UNE VIE PIED-NOIRE

4 de couv

Achat sur Amazon

Retour nos lectures Algérie Française

 

Posté par popodoran à 23:44 - Commentaires [4] - Permalien [#]