18 avril 2013

HOMMAGE A LA LEGION ETRANGERE

Le 30 Avril 1863… Il y a 150 ans : CAMERONE

Sur la terre imprégnée du sang des légionnaires, le soleil ne se couche jamais

« Nous sommes ces soldats qui grognaient par le monde

   Mais qui marchaient toujours et n’ont jamais plié…

   Nous sommes cette église et ce faisceau lié

   Nous sommes cette race éternelle et profonde…

   Nos fidélités sont des citadelles » (Charles Péguy)

 

             Bien loin de la France et de l’Algérie française, berceau de la Légion étrangère, un conflit se déroulait au Mexique. Ce pays avait acquis son indépendance en 1821, après onze ans de guerre contre l’Espagne. A partir de cette date, il était ravagé par une guerre civile où s’opposaient le parti conservateur et religieux (catholique) de Félix Zuloaga et  le parti libéral anticlérical de Benito Juarez qui rêvait d’une république fédérative à l’image des États-Unis.

             Le premier installa son gouvernement à Mexico, le second à Vera Cruz. Après sa reconnaissance par les États-Unis (6 avril 1859) et sa victoire de Calpulalpam, Juarez contrôlait l’intégralité du pays à la fin de l’année 1860. Cette période de troubles ayant épuisé les finances du pays, il décida de confisquer les biens de l’Église et de suspendre le paiement de la dette extérieure. A cela s’ajoutait le fait que durant cette guerre civile, les ressortissants des pays occidentaux avaient été dépouillés de leurs biens et même massacrés. Santa-Anna, l’un des chefs de parti, entama, dès 1854, des négociations avec plusieurs familles régentes européennes pour obtenir qu’un de leurs membres acceptât de devenir empereur du Mexique.

            En 1861, l’archiduc d’Autriche Ferdinand Joseph Maximilien, accepta de porter la couronne impériale mexicaine après avoir reçu de Napoléon III l’assurance qu’il l’aiderait à établir et protéger la monarchie du Mexique. En outre, Benito Juarez, président du Mexique, décida, à la fin des années 1850, de supprimer pendant deux ans le paiement de la dette due aux nations étrangères. Ainsi, la France, l’Angleterre et l’Espagne conclurent une convention, le 31 décembre 1861, à Londres, par laquelle elles s’engageaient à envoyer des corps expéditionnaires au Mexique.

            Napoléon III, malmené par une opposition politique active, saisit cette opportunité pour entreprendre une nouvelle aventure extérieure, propre à affermir un pouvoir vacillant. Et ce fut le Mexique où le poussaient aussi les amitiés de l’impératrice Eugénie et l’envie d’établir une grande monarchie catholique et latine pour faire contrepoids aux États-Unis protestants et anglo-saxons. C’est ainsi que l’empereur forma le projet de renverser le président mexicain afin de réaliser son ambition.

            Le 13 janvier 1862, les troupes alliées constituées de 700 royal marines britanniques, 6000 Espagnols et 2500 Français débarquèrent à Vera Cruz. Cependant, la plupart de ces hommes furent aussitôt frappés par la fièvre jaune. Dans ces conditions, il était impossible d’entreprendre quoi que ce soit…

            Lors des négociations qui s’ouvrirent sur le règlement de la dette, la France maintint sa demande de recouvrement, alors que les deux autres pays avaient compris que cela ne servait à rien. La réunion d’Orizaba du 9 avril 1862 se solda par un échec. Les troupes anglaises et espagnoles rembarquèrent aussitôt… tandis que 4000 soldats français supplémentaires arrivèrent sous le commandement du général de Lorencez. Le lendemain, le commandement français déclarait les hostilités ouvertes, officiellement en raison des déprédations causées par les troupes juaristes.

            Les troupes françaises enlisées dans un pays hostile s’essoufflaient. La Légion n’avait pas été retenue pour participer à l’expédition. Ses officiers adressèrent à l’empereur une pétition pour solliciter son engagement. Si cette violation de la voie hiérarchique leur causa quelques désagréments, elle porta néanmoins ses fruits. Le 19 janvier 1863, ordre fut donné à la Légion stationnée en Algérie, de mettre sur pied deux bataillons.

            En février 1863, ils s’embarquèrent à Oran après avoir défilé pour la première fois au rythme d’un hymne qui fera le tour du monde, « le Boudin » écrit par M. Wilhelm. Ils débarquèrent au Mexique le 28 mars 1863.

            L’armée française assiégeait Puebla. La légion avait pour mission d’assurer, sur cent vingt kilomètres, la circulation et la sécurité des convois. Le colonel Jeanningros, commandant le Régiment Étranger, apprit, le 29 avril 1863, qu’un gros convoi emportant trois millions en numéraire, du matériel de siège et des munitions était en route pour Puebla. Le capitaine Danjou, son adjudant-major, le décida à envoyer au-devant du convoi une compagnie. La 3ème compagnie du 1er Bataillon du  Régiment Étranger fut désigné mais elle n’avait pas d’officier disponible. Le capitaine Danjou en prit lui-même le commandement et les sous-lieutenants Maudet, porte-drapeau, et Vilain, payeur, se joignirent à lui volontairement.

            Le 30 avril, à 1 heure du matin, l’unité, forte de trois officiers et soixante-deux hommes, se mit en route. Elle avait parcouru environ vingt kilomètres, quand, à 7 heures du matin, elle s’arrêta à Palo Verde pour faire le café. A ce moment, l’ennemi se dévoila et le combat s’engageât aussitôt. Le capitaine Danjou fit former le carré et, tout en battant en retraite, repoussa victorieusement plusieurs charges de cavalerie, en infligeant à l’ennemi des premières pertes sévères.

            Arrivé à la hauteur de l’auberge de Camerone, vaste bâtisse comportant une cour entourée d’un mur de trois mètres de haut, il décida de s’y retrancher pour fixer l’ennemi et retarder ainsi le plus possible le moment où celui-ci pourrait attaquer le convoi.

            Pendant que les hommes organisaient à la hâte la défense de cette auberge, un officier mexicain, faisant valoir la grosse supériorité du nombre, somma le capitaine Danjou de se rendre. Celui-ci fit répondre : « Nous avons des cartouches et nous ne nous rendrons pas ». Puis, levant la main, il jura de se défendre jusqu’à la mort et fit prêter à ses hommes le même serment. Il était 10 heures. Jusqu’à 6 heures du soir, ces soixante hommes, qui n’avaient pas mangé ni bu depuis la veille, malgré l’extrême chaleur, la faim, la soif, résistèrent à deux mille mexicains : Huit cents cavaliers, mille deux cents fantassins.

            A midi, le capitaine Danjou fut tué d’une balle en pleine poitrine. A 2 heures, le sous-lieutenant Vilain tomba, frappé d’une balle au front. A ce moment, le colonel mexicain réussit à mettre le feu à l’auberge.

            Malgré la chaleur et la fumée qui venaient augmenter leurs souffrances, les légionnaires tinrent bon, mais beaucoup d’entre eux furent frappés. A 5 heures, autour du sous-lieutenant Maudet, ne restaient que douze hommes en état de combattre. A ce moment, le colonel mexicain rassembla ses hommes et leur dit de quelle honte ils allaient se couvrir s’ils n’arrivaient pas à abattre cette poignée de braves (un légionnaire qui comprenait l’espagnol traduisait au fur et à mesure ses paroles). Les mexicains allaient donner l’assaut général par les brèches qu’ils avaient réussi à ouvrir, mais auparavant, le colonel Milan adressa encore une sommation au sous-lieutenant Maudet ; celui-ci la repoussa avec mépris.

            L’assaut final fut donné. Bientôt il ne resta autour de Maudet que cinq hommes : le caporal Maine, les légionnaires Catteau, Wensel, Constantin, Léonhard. Chacun gardait encore une cartouche ; ils avaient la baïonnette au canon et, réfugiés dans un coin de la cour, le dos au mur, ils faisaient face. A un signal, ils déchargèrent leurs fusils à bout portant sur l’ennemi et se précipitèrent sur lui à la baïonnette. Le sous-lieutenant Maudet et deux légionnaires tombèrent, frappés à mort. Maine et ses deux camarades allaient être massacrés quand un officier mexicain se précipita sur eux et les sauva. Il leur cria : « Rendez-vous ! » - « Nous nous rendrons si vous nous promettez de relever et de soigner nos blessés et si vous nous laissez nos armes ». Leurs baïonnettes restaient menaçantes.

« On ne refuse rien à des hommes comme vous ! » répondit l’officier.

             Les soixante hommes du capitaine Danjou avaient tenu jusqu’au bout leur serment. Pendant 11 heures, ils avaient résisté à deux mille ennemis, en avaient tué trois cents et blessé autant. Ils avaient, par leur sacrifice, en sauvant le convoi, rempli la mission qui leur avait été confiée.

 

            Après l’héroïque sacrifice de la Légion étrangère à Camerone, l’armée française enleva Puebla, le 17 mai, et entra à Mexico le 7 juin 1863. Le mois suivant, une junte conservatrice vota l’établissement d’un empire mexicain et légua la couronne à Maximilien qui ne l’accepta qu’après avoir obtenu de Napoléon III l’assurance d’un soutien prolongé de l’armée française.

            Dès la fin de la guerre de Sécession (avril 1865), les États-Unis, qui n’avaient pas reconnu Maximilien, se montrèrent résolus à imposer au Mexique le respect de la doctrine de Monroe, Président des E.U. de 1817 à 1825, qui consistait à repousser toute intervention européenne dans les affaires de l’Amérique et de l’Amérique dans les affaires européennes.

            Ne voulant pas courir le risque d’un conflit avec les Américains, dès le mois de janvier 1866, Napoléon III entama, au mépris des engagements qu’il avait pris à l’égard de Maximilien, un retrait progressif du corps expéditionnaire français affaibli par la fatigue, la fièvre jaune et les désertions.

            Ce mouvement fut accéléré par l’aggravation des tensions en Europe, provoquée par l’affrontement entre la Prusse et l’Autriche. Les dernières troupes françaises quittèrent le Mexique en mars 1867.

            L’armée impériale mexicaine, pourtant forte de près de 30 000 hommes ne put alors empêcher la victoire des troupes Juaristes en quelques semaines. L’empereur Maximilien refusa d’abdiquer et se réfugia à Querétaro. Trahi par ses propres hommes, il fut capturé le 14 mai 1867 et exécuté le 19 juin. Juarez retrouva un poste de président qu’il garda jusqu’à sa mort en 1872.

            L’échec de l’expédition du Mexique altéra gravement le prestige du second Empire. Cependant, Napoléon III décida que le nom de Camerone serait inscrit sur le drapeau du Régiment Étranger et que, de plus, les noms de Danjou, Vilain et Maudet seraient gravés en lettres d’or sur les murs des Invalides à Paris. En outre, un monument fut élevé en 1892 sur l’emplacement du combat. Il porte l’inscription :

 

Ils furent ici moins de soixante

Opposés à toute une armée,

Sa masse les écrasa.

La vie plutôt que le courage

Abandonna ces soldats français

Le 30 avril 1863.

A leur mémoire la Patrie éleva ce monument.

 

Depuis, lorsque les troupes mexicaines passent devant le monument, elles présentent les armes.

            Des combats comme celui de Camerone, la Légion étrangère en livra des centaines. Celui-là prit une valeur dramatique en raison de la disproportion des forces et de la fin tragique des défenseurs  qui choisirent de respecter jusqu’au bout le serment fait à leur chef de ne jamais se rendre et de résister jusqu’à la mort.

 

José CASTANO e-mail : joseph.castano0508@orange.fr

 

« La mémoire n'est pas seulement un devoir, c'est aussi une quête » (Commandant Hélie de Saint-Marc - " Les champs de braises ")

-o-o-o-o-o-o-o-o-

Cet article sera publié dans la revue « Être et Durer », fin Mai 2013, éditée par le Cercle Nationaldes Combattants.

Cercle National des Combattants

Anciens combattants d’Algérie et des OPEX, adhérez au C.N.C

(Président : Roger HOLEINDRE, grand résistant de l’Algérie française)

Lien : http://www.cncombattants.org/ 

e-mail : cerclenationalcombattants@orange.fr

-o-o-o-o-o-o-o-o-

- Paroles et musique « Le Boudin » - Cliquez sur : Le Boudin - Musique Militaire

-o-o-o-o-o-o-o-o-

Cet article est extrait du livre « Et l’Algérie devint française… »

Pour en savoir plus, cliquez sur :   -Ma Bibliographie –

-o-o-o-o-o-o-o-

Pour revoir tous les articles de José CASTANO,

Cliquer sur :                              - Mes Articles –

Ses conférences, cliquez sur :       - Mes Conférences –

Sa biographie, cliquer sur :            - Ma Biographie -

 

Posté par popodoran à 09:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]


24 avril 2013

BILLET D'HUMEUR N°34

Document transmis par

LE PHARE FOUILLEUR le Mardi 16 avril 2013.

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ». Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen - Article XI - 1789

Déclaration de patrimoine des ministres : une mascarade !

Cher(e)s ami(e)s et compatriotes,

Ce lundi 15 avril 2013, restera inutilement dans la mémoire collective.

         C’est en effet ce jour-là, pour tenter de nous faire oublier une crise sociale et politique d’une ampleur jamais atteinte, que Jean-Marc AYRAULT, Premier ministre, et les 37 ministres du gouvernement socialiste, dévoilèrent leur patrimoine  respectif  sur le site Internet declarations-patrimoine.gouvernement.fr. Adieu Jérôme CAHUZAC….on ne se rappelle même plus de ton nom !

          Deux faits sensationnels ont retenu mon attention : huit d’entre eux sont millionnaires (!), et Madame Christiane TAUBIRA, Ministre de la Justice et Garde des Sots, possède  un vélo estimé à 200 euros (je m’attendais à une pirogue en bois rare de Guyane).

         Cette opération n’est qu’un écran de fumée, une incroyable manipulation supplémentaire pour tenter de nous faire oublier l’affreux Jérôme, mais surtout l’incapacité de l’actuel gouvernement à sortir la France de la terrible crise qui la ruine. C’est une mascarade car rien ne les empêchera de continuer à mentir ou à frauder, et pour certains, à demeurer des anciens repris de Justice ! 

         Lui Président…..le chômage s’amplifie, la dette augmente, l’immigration s’intensifie, les budgets ne sont pas maîtrisés, les PME manquent de soutien financier, des taxes nouvelles s’ajoutent aux anciennes, le mariage pour tous est un acte officiel contre l’avis du peuple, l’Etat ne réduit pas ses dépenses, etc.

LUI PRESIDENT…..LA FRANCE EST DANS LA CHIENLIT !

Merci de votre aimable considération. Bien cordialement.

Michel Salanon...de l'Hôtel Saint Maurice d'Aïn-el-Turck

Retour le phare fouilleur

Posté par popodoran à 08:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]

BILLET D'HUMEUR N°35

Document transmis par

LE PHARE FOUILLEUR le Lundi 21 avril 2013.

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ». Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen - Article XI - 1789

BOSTON : encore un attentat islamiste !

Cher(e)s ami(e)s et compatriotes,

         Tout le monde s’y attendait, sauf les médias français, bien entendu !

Nos médias gauchistes, dans leur grande majorité, nous prennent pour des veaux (ça me rappelle quelqu’un) et désinforment chaque jour davantage.

         Analysons leur lamentable vocabulaire pour évoquer les responsables présumés de l’attentat de Boston (USA), dès sa survenance le 15 avril 2013, dans le courant de l’après-midi : menace extrémiste intérieure, mouvement intégriste blanc, membres de l’extrême droite américaine, anti-démocrates, etc.

         Pendant 48h presque tout a été dit et écrit, sauf  « attentat islamiste » ! Bref, « la bête » devait être blanche et….d’extrême droite bien sûr ! Manque de bol : elle est islamiste, et s’apparente au djihad (guerre sainte au nom de l’Islam).

         L’attentat de Boston provoqua 4 morts (3 civils et 1 policier) et environ 170 blessés, dont une quinzaine gravement atteints et mutilés à vie (il est question d’une dizaine de personnes amputées). Deux bombes artisanales ont explosé à quelques secondes d’intervalle, près de la ligne arrivée du marathon de Boston.

         Les deux terroristes musulmans, immigrés tchétchènes vivant aux USA depuis une dizaine d’années et responsables de l’attentat de Boston, sont bel et bien des islamistes radicaux. Il s’agit des frères TSARNAEV : Tamerlan 29 ans (tué par la Police) et Djohar (blessé).

         L’aîné, Tamerlan, boxeur sans envergure, avait établi des liens avec l’Islam radical depuis à peu près deux ans. En 2011, le gouvernement russe aurait attiré l’attention du FBI sur cette tendance. En 2012 l’individu aurait séjourné en Tchétchénie, où il aurait reçu une formation pour commettre un attentat (…).

         Le cadet, Djohar, étudiant à l’Université américaine de Cambridge, a bénéficié d’une bourse de plusieurs milliers de dollars pour financer ses études.

         Parce qu’ils étaient mal dans leur peau, donc mal intégrés (on connaît la chanson), et pour remercier les USA de les avoir reçus sur leur sol, ces deux véritables « taupes islamistes » infiltrées dans le monde libre, ont profité d’une épreuve sportive pour terroriser la population américaine et tuer froidement des innocents, une fois de plus au nom de l’Islam !

         Il est temps pour Barack OBAMA, et de nombreux autres responsables de pays occidentaux (je pense au nain qui loge à l’Elysée), de revoir leur politique d’immigration qui en arrive à mettre les nations occidentales en péril.

         A la suite de l’attentat de Boston, observons le silence carrément dégueulasse, des organismes et associations gavés d’argent public, qui se réclament des Droits de l’Homme et contre le racisme, et de certaines personnalités qui restent des inconditionnels de la cause arabe dans le monde :

- la Ligue des Droits de l’Homme (LDH),

- le Mouvement contre le Racisme et l’Amitié entre les Peuples (MRAP),

- SOS-Racisme, qui se donne pour mission d’identifier et de dénoncer les actes de discrimination raciale,  

- Dalil BOUBAKEUR, actuel Recteur de la grande mosquée de Paris, qui prétend que l’Islam est une religion de paix (!) d’amour (!) et de pardon (!),

- Mohamed MOUSSAOUI, Président du Conseil Français du Culte Musulman, provocateur professionnel qui aime à se qualifier d’intellectuel sur les plateaux gauchistes de la télévision française (le CFCM est une association régie par la loi 1901, destinée à représenter les musulmans de France),

- Benjamin STORA, pseudo-historien des indépendantistes algériens,

- les nombreux responsables politiques socialistes, qui sont fascinés par le monde arabe (vive les vacances en Tunisie et au Maroc, n’est-ce pas Messieurs

Bertrand DELANOE et Jack LANG ?), et favorisent dangereusement l’islamisation de la France.

 

Ami(e)s, ne votez pas à gauche aux prochaines élections !

         Ce bulletin est dédié à la mémoire des 4 personnes tuées à Boston, dont le policier Sean COLLIER, 26 ans : 4 morts de plus au bilan de l’Islam radical.

Merci de votre aimable considération. Bien cordialement.

Michel Salanon...de l'Hôtel Saint Maurice d'Aïn-el-Turck

Retour le phare fouilleur

Posté par popodoran à 08:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]

BILLET D'HUMEUR N°36

Document transmis par

LE  PHARE  FOUILLEUR  le jeudi 24 avril 2012.

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ». Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen - Article XI - 1789

Vote de la loi dite TAUBIRA : la démocratie confisquée !

Cher (e) s ami (e) s,

         Le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels a été adopté mardi 23 avril, en deuxième lecture, à l’Assemblée nationale, avec les résultats suivants : votants 566, suffrages exprimés 556, majorité absolue 279, POUR 331, CONTRE 225. Ce faisant la majorité des Députés a voté contre la volonté du peuple : c’est cela la démocratie confisquée !

         Il paraît que c’est un évènement planétaire. Pensez-donc : avec ce vote la France devient le 9e pays européen et le 14e pays dans le monde à adopter cette loi, plus que troublante, qui n’a jamais autant divisé les Français(e)s.

         La preuve est donnée par les centaines de milliers de personnes qui n’ont cessé de manifester dans la rue, depuis des dizaines de jours, pour exprimer leur grande inquiétude et désavouer cette loi qui remet en cause la famille.

         Il n’y a vraiment pas de quoi se réjouir en imaginant le profil de la nouvelle famille à la sauce socialiste, composée de deux femmes ou deux hommes, non pas pour les marié(e)s qu’ils seront, mais pour l’enfant qu’ils adopteront et qui devra les appeler « parent 1 » et « parent 2 » au lieu de « papa » et « maman » ! Cette loi touche à la filiation, fondement essentiel de notre société, et ouvre dangereusement la porte à la Procréation Médicalement Assistée (PMA) et à la Gestation Pour Autrui (GPA). Attendons l’avis du Conseil Constitutionnel. A quand la vente des embryons en grande surface ?!

Non cette loi n’est pas une avancée sociale, c’est une dangereuse provocation !

Merci de votre aimable considération. Bien cordialement.

Michel Salanon...de l'Hôtel Saint Maurice d'Aïn-el-Turck 

Retour le phare fouilleur

Posté par popodoran à 09:04 - Commentaires [5] - Permalien [#]

26 avril 2013

BARRAGE DE FOUM EL GHERZA

            Construit en 1950 sur l’oued EL-ABIOD prés de Biskra dans la commune de Sidi-Okba d’une capacité de 47 millions de m3 pour un volume régularisable de 13 millions de m3.

Carte situation Foum El Guerza popodoran

Du fait de l’altitude (on est souvent à plus de 1000 m), dans Les Aurès, la température qui y règne est agréable en été, bien plus agréable que la fournaise de Biskra. ce massif des Aurès est une zone montagneuse, au nord-est de l’Algérie, et sud de l’Atlas saharien en Algérie. Il est un véritable château d’eau pour cette immense région au climat très aride. 3 vallées parallèles traversent les Aurès et reliant Biskra à Batna. La plus impressionnante est le canyon de l’Oued El Abiod, qui passe par Beniane, Rhoufi et

Arris. Le canyon de Rhoufi est le plus spectaculaire avec ses villages accrochés aux falaises.

Carte_Biskra

barrage-Foum-el-gherza-3

Situation-Foum-El-Guerza

 

1-1

1-2

barrage-Foum-el-gherza-5Rhoufi9

Foum El Gherza sur le canyon de l’oued El Abiod

Barrage-Foum-el-gherza-2

BARRAGE REGION DE BISKRA

BARRAGE DE FOUM EL GUERZA

BARRAGE DE FOUM EL GUERZA21

 

Cet ouvrage d'un très grand intérêt économique dans la région puisque permettant d’irriguer plus de 300.000 palmiers dattiers se trouve amputé chaque année d’un volume important estimé en moyenne à 5 millions de m3. Ces pertes sont dues au site d’implantation de cet ouvrage qui est composé de calcaires cristallins fissurés jusqu’à une profondeur de 80m.

Barrage_Foum_el_Gherza_GF

Timbre du barrage en 1959 lien vers le site qui le présente. (1er jour d'oblitération)

Retour à la liste de barrages

Posté par popodoran à 21:34 - Commentaires [5] - Permalien [#]


07 mai 2013

BILLET D'HUMEUR N° 37

Document transmis par

LE PHAREFOUILLEUR  le mardi 30 avril 2013.

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ». Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen - Article XI - 1789

BOUTEFLIKA : un ennemi de la France soigné gratis à l’hôpital militaire parisien du Val de Grâce !

Madame, Monsieur, cher(e)s ami(e)s et compatriotes,

Abdelaziz BOUTEFLIKA, (faux) ami de la France depuis 1962, est né

en 1937. En 1956, il s’engage dans l’Armée de Libération Nationale (ALN) et combat les forces françaises dans différents secteurs algériens (Wilaya V et frontière du Mali). En 1961, il effectue un séjour clandestin en France, pour entrer en contact avec les chefs historiques de la rébellion algérienne, alors détenus à Aulnoy. En 1962, il est député et devient ministre de la jeunesse, des sports et du tourisme du premier gouvernement de l’Algérie indépendante.

         En 1962, ce premier gouvernement formé grâce au soutien des gaullistes de l’époque, comprenait des djihadistes qui massacrèrent les Pieds-Noirs durant toute la guerre et provoquèrent le génocide des Harkis après le 19 mars 1962.

         A l’occasion d’un voyage d’Etat en France, le 14 juin 2000, Bouteflika fut reçu à l’Assemblée Nationale (!), et prononça un discours rappelant les brutalités de la conquête française et les injustices du système colonial français (…).

         Il fut opéré à l’hôpital militaire du Val de Grâce, à Paris, en 2005, suite à un ulcère à l’estomac, et s’y trouve de nouveau depuis le 29 avril, pour des examens suite à un accident cérébral survenu le 27 avril, à Alger.

         Personne n’a oublié que l’Algérie doit plusieurs dizaines de milliers d’euros de soins médicaux donnés à ses représentants, impayés depuis de longs mois et que le budget de la Sécurité Sociale est en déficit. Cherchez l’erreur !  

Merci de votre aimable considération. Bien cordialement.

Michel Salanon...de l'Hôtel Saint Maurice d'Aïn-el-Turck 

Retour le phare fouilleur

Posté par popodoran à 07:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 mai 2013

BARRAGE DE FOUM-EL-GUEISS

Construit en 1910 entre Batna et Khenchela, à 80 km d'Edgar-Quinet, centre de colonisation dépendant de la commune mixte de Khenchela. Haut de 23 m il avait une capacité réelle de 2,5 millions de mètres cubes et un débit de 6 000 000 m3 qui permettait d'irriguer 5 000 ha.

Foum-el-Gueiss-michelin

 

Foum-El-Gueiss- situation popodoran

Foum-El-Gueiss01

El-Gueiss 1959

Barrage en 1959

Foum-El-Gueiss1

 

Classé parmi les plus beaux barrages d’Algérie, il est inexploitable à cause d'un envasement de 100%.

Foum-El-Gueiss7

Foum-El-Gueiss10

Foum-El-Gueiss11

 

Retour à la liste de barrages

Posté par popodoran à 21:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mai 2013

Le président Algérien Abdelaziz Bouteflika se fait soigner en France…

            Alors que le régime algérien ne cesse de dénoncer depuis 50 ans « les méfaits de la colonisation » et d’exiger de la France la « repentance » pour les « atrocités commises durant la période coloniale (sic) », le Président Bouteflika a choisi de se faire soigner, pour la seconde fois,dans les hôpitaux de l’ex colonisateur Français. En effet, bénéficiant depuis le 27 avril, de soins intensifs au Val-de-Grâce, il a été transféré, le 21 mai, à l’Institution nationale des Invalides (INI) spécialisée dans la réadaptation fonctionnelle et les séjours médicalisés et de convalescence.

            Il est tout de même surprenant que le Président algérien, ancien cadre du FLN durant le conflit algérien, ait refusé toute hospitalisation dans les hôpitaux d’Alger dont la qualité était universellement reconnue durant la présence française. La raison ? La décrépitude –voire, la déliquescence- des infrastructures hospitalières en Algérie qui, en 50 ans, n’ont bénéficié –en dépit de la manne pétrolière- du moindre entretien ni de la moindre modernisation.

Ceci étant, je m’interroge cependant –en dépit des allégations émises par certains médias- sur les conditions financières de l’hospitalisation du chef d’Etat Algérien… En effet, il faut savoir que la dette algérienne auprès des hôpitaux français atteint déjà plus de 20 millions d’euros, ce qui fait de l’Algérie le premier débiteur de la France qui devient soudainement « fréquentable » dès lors qu’elle soigne ou rend service aux apparatchiks du FLN… Pouvons-nous espérer, dans la période de crise et d’austérité que nous traversons, voir, enfin, cette créance honorée ?...

José CASTANO e-mail : joseph.castano0508@orange.fr

Les raisons pour lesquelles les apparatchiks du FLN viennent se faire soigner en France… Edifiant ! Cliquez sur ces liens :

- http://www.youtube.com/watch?v=AgBkqTO9v08

- http://www.youtube.com/watch?v=G7CF-U7Psq4 

Posté par popodoran à 21:44 - Commentaires [12] - Permalien [#]

29 mai 2013

BILLET D'HUMEUR N°38

Document transmis par

LE PHAREFOUILLEUR  le lundi 6 mai 2013.

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ». Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen - Article XI - 1789

HOLLANDE se croit normal….IL EST INCOMPETENT !

Madame, Monsieur, cher(e)s ami(e)s et compatriotes,

Tout le monde garde à l’esprit le tsunami politique occasionné par les résultats du 2e tour des dernières élections présidentielles, le 6 mai 2012 :

F. HOLLANDE 51,63 % (18.004.565 voix), N. SARKOZY 48,37 % (16.865.340 voix). Après quoi la France entama sa descente aux enfers, n’en déplaise aux votants irresponsables qui ont favorisé sa chute.

         Bref, il a fallu les bêtises de Bling Bling ajoutées aux 1.139.136 votants pour voir arriver un nain politique, mal habillé, mal dans son vocabulaire, mal dans ses relations féminines, mal dans ses ambitions politiques encore plombées par ses erreurs de gestion à la Présidence du Conseil Régional de Corrèze !

         « Lui Président » il est, 12 mois après son élection, le Président le plus impopulaire de la Ve République. Le changement….c’est maintenant !

         Tous les voyants sont au rouge : marasme économique, crise morale et sociétale très graves, mariage pour tous destabilisant, islamisation galopante, Justice laxiste très préoccupante, impôts nouveaux sur les sociétés asphyxiées par la mondialisation, redressement industriel enterré à Florange, augmentation quotidienne du chômage, échec de la transparence (merci Jérôme CAHUZAC), interventions médiatiques lamentables (merci Claude SERILLON), popularité en baisse constante (- 19 % il y a quelques jours !)….au point que s’il se représentait aujourd’hui il ne serait même pas au second tour.

         Bernard TAPIE avait raison : « il n’a jamais occupé une fonction gouvernementale, il ne faut pas en faire un Président, il est incapable de gouverner un pays : le faire élire équivaudrait à dire à un pilote de planeur tiens maintenant tu vas piloter un 747 » ! Hélas, Nanard avait raison.

VIVEMENT 2017, QU’IL DEGAGE….NORMALEMENT !

Merci de votre aimable considération. Bien cordialement.

Michel Salanon...de l'Hôtel Saint Maurice d'Aïn-el-Turck 

Retour le phare fouilleur

Posté par popodoran à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

BILLET D'HUMEUR N° 39

Document transmis par

LE PHAREFOUILLEUR  le lundi 27 mai 2013.

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ». Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen - Article XI - 1789

Manuel VALLS : un professionnel de la rafle !

Madame, Monsieur, cher(e)s ami(e)s et compatriotes,

Vous vous souvenez de la phrase de Georges MARCHAIS, Secrétaire-guignol du Parti Communiste Français (que Staline ait son âme !) : « les chiens contre les travailleurs » ? Depuis peu, grâce à Manuel VALLS, plus commissaire politique de la rue française que Ministre de l’Intérieur, la nouvelle phrase est : « les grenades lacrymogènes et la rafle contre les jeunes » !

         Incapable de faire cesser le trafic de drogue dans les cités, incapable d’arrêter le trafic d’armes à Marseille, incapable de faire baisser le nombre d’assassinats en Corse, incapable de protéger les pompiers ou les médecins qui sont caillassés lorsqu’ils interviennent en zone de non-droit, incapable de protéger les utilisateurs du métro parisien, incapable d’arrêter les islamistes radicaux pourtant fichés par la DCRI (Direction Centrale du Renseignement Intérieur), incapable de tolérer le droit de manifester….il est seulement capable de faire gazer et d’organiser des arrestations arbitraires de jeunes qui manifestent dignement, violant ainsi l’article 432/4 du Code Pénal !

         Ouvrez ce lien, ou entrez-le dans votre navigateur, vous comprendrez :

http://link.brightcove.com/services/player/bcpid2228337076001?bckey=AQ~~,AAAAFL9RKKk~,jIpoBgF-25I2CqIX2lLKlcjW5LfeL1QT&bctid=2421402091001

         N’oublions pas les scènes de la dernière manifestation contre « le mariage pour tous », dimanche 26 mai : des Français normaux, jeunes et adultes, hommes et femmes, chantant la Marseillaise, matraqués comme s’ils étaient de dangereux voyous, gazés comme s’ils étaient des insectes nuisibles, enfin raflés comme s’ils étaient des ennemis de la démocratie. Bravo la gauche !

         Et pendant ce temps les vrais voyous mettent la France à sac, pillent et tuent les petits commerçants, agressent des passantes, menacent des passagers de trains,sans que ce ministre ne maîtrise cette débâcle ! Encore un incompétent.

         Manuel VALLS, enfant d’immigré espagnol, naturalisé Français voilà peu d’années, n’a pas le droit de traiter ainsi les Français qui manifestent en toute légalité. Il est vrai qu’ils ne portent pas le brassard de la CGT.

         Ministre de l’Intérieur, oui, professionnel de la rafle, non !

Merci de votre aimable considération. Bien cordialement.

Michel Salanon...de l'Hôtel Saint Maurice d'Aïn-el-Turck 

Retour le phare fouilleur

Posté par popodoran à 18:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]