02 décembre 2014

MURIEL ET YVES CARCHON

Les deux ouvrages de Muriel et Yves CARCHON

Couv Les Volontaires de la Nouvelle-France

 

Jaquette1MDE

Retour aux auteurs

Posté par popodoran à 23:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 décembre 2014

ANNE CAZAL A ROBERT MENARD MAIRE DE BEZIERS

Lettre ouverte

ANNE CAZAL
JOURNALISTE-ECRIVAIN
BOITE POSTALE 28 – 31620 FRONTON
e-mail : anne.cazal@orange.fr

 


Monsieur Robert Ménard
Maire de BEZIERS

Monsieur le Maire,
 

Le 5 décembre 2014, vous avez annoncé votre intention de débaptiser la rue du 19 mars 1962 à Béziers pour la renommer : rue du Commandant Hélie Denoix de Saint Marc.

Le parcours de cet homme exceptionnel, qui me fit pendant de longues années la faveur de son amitié, justifie votre choix. Lors de son procès, il a magnifiquement démontré sa conception de l’honneur qu’il a su garder intact, alors que tant d’autres l’ont galvaudé, en affirmant à la barre : « On peut demander beaucoup à un soldat, en particulier de mourir, c’est son métier. On ne peut pas lui demander de tricher, de se dédire, de se contredire, de mentir, de se renier, de se parjurer ».

Que représente cette date du 19 mars 1962 sinon le reniement et le parjure ?

Ce n’est pas « le jour où les petits sont rentrés à la maison », comme m’a répondu, avec une légèreté déplorable, le Sénateur Alain Néri, initiateur de l’officialisation de cette date maudite, alors que je l’interpellais lors d’un congrès de Harkis, mais bien une capitulation impardonnable devant un ennemi terroriste vaincu sur le terrain, laquelle marquait le début des massacres de Français d’Algérie de toutes ethnies, et principalement ceux qu’on appelle les Harkis, tous abandonnés par un Chef d’Etat qui s’était renié et parjuré.

Soyez béni, Monsieur le Maire, pour cette saine décision car la date indécente du 19 mars, cette date sanglante, que depuis des décennies, on affiche sans pudeur et sans honte sur les murs de nos villes et villages, ne marque pas seulement l’extermination barbare de centaines de milliers de Français innocents, dont, au moins 150.000 soldats français d’origine musulmane, mais, de plus, celle de quelques centaines de jeunes appelés métropolitains, soi-disant prisonniers du FLN, qui n’ont jamais été rendus à la France et que nul n’a plus jamais revus.

Elle marque aussi le jour où toutes les valeurs de la Vème République Française ont été violées avec la complicité de ses plus hautes instances, puisque même le Conseil Constitutionnel, obéissant à un Chef d’Etat qui n’était, en réalité, qu’un dictateur criminel, a fermé les yeux sur le viol indéniable de la Constitution Française !

Donner un tel exemple à un peuple abusé, c’est le meilleur service que vous pouvez rendre à notre patrie, la France !
Le jour où cette plaque tombera, sur la ville de Béziers se lèvera une nouvelle aurore, celle de l’intégrité retrouvée !
Veuillez croire, Monsieur le Maire, à l’expression de ma gratitude et à mon soutien sans faille.

Anne CAZAL

Retour "Tous les articles"

Posté par popodoran à 18:38 - Commentaires [8] - Permalien [#]

FRANÇOIS, TU MENS

Tu mens, tu mens, tu mens ...

Depuis ton avènement

Tu bafoues tes engagements,

Tu oublies tes serments,

Tu entasses tes reniements.

Arrête tes boniments.

Tu accrois l'endettement

Et persistes dans l'entêtement.

Sans aucun tempérament,

Tu gouvernes mollement.

Tu manques d'arguments

Dans tes raisonnements,

Aussi dans tes jugements.

Tes taxes, c'est le saignement,

Ta Justice, c'est infamant.

L'Armée, ses régiments

Dans le plus grand dénuement,

Un état très alarmant.

Tu maltraites l'Enseignement,

Les jeunes et leurs tourments.

Tu nous mènes fatalement

Droit vers l'effondrement,

La ruine, dit autrement.

Ton règne, c'est l'écœurement,

Et je sens l'embrasement

Du peuple, tout bonnement.

Jean-Paul Ruiz
Retour Poèmes.

Posté par popodoran à 19:02 - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 décembre 2014

SITES INTERNET PN

[CTRL+F] en majuscule pour faire une recherche dans la page

26 MARS 1962 ASSOCIATION DES FAMILLES DES VICTIMES (N.   Ferrandis 2013)
26 MARS 1962 ASSOCIATION DES FAMILLES DES VICTIMES (N.   Ferrandis)
26 MARS 1962 ASSOCIATION DES FAMILLES DES VICTIMES et   ALLIES (N. Ferrandis)
26 MARS 1962 SIMONE GAUTHIER
5 JUILLET 1962 A ORAN -    GENEVIEVE DE TERNANT - HERVE CUESTA
5 JUILLET 1962 A ORAN - JEAN   FRANCOIS PAYA
8 MAI 1945 ROGER BEMMEBAREK
AAALGERIANIE
AFFICHES ALGERIE 1830-1962
ALGER HOPITAL DE MUSTAPHA - Professeurs en Médecine   1961-1962 - Dr. G. PELISSIER
AMICALE DES ANCIENS COMBATTANTS D'ALGERIE
AMICALE DES ANCIENS ELEVES DES ECOLES D'AGRICULTURE   D'ALGERIE
AMICALE PIEDS-NOIRS 47
ARAPREM - Association de Rapatriés d' Algérie pour la Réconciliation des Mémoires
ARCHIVES   NATIONALES D'OUTRE-MER
ASSOCIATION - COLLECTIF SAUVEGARDE CIMETIERES ORANIE
ASSOCIATION  DES   VICTIMES DU 26 mars 1962
ASSOCIATION ANFANOMA
ASSOCIATION DES AMIS DE RAOUL SALAN
ASSOCIATION ETUDE COLONIALE REVUE EN LIGNE
ASSOCIATION JUDB (JOYEUSE UNION   DON BOSCO) TOULON - Antoine ORSERO
ASSOCIATION VERITAS
AU JOUR LE JOUR - LA GUERRE
AU JOUR LE JOUR - LA GUERRE
AVIATION EN ALGERIE PIERRE JARRIGUE
BIBLIOTHEQUE  D'ALGÉRIE   TENES-INFOS
BIBLIOTHEQUE L'HISTOIRE DE L'ALGERIE
BIBLIOTHEQUE LIBRAIRIE PIED-NOIR
C.D.H.A.   AIX EN PROVENCE
CERCLE ALGÉRIANISTE DRÔME ARDECHE
CERCLE ALGÉRIANISTE GRENOBLE
CERCLE ALGÉRIANISTE LYON
CERCLE ALGÉRIANISTE MARSEILLE
CERCLE ALGÉRIANISTE MONTPELLIER
CERCLE ALGÉRIANISTE NATIONAL
CERCLE ALGÉRIANISTE NICE
CERCLE ALGÉRIANISTE TOULON
CERCLE JEAN BASTIEN-THIRY
CHANSON GUY NARBONI
CHANSONS BLOG MUSICAL ANTOINE TCHOUMINO
CHANSONS JEAN-PAUL GAVINO
CHANSONS LES AIGLES NOIRS - ORAN BELLE ET REBELLE
CHANSONS MICK-MACCOTTA
CHANSONS   SITE OFFICIEL JEAN-PAX MEFRET
COMITE VERITAS
ECRIVAIN AUTEUR JOCELYNE MAS
ENCYCLOPEDIE D'AFN 1830-1962
ENCYCLOPEDIE DE L'AFN - DOCUMENTATION PN
GENEALOGIE ANDALOUSIE DE NOS ANCETRES
GENERALISTE AÏN SENNOUR
GENERALISTE AÏN SEYNOUR (HENRI VINCENT)
GENERALISTE AIN-FRANIN - MON ENFANCE A AÏN FRANIN  JOCELYNE 1941/1962
GENERALISTE AIN-FRANIN ET KRISTEL- LES VACANCES HEUREUSES MONIQUE V.B.
GENERALISTE AÏN-KIAL - (LINE GUYON   - CATHERINE LANGE)
GENERALISTE ALGER
GENERALISTE ALGER - ALGERAZUR
GENERALISTE ALGER - ALGEROISEMENT......VOTRE
GENERALISTE ALGER - LES ENFANTS DU SOLEIL (BERNARD   KEYSER)
GENERALISTE ALGER - LES PLAGES   D'ALGER JUIFS D'ALGERIE - 2000 ANS D'HISTOIRE
GENERALISTE ALGER - MAISON-CARREE - SYLVIA IVARS
GENERALISTE ALGER BABALOUETTE
GENERALISTE ALGER BEO PIERRETTE LILI CAMPS
GENERALISTE ALGER CITE PICARDIE
GENERALISTE ALGER D'ANTAN 1932   (VINACCIO)
GENERALISTE ALGER DE L'AMIRAUTE A TIPASA
GENERALISTE ALGER ÉCOLES ET LYCEES
GENERALISTE ALGER LE CAP MATIFOU
GENERALISTE ALGER LE CLOS SALEMBIER
GENERALISTE ALGER LE COIN DU   BROCANTEUR 676 photos
GENERALISTE   ALGER LES QUARTIERS
GENERALISTE ALGER LES TOURNANTS   ROVIGO (HC)
GENERALISTE ALGER NE A BAB EL OUED
GENERALISTE ALGER PLAN - OUED   MERDA
GENERALISTE ALGER PLAN - ROGER   VELLA
GENERALISTE ALGER POINTE PESCADE
GENERALISTE   ALGER SALMIGONDIS A LA VENIS
GENERALISTE ALGERIE CHRONOLOGIE   DANS LA GUERRE
GENERALISTE ALGERIE MA MÉMOIRE (JEAN-YVES THORRIGNAC)
GENERALISTE ALGERIE MES RACINES
GENERALISTE ATTATBA - (GEORGES   GOMEZ)
GENERALISTE BÔNE - LA COLONNE RANDON (GABRIEL  ROUX)
GENERALISTE BÔNE - LES ENFANTS DE   LA MENADIA (ANNY BARBISAN)
GENERALISTE BÔNE - PHOTOS DE CHRISTIAN MUSCAT (JEAN-MICHEL CANICAVE)
GENERALISTE BÔNE (COLETTE LEVY)
GENERALISTE BÔNE (JEAN-LOUIS   VENTURA)
GENERALISTE BÔNE KOLEA
GENERALISTE BÔNE LA COQUETTE ( JEAN-PIERRE BARTOLINI) LA SEYBOUSE
GENERALISTE BOU HANIFIA
GENERALISTE BOUFARIK -    BERTRAND
GENERALISTE BOUGIE - CEUX DE BOUGIE
GENERALISTE BOU-MEDFA - (FERNAND MICO)
GENERALISTE BREA - (ROBERT GARIDOU - CATHERINE LANGE)
GENERALISTE COLLO - (ANDRE   SPITERI)
GENERALISTE CONSTANTINE
GENERALISTE CONSTANTINE -  (ANDRE   ADMENT)
GENERALISTE CONSTANTINE - ADADENC - (REMY BAISON)
GENERALISTE DANMARLOU
GENERALISTE DENISDAR
GENERALISTE d'Herbillon /  Imed Lassoued
GENERALISTE Djidjelli /  Louis Di Rosa
GENERALISTE GUELMA
GENERALISTE Guelma  / Gilles Martinez
GENERALISTE GUYOTVILLE
GENERALISTE histoire - Afrique du Nord 1830 - 1962
GENERALISTE KOUBA
GENERALISTE La Calle /  Georges Barbara
GENERALISTE LE CRI
GENERALISTE L'ECHO D'ARZEW
GENERALISTE LES TREMBLES
GENERALISTE LOURMEL
GENERALISTE MASCARA
GENERALISTE MAUVAISE GRAINE
GENERALISTE   Mémoire et traditions des juifs d’Algérie Didier Nebot - MORIAL
GENERALISTE MEMOIRES D'ALGERIE-MEMOIRES D'EXILES  (EVELINE CADUC)
GENERALISTE Menerville /  Jean Louis Reimonen
GENERALISTE MERS EL KEBIR - 1940
GENERALISTE MERS EL KEBIR - CIMETIERE MILITAIRE
GENERALISTE MERS EL KEBIR - LA MARSA
GENERALISTE   MERS EL KEBIR - SAINT ANDRE
GENERALISTE MILITANT - ALGERIE FRANCAISE
GENERALISTE MILITANT - BABELOUEDSTORY
GENERALISTE MILITANT - CLAN.R
GENERALISTE MILITANT - JEAN-JACQUES LE ROUTIER
GENERALISTE MILITANT - JEUNE PIED-NOIR
GENERALISTE MILITANT - MDAME JOSETTE
GENERALISTE MILITANT - PETIT CLAMART
GENERALISTE MILITANT - PIEDS-NOIRS AUJOURD'HUI
GENERALISTE MILITANT - POPODORAN
GENERALISTE Misserghin /  Chérif Sid Cara Fils
GENERALISTE MORENO ORAN
GENERALISTE MOSTAGANEM
GENERALISTE NOTRE JOURNAL INFO
GENERALISTE ORAN - ECHO D'ORAN BNF   GALLICA
GENERALISTE ORAN - RENE MANCHO - RUE DES ARRIERES BOUTIQUES
GENERALISTE ORAN A.E.E.M.O. Anciens élèves des écoles de la marine   d'Oran
GENERALISTE ORAN BEL-AIR
GENERALISTE ORAN BOULANGER -   MAGNAN - MANCIPP
GENERALISTE ORAN CORNICHE ORANAISE   TARAMBANA
GENERALISTE ORAN DELMONTE ROGER ORTEGA
GENERALISTE ORAN EDGARD ATHIAS OU LE CHANT DU MENESTREL
GENERALISTE ORAN HENRIQUE PALLES  "LA MARINE"
GENERALISTE ORAN JC PILLON
GENERALISTE ORAN L'ESTAFETTE D'ORAN ET DES ORANIENS   JEAN-MARC BONNET
GENERALISTE ORAN ORANOSTALGERIE   Lucette Valentin
GENERALISTE ORAN ORANOSTALGERIE Marcel Ferrerres
GENERALISTE ORAN ROLAND GARCIA
GENERALISTE ORAN, BIENVENUE A ORAN
GENERALISTE ORAN, MA MÉMOIRE JEAN YVES THORRIGNAC LA   VEYSSIERE
GENERALISTE ORAN, UNE VILLE, UNE   VIE
GENERALISTE ORLEANSVILLE ET SA REGION
GENERALISTE PALESTRO
GENERALISTE PALIKAO
GENERALISTE PHILIPPEVILLE - JP CASTANET
GENERALISTE PHILIPPEVILLE - MARCEL-PAUL DUCLOS
GENERALISTE PHILIPPEVILLE - RUSICADE SKIKDA
GENERALISTE PIEDS-NOIRS INFO
GENERALISTE SAÏDA
GENERALISTE SAINT-CLOUD
GENERALISTE SIDI-BEL-ABBES - OUED MEKERRA
GENERALISTE SOUK-AHRAS
GENERALISTE STAOUELI - ROBERT ANTOINE
GENERALISTE TENES
GENERALISTE   TERMINUS CARTHAGE TUNISIE
GENERALISTE TIZI OUZOU - GRANDE KABYLIE
GENERALISTE Vérités sur l'Algérie d'avant 1962
HARKIS - AJIR - Association JUSTICE INFORMATION REPARATION
HARKIS - Association culturelle des  harkis d'Ile de France
HARKIS - COALITION NATIONALE
HARKIS Collectif Justice Pour Les Harkis et Leurs Familles
HARKIS ET VERITE
HARKIS INFOS
HARKIS - KADER HAMICHE - FILS DE HARKI FIER DE L'ETRE
HARKIS - LA COMMUNAUTE DES HARKIS DE DORDOGNE (A.D.H.D.V.O.)
HARKIS - MON HARKI.COM
HISTOIRE DE FRANCE ET DE L'ALGERIE   - BONNEFIN ET MARCHAND (Rose-Marie GARCIA)
HISTOIRE DE L'ALGERIE L'AUBERGE ESPAGNOLE
HOMMAGE JOSEPH SANCHEZ LEGIONNAIRE GOUMIER MAROCAIN
IMAGES D'ALGERIE A LA VENTE
INCLASSABLE - ENFANT DE PN - MELI MELO
INCLASSABLE - YOMOA BLOG DE FRANCOISE
"LA RAFALE" C'EST   L'HISTOIRE D'UN TRAIN
L'ALGERIANISTE - LA REVUE DE 1977 à 2006
LE PILORI PORTAIL LEGITIMISTE DE   FERNAND CORTES DE CONQUILLA
L'ECHO DE L'ORANIE - REVUE BIMESTRIELLE DES   "AMITIES ORANIENNES"
LEGION ETRANGERE - FSALE
LEGION ETRANGERE - LE FANION VERT ET ROUGE J-YVES   MORVAN
LES CAHIERS DU CENTENAIRE DE L'ALGERIE - A.GARCIA
LISTE DES PERSONNES DISPARUES PRESUMEES DECEDEES   CIVILES ET MILITAIRES
MÉMOIRE   ET TRADITIONS DES JUIFS D'ALGÉRIE - Morial
METRO -  Appelé du Contingent /   JC Doussin
METRO -    Appelé du Contingent le 1er RCP en Algérie Jean-Luc HEMAR
METRO - ANCIEN COMMANDO DE L'AIR   (GUY ARMAND)
METRO - BOUSFER ANCIENS DE LA BA   180 (YVES RICAUD ET CHARLES HENRY BRUNO)
METRO - COMMANDO MARINE-COMMANDO   JAUBERT
RECENCEMENT SITES - BLOGS - TOUS LES SITES PIEDS-NOIRS - MITIDJAWEB
RECENCEMENT SITES - BLOGS   (DENISDAR)
RECENCEMENT SITES - BLOGS   (GUERREDALGERIE)
RECENCEMENT SITES - BLOGS (KEMIA)
RECENCEMENT SITES - BLOGS   (ORAN1962)
SAS - ASSOCIATION DES ANCIENS DES   AFFAIRES ALGERIENNES
SECOURS DE FRANCE
SITE ALGERIEN ALGERIE A TRAVERS LES AGES
SITE ALGERIEN COMBAT DIFFICILE POUR LA VIE D'UNE   ALGERIENNE D'ORAN
SITE ALGERIEN GENERALISTE
SITE ALGERIEN GENERALISTE EN PHOTOS (ABDOU LABBIZE)
SITE OFFICIEL d'HELIE DE SAINT MARC
SITE OFFICIEL JEAN MONNERET
TRANSITION DANS LA FORCE LOCALE DE   L'ORDRE ALGERIENNE Marie-Noël Priou
VOYAGE EN ALGERIE

 

 Retour "Tous les articles"

Posté par popodoran à 21:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

21 décembre 2014

LA TORTURE ... PITOYABLE CECITE OU CRIMINELLE LÂCHETE ?

« Tous ceux qui luttent aujourd’hui contre l’intégrisme seront demain les artisans de la démocratie, parce que celle-ci est la seule véritable alternative au programme islamiste » (Alexandre Adler)

Dans un rapport du Sénat américain publié le 9 décembre 2014, il est mentionné que « les techniques renforcées d'interrogatoire de la CIA contre des détenus après le 11 Septembre 2000 « n'ont pas été efficaces » et ont été plus brutales que ce que l'agence d'espionnage avait reconnu jusqu'à présent ». Et pour donner plus de crédit à son exposé,  le rapport décrit sans la moindre vergogne la façon dont les détenus étaient traités : « jetés contre les murs, dénudés, placés dans des bains glacés, empêchés de dormir pendant des périodes allant jusqu'à 180 heures ».

            Pour justifier de telles pratiques, le directeur de la CIA, John Brennan, a indiqué que la torture utilisée par l’agence avait permis de « sauver des milliers de vies en déjouant des attentats », ajoutant qu’Oussama Ben Laden, le chef de file d’Al Qaïda, n’aurait jamais été tué sans les informations obtenues dans le cadre du programme d’interrogatoire mis en cause.

            Ce rapport du Sénat américain, véritable opération politicienne hypocrite et démagogique, remet en mémoire d’autres rapports, d’autres enquêtes, d’autres cris d’orfraie, d’autres condamnations émanant de la « bien pensante » et du « politiquement correct »… tout ce que le conflit algérien avait engendré de critiques acerbes, de condamnations et de jugements sommaires…

            Cette guerre révolutionnaire entreprise par les « fous d’Allah », les Américains ne l’ont pas voulue… comme les Français n’avaient pas voulu, non plus, celle qui allait causer,  huit années durant, la mort de milliers d’innocents et se concrétiser par l’exode et l’exil de tout un peuple.

            Cette guerre auquel le monde occidental est aujourd’hui confronté est, comme « l’autre », aussi sale que bestiale, plus cruelle et plus écœurante que les précédentes car l’ennemi n’est pas franc et ne s’embarrasse pas de préjugés… Il est partout à la fois et on ne le voit nulle part. Ce n’est pas un adversaire loyal, ne s’attaquant qu’aux militaires ou à leur matériel ; tout au contraire, ces terroristes sont des criminels de droit commun, des gangsters de l’espèce la plus ignoble, et leur gang a ses ramifications secrètes dans chaque pays, dans toutes les classes de la société. Il faut donc agir impitoyablement à leur endroit et, pour cela, utiliser des moyens appropriés, fussent-ils, eux aussi, révolutionnaires.

            C’est grâce au silence et au secret dont ils s’entourent que ces tueurs peuvent opérer et porter les coups les plus dévastateurs. Le secret rompu permettrait de les interpeller et mettre la main sur les bombes, les armes de toute sorte, interdirait toute velléité d’attentat. C’est donc au secret qu’il faut s’attaquer si l’on veut éviter un bain de sang…

Mais comment s’y prendre ?

Imaginons être en face d’un homme pris alors qu’il vient de déposer une bombe qui, seul, sait en quel lieu, à quelle heure elle explosera, tuant et mutilant à jamais des dizaines et des dizaines d’innocents, et si cet homme, s’enfermant dans son secret ne veut rien dire quand on l’interroge humainement, réglementairement, alors, que faut-il faire ? Et il faut faire vite car le temps presse ! Quelque part dans la ville, le tic-tac s’égrène lentement et c’est pour de nombreuses vies humaines, une question de vie ou de mort. A tout prix il faut désarmer ce bandit, le faire parler quelle qu’en soit le moyen afin qu’il livre son secret… et de toutes les méthodes, seule la torture paraît-être la plus efficace et, surtout, la plus rapide. C’est çà ou se contenter de relever des innocents déchiquetés par la bombe qui va exploser dans un instant et de les conduire à la morgue.

            En Algérie, l’armée française dut, pour faire face au danger sans cesse croissant du terrorisme et afin de le mieux combattre, utiliser les mêmes arguments que l’ennemi : La torture.

            Par celle-ci, cependant –et par elle seule- elle arriva à prévenir le harcèlement imminent d’un poste, l’embuscade tendue à une patrouille, l’explosion d’une bombe dans un stade, un café ou un cinéma, l’attaque d’une ferme, l’enlèvement ou l’assassinat d’une personne.

            On a fait à ce sujet, au lendemain de la « bataille d’Alger », le procès de la torture. Si ses plus violents proscripteurs n’avaient pas été animés, souvent, plus par des arrière-pensées politiques que par des sentiments humanitaires, leurs appels auraient eu une autre résonance. Mais combien songeaient à condamner en même temps, et peut-être d’abord, la cause : Le terrorisme ignoble et aveugle ?               

            Durant ce conflit, les « moralistes à la conscience pure » n’ont eu de cesse de vilipender les parachutistes français pour leurs « opérations de police musclées » lors de cette bataille en leur opposant la « charité chrétienne ».

            Mais où est la « charité chrétienne » dans ces visions apocalyptiques : Visages lacérés où les yeux manquaient, nez et ces lèvres tranchés, gorges béantes, corps mutilés, alignements de femmes et d’enfants éventrés, la tête fracassée, le sexe tailladé dont les tueurs du FLN se repaissaient avec un plaisir sadique ?

            La révolution, la lutte pour l’indépendance de son pays justifient-elles de telles abominations ?

            Les âmes chagrines disent que la conscience se révolte au spectacle de certains crimes. Hier, le FLN ; aujourd’hui, l’Etat Islamique et ses séides… Dans les deux cas, nous avons été -et sommes, de nouveau- en présence du plus monstrueux florilège du crime qui puisse se concevoir. Les images qui représentent les milliers d’hommes égorgés, les visages mutilés au couteau ou vitriolés, les fillettes violées ou déchiquetées par les bombes, les femmes lapidées, reculent les limites assignées à l’horreur. Cependant, ces atrocités, répliques de tant d’autres commises en Algérie ne révoltent pas les consciences contres les criminels mais contre ceux qui les pourchassent et tentent de les neutraliser…

            La conscience se corrompt dans ces contradictions parce que pardonnant là (l’assassin) et condamnant ici (le soldat), elle cesse d’être conscience pour se faire complice. La supercherie naît de ce qu’elle continue à se parer des attributs de la conscience et exige d’être reconnue comme telle. La complicité dissimulée sous le vocabulaire de la conscience, c’est la subversion. Les mots deviennent fausse monnaie.

José CASTANO Courriel : joseph.castano0508@orange.fr       -Mon blog-

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Colloque de Condom (Gers)  « Mettre sa vie au bout de ses idées »

Quand les « antifascistes » vilipendent l’œuvre de mémoire… cliquez :

-          http://magoturf.over-blog.com/2014/12/condom-les-antifascistes-anonymes-s-insurgent.html

-         Colloque de Condom : Le Cercle Algérianiste continuera à dire sa vérité

 -o-o-o-o-o-o-o-o-

Conférence sur : « LES SEIGNEURS DE LA GUERRE »

- De l’Indochine à l’Algérie, la Légion étrangère au combat

- L’Odyssée et la fin tragique du 1er Régiment Etranger de Parachutistes en Algérie.

« De l’Indochine à l’Algérie, le conférencier évoque le vécu, l’héroïsme et les sacrifices de ces légionnaires, Fils de France non par le sang reçu mais par le sang versé. Ces soldats-loups à la démarche souple de félins, accoutumés à la chasse et au guet, infatigables dans le chaos minéral de l’Aurès, acceptaient le défi de la guerre dans  les défilés étroits comme des pièges, sur les pitons enneigés ou brûlés par le soleil, dans l’enfer du désert où le monde mort a chassé celui des vivants. Ces hommes, « soldats pour mourir », constituaient le plus beau régiment du mode ; jalousés, admirés et vénérés parce qu’ils étaient capables de mourir avec panache en criant : « Vive la Légion ! »

… Puis il y eut le 22 avril 1961 et le soulèvement des meilleures unités combattantes dont le 1er REP était le « fer de lance »… sa dissolution et celle des plus belles unités parachutistes… l’émouvant adieu de la population de Zéralda à « leurs » légionnaires… le « cessez-le-feu » et la fin tragique de l’Algérie française… Le génocide des harkis commençait. »

Cette conférence, organisée par le Cercle algérianiste de SETE, sera donnée par José CASTANO, Samedi 24 janvier à 10h30, salle de la Pierrerie, Rue des moulins à vent – 34200 SETE

Contact : Jean-Pierre CACACE - Tel. 06.12.69.89.07 ou 04.67.18.78.89

Courriel :  jpierre.cacace@gmail.com

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Ma biographie, cliquer sur :- Ma Biographie

Mes ouvrages, cliquez sur :-Ma Bibliographie –

Mon blog, cliquer sur -Mon blog-

Posté par popodoran à 08:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


JOYEUX NOËL

Un petit conte d'Oran.

Il est 19 heures 30 ce 24 décembre, le TABARYS est noir de monde, le ton monte 
avec les tournées d'anisette.

Il faut jouer des coudes pour arriver jusqu'au fond de la brasserie ou 
trônent trois flippers tout neufs et le juke-box qui alterne Marino Marini,
les Platters, Paul Anka et Bill Halley.

Georges et Robert hurlent à pleins poumons « hey mambo, mambo roooock !!!! »

Georges arbore autour du cou un foulard en velours rouge, prise de guerre d'un 
fauteuil  du cinéma Colisée, ou tout a volé en éclats lors de la diffusion 
du film ; « Graine de violence ».

Je suis arc bouté sur le flipper comme le jockey de ma boite d'allumettes.

-         Qu'est-ce tu bois ? Me lance Marco

-         Une BAO brune avec de la fraise et prends-moi un paquet de 
blondes, des Atlas.

-         Et toi Robert

-         Un coca Rhum

-         Purée t'attaques fort, tu ne te réserves pas pour la Noché Buéna

-         Non la Noché Buéna c'est en famille, bien sage, les pelotas avec 
le pin pignon, la poule au pot avec les pois chiches, le turon du dur et du 
mou, les chocolats, les dates fourrées et après la messe de Minuit au Saint 
esprit.

-         Tu vas peut être rencontrer Monique à l'église

-         Déjà me de lio que Roger y tourne autour et en rentrant de l'église 
par la rue de la Bastille nous achèterons des taillos pour le petit dej.

-         Et les cadeaux ??

-         Les cadeaux !!! Avec le bulletin catastrophique que j'ai ramené du 
Lycée!

-         Ce soir à la messe prie saint Antoine de Padoue il va peut être t'amener 
« souvenirs souvenirs »

-         le dernier disque de Johny. ?

-         Ben oui

-        
Corre que te dan morcillas !! Et arrêtes de secouer la babasse j'ai
 
presque les points pour le super bonus !

-         TILT !!!!!

De rage je donne un grand coup de poing sur la vitre qui explose dans un 
énorme fracas qui me réveille.

Il fait froid, gris mais ce soir toute la famille sera là, mais Oran c'est seulement dans mes rêves. .

Le foie gras a remplacé les pelotas, .mais quel beau songe, j'en ai la chair de poule et les larmes aux yeux.

Joyeux Noël

René Mancho

 Les petits cotons

ORAN Le christ rédempteur

Le 24 décembre 1961

            C’était notre dernier Noël en Oran Française, mais nous ne le savions pas. Oran la travailleuse étincelait de toutes ses vitrines illuminées, la foule déambulait rue Général Leclerc, que tout le monde nommait toujours Rue d’Arzew, le magasin ne désemplissait pas. Je dirigeais alors une boutique pour Homme appelée Adam. Mon premier vendeur, Monsieur Candel s’affairait tout en surveillant les trois vendeuses, s’assurait qu’elles étaient attentives aux desiderata des clients et surtout des clientes venues choisir le cadeau destiné au mari, au père, au fils, au frères. Cravates et chemises, gilets et pyjamas, s’accumulaient sur les comptoirs. La retoucheuse, Madame Salcédo, perchée dans la mezzanine, faisait ronfler sa machine à coudre car il importait que les retouches soient terminées pour les clients impatients d’étrenner le costume neuf pour le réveillon. Tandis que le tailleur vérifier le tombé d’une veste ou d’un pantalon dans les cabines d’essayage.

           Habituellement je ne m’occupais que de la comptabilité, des stocks et des commandes, mais, les veilles de fêtes, tout le monde mettait la main à la pâte. Je suis devenue experte en paquet cadeau ! Notre papier gris-bleu et le bolduc bleu-roi étaient notre marque bien reconnaissable.

            Pour cette nuit sacrée, le couvre-feu avait été reporté à minuit et la messe avancée à 22 heures. Oran la joyeuse en proie depuis des mois aux perquisitions, aux arrestations arbitraires, aux attentas et aux nuits bleues respirait comme elle ne l’avait pas fait depuis que la bestialité du gauleiter Katz  s’était jointe à celle du FLN.

            Les oranais, enclins à faire la fête,  à glaner le moindre prétexte à rire, s’en donnaient à cœur joie.

Oh ! Personne n’oubliait la guerre et les deuils, personne n’oubliait les amis chassés du bled et réfugiés dans ville protégée par les commandos OAS. Les réseaux Bonaparte et Rinbold ainsi que les hommes des collines veillaient car tous craignaient  que les hordes fanatiques ne tentent une attaque en force. Ce ne fut pas le cas.

            Chacun voulait espérer que la France resterait en Algérie, que « quelque chose allait se produire », que « ce n’était pas possible »... On se le redisait pour se donner courage, pour parer nos illusions des étoiles de la nativité.

            Le croyions-nous vraiment ? Pensions-nous vraiment à un sursaut d’honneur de l’armée ? A un revirement de la métropole ? Je pense que nous ne raisonnions plus, seul un instinct de survie nous animait et cet optimisme que l’on peut qualifier de stupide mais qui fut notre sauvegarde des mois durant.

            A 22 heures, les cloches de toutes les églises de la ville sonnèrent à la volée, de longues minutes. Nous reconnaissions celles de Saint-Esprit, celles de la cathédrale. Ce fut comme un grand souffle de bonheur.

            Hélas ! Lorsque les cloches se sont tues, du village nègre et de la ville nouvelle, montèrent les you-you des femmes arabes. Non, les you-you de joie des mariages et des naissances, mais les lugubres you-you prémisses des massacres.

            Nous allions les entendre les six derniers mois de l’Algérie Française, jusqu’au jour sanglant  du 5 juillet 1962.

            Alors nous avons compris qu’en dépit des lumières, des magasins pleins de marchandises, d’un port où les bateaux déchargeaient des richesses dont peu ou prou tout le monde profitait, en dépit des hommes et des femmes travailleurs, l’imbécillité du fanatisme porteur de misère aurait le dessus et que la belle histoire d’une terre où cohabitaient les 3 religions finissait dans le sang...

Geneviève de Ternant.

Retour Poèmes.

 

Posté par popodoran à 23:22 - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 janvier 2015

LES NOUVEAUX MAÎTRES DU MONDE

Article transmis par Joseph Castano

« Les nouveaux maîtres du monde sont riches et ne voient rien d’autre que leur richesse » (Sébastien Lapaque)

            Depuis 1962, la France est devenue un paradis fiscal pour les dirigeants algériens –anciens apparatchiks du FLN qui investissent à coups de millions d’euros dans l’immobilier parisien, notamment le 16ème arrondissement, le boulevard Haussmann, le parc Monceau, les résidences à Neuilly et sur la Côte d’Azur… tout en  négligeant de régler leurs frais médicaux et d’hospitalisation dont la note –pour l’ensemble des Algériens soignés en France- s’élève à 600 millions d’euros dont 34 destinés à la sécurité sociale. L’Algérie doit donc à la France 10% du déficit annuel de l’assurance maladie qui s’élève à 6 milliards d’euros.

            Selon Marisol Touraine, la ministre française de la Santé, 15 des 34 millions au titre de ses arriérés médicaux auraient été remboursés par l’Algérie… Quant au reste ( ?)…

            Dans les pays du Golfe, l'émergence des pétrodollars alimentant les bulles financières les plus variées, on construit sur le sable du désert des tours de 800 mètres de haut pour atteindre le paradis et des pistes de ski sous cloche réfrigérée.

            Au Qatar, devenu en 2010 le pays le plus riche au monde en termes de PIB par habitant, des esclaves asiatiques construisent des stades climatisés pour préparer -à la surprise totale et la suspicion générale- la coupe du monde de football de 2022… que Sarkozy, Platini et Zidane ont honteusement cautionnée. Selon de nombreux reportages et témoignages, le Qatar a obtenu ce suprême honneur en versant de généreux pots-de-vin à des officiels corrompus…

            Dans une interview à « France Football », Mme Phaedra Almajid, ancienne chargée de la communication du comité de candidature Qatar 2022, raconte avoir vu  des responsables qataris proposer de l'argent à des dirigeants du football africain lors d’une réunion qui s'est tenue dans une suite d'un hôtel de Luanda, la  capitale  de l'Angola, où était organisé en janvier 2010 le congrès de la confédération africaine. La « transaction » argent contre soutien se serait élevée à un million et demi de dollars… mais qu’importe la morale ! Cet Etat confetti de 2 millions d’habitants et ses dirigeants ont de l’argent ; seul, cela compte !...

            Et cette morale fait fi des souffrances humaines que génère cet évènement mondial… C’est ainsi qu’en septembre 2014, Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch, une ONG observatrice au sein du Conseil des droits de l’homme (CDH) de l’ONU, a cité le chiffre dramatique des « 1,4 millions de travailleurs migrants qui sont en train de mourir au rythme d’un par jour et qui travaillent dans des conditions inhumaines, et, qu’au rythme actuel, plus de 4000 travailleurs migrants vont encore mourir pour construire l’infrastructure pour la coupe du monde 2022 au Qatar »…

            Ces esclaves des temps modernes travaillent, en effet, sous 45°, 18 heures par jour, 7 jours sur 7, dorment à même le sol et se nourrissent de subsides… dans l’indifférence d’une FIFA corrompue aux ordres de Joseph « Sepp » Blatter.

            Mais là ne s’arrête pas la « folie des grandeurs » de cet Etat  « soudoyeur »  aux ambitions illimitées qui a offert asile du 3 au 7 décembre 2014 aux 12èmeschampionnats du monde de natation en petit bassin, qui organisera en 2015 (on en parle moins) le Championnat du Monde de Handball et qui concourt actuellement pour l’obtention des Mondiaux d'Athlétisme (2019) et des Jeux Olympiques d'été (2024)…

            Pour rappel, le Qatar est propriétaire, en France, des droits de diffusion de la ligue 1 de football et des clubs Paris Saint-Germain Handball et Football…

            A quand l’acquisition du Tour de France cycliste ? On est en phase avec une époque où tout s’achète et tout se vend : Les hommes comme l’immobilier ; les sportifs comme les œuvres d’art…

            Cependant, le scrupule et la morale sont ressentis différemment au sein de l’élite sportive mondiale… C’est ainsi que dans son édition du 22 décembre 2014, le quotidien catalan « Mundo Deportivo » titrait à propos du FC Barcelone :

Le FC Barcelona renonce aux 170 millions d’€ du Qatar

            « No renovarian el contrato a Qatar y no les gusta la camiseta con rayas horizontales ». (Ils ne renouvelleront pas leur contrat avec le Qatar et, d’ailleurs, ils n’aiment pas le maillot à rayures horizontales).

            Selon le porte parole du club, le Barça avait un contrat de 170 millions d’euros par an pendant 6 ans avec la « Fondation du Qatar » depuis décembre 2010. Le contrat expire en 2016 mais le FC Barcelone a décidé de ne pas le renouveler en raison des « conditions inhumaines dénoncées comme de l’esclavage que font subir les richissimes Qataris aux travailleurs étrangers qui construisent le stade et les infrastructures de la Coupe du Monde 2022, ainsi que les problèmes récurrents de corruption qui entourent la Coupe du Monde ».

            Belle leçon de morale à l’attention de ceux qui ont cautionné –par intérêt- une si méprisable attribution…

            Dans l’hexagone, le Qatar n’est pas en reste… Spécialiste de la corruption des politiciens français, il rachète la France par appartements, châteaux et hôtels. C’est ainsi qu’il a fait main basse sur la plupart des bâtiments de grand standing et des palaces, tant de la capitale que de la Côte d’Azur…

            Par ailleurs, l’Emir, Cheikh Tamim bin Hamid al-Thani, de par la puissance « persuasive » de ses moyens financiers, fait en ce moment pression pour la nomination de son ancien Premier Ministre, Hamad Bin Jassim, au poste de Secrétaire Général de l’ONU, actuellement occupé par Ban Ki-Moon dont le mandat s’achève en 2016.

            A noter aussi l’implication de ce même Qatar dans le financement des groupes terroristes islamistes, particulièrement celui des Frères Musulmans en Egypte, des milices islamistes libyennes, du Hamas en Palestine et de l’Etat Islamique (information confirmée par le gouvernement égyptien) que Gerd Mueller, Ministre allemand de l’aide au développement, a dénoncé en ces termes : « Le financier du Califat Islamique est le Qatar ! » (cité par Hillel Neuer).

            Alors que le Qatar affirme hypocritement combattre l'extrémisme et a rejoint la coalition contre l'Etat islamique, différents rapports sur le terrorisme du département d'Etat américain montrent que des Qataris financent, avec l'aval de l'émirat, le mouvement djihadiste en Irak et en Syrie.

            C’est ainsi que dans une correspondance signée par Saad Mohamed Saad Al-Tamimi, directeur des Affaires administratives et financières au Ministère des Affaires Etrangères du Qatar, il est officialisé l’envoi par ce dernier d’un montant de 2,5 millions de dollars US au leader islamiste sunnite irakien Harith Al-Dhari, afin qu’il finance l’Etat Islamique… Dans une autre correspondance, il est question d’une « aide » portant sur un montant de 1,375 millions de dollars US pour l’acquisition d’équipements médiatiques (caméras, matériels de diffusion, etc…) afin de filmer les atrocités des barbares de l’EI et les diffuser aussitôt sur les réseaux sociaux, ainsi que d’une somme supplémentaire de 612 000 dollars US à répartir dans des enveloppes destinées à financer « le réseau de recrutement des volontaires ».

            Les milliards de dollars engrangés par la manne pétrolière ont fait des pays du Golfe les créanciers de la planète… et les financiers du terrorisme international. Sur ce point, Gérard Chaliand, expert belge, enseignant à l’École supérieure de guerre, déclarait le 25 septembre 2014 sur France Inter : « Les États du Golfe ont joué un rôle-clé : des fonds privés sont allés alimenter l’État islamique ».

            Et c’est ainsi que la bêtise arrogante, l’avilissement, la lâcheté, les manquements et les compromissions des gouvernements français (successifs) et occidentaux, ont crédibilisé la honteuse dictature de ces pays « amis », révélant, de fait, leur nature corruptrice. Les complaisances et les manigances dans leurs misérables intrigues, l’oubli généralisé du bien commun et de l’intérêt des peuples ne fait que les rendre plus voyants et plus intolérables.

« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »…

 José CASTANO Courriel : joseph.castano0508@orange.fr

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Propriétés du Qatar en France : http://www.wat.tv/video/proprietes-qatar-en-france-75fqp_2iiil_.html

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Conférence sur : « LES SEIGNEURS DE LA GUERRE »

- De l’Indochine à l’Algérie, la Légion étrangère au combat

- L’Odyssée et la fin tragique du 1er Régiment Etranger de Parachutistes en Algérie.

            « De l’Indochine à l’Algérie, le conférencier évoque le vécu, l’héroïsme et les sacrifices de ces légionnaires, Fils de France non par le sang reçu mais par le sang versé. Ces soldats-loups à la démarche souple de félins, accoutumés à la chasse et au guet, infatigables dans le chaos minéral de l’Aurès, acceptaient le défi de la guerre dans  les défilés étroits comme des pièges, sur les pitons enneigés ou brûlés par le soleil, dans l’enfer du désert où le monde mort a chassé celui des vivants. Ces hommes, « soldats pour mourir », constituaient le plus beau régiment du mode ; jalousés, admirés et vénérés parce qu’ils étaient capables de mourir avec panache en criant : « Vive la Légion ! »

            … Puis il y eut le 22 avril 1961 et le soulèvement des meilleures unités combattantes dont le 1er REP était le « fer de lance »… sa dissolution et celle des plus belles unités parachutistes… l’émouvant adieu de la population de Zéralda à « leurs » légionnaires… le « cessez-le-feu » et la fin tragique de l’Algérie française… Le génocide des harkis commençait. »

Cette conférence, organisée par le Cercle algérianiste de SETE, sera donnée par José CASTANO, Samedi 24 janvier à 10h30, salle de la Pierrerie, Espace Victor Meyer - 11, Rue des moulins à vent – 34200 SETE – Entrée gratuite -

Un repas (facultatif) suivra la conférence

Renseignement et inscription : Jean-Pierre CACACE - Tel. 06.12.69.89.07 ou 04.67.18.78.89 - Courriel :  jpierre.cacace@gmail.com

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Ma biographie, cliquer sur :- Ma Biographie

Mes ouvrages, cliquez sur :-Ma Bibliographie –

Mon blog, cliquer sur -Mon blog-

 

Posté par popodoran à 22:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 janvier 2015

NON JE NE SUIS PAS CHARLIE

Entete_veritas11

 

Et ça vous étonne ?

Oui ! Cette horreur qui s’est produite hier dans les locaux de Charlie Hebdo a bouleversé, à juste titre, des millions de Français. Oui ! On peut dire, à juste titre, que l’obscurantisme veut assassiner l’esprit français. Oui ! Il est anormal d’être tué à cause de dessins humoristiques. Oui ! Cent fois Oui !

Mais d’abord, nous nous attendions, nous, Français d’Algérie, à une attaque de ce genre.

J’imaginais, il est vrai, que ce serait plutôt dans un lieu chrétien ou républicain ou touristique emblématique mais, à la réflexion, Charlie Hebdo, ce n’est pas étonnant.

Même si les convictions politiques de ce journal sont à l’opposé des miennes, j’ai souvent bien ri des dessins publiés. Ils dézinguaient à tout va, souvent au marteau-piqueur plutôt que dans la dentelle mais c’était drôle et si nos amis ont maintes fois porté plainte contre des attaques par trop ciblées contre la religion catholique, cela n’empêchait pas qu’on se dise : « C’est faux, c’est moche, mais c’est drôle ! »

Pourtant, jamais les plaignants déboutés par des magistrats très indulgents n’ont eu l’idée de s’armer de kalachnikov. Seul Charlie Hebdo avait (ou a encore) le culot de plaisanter d’autre chose que des Auvergnats et des Belges, comme dit Philippe Bouvard. Quand tout est interdit, Charlie Hebdo est une soupape de décompression.

Je n’ai pas voulu, hier, réagir à chaud car trop de souvenirs douloureux remontaient dans ma mémoire, trop de chagrins, trop de regrets.

Car enfin, si l’attentat d’hier est ressenti comme hors du commun, ne pouvait-on auparavant réagir avec force lors des exploits de Mohamed Merah contre des juifs innocents, des soldats, bref des Français ? Ne pouvait-on museler les imams incendiaires, les réseaux sociaux asociaux ? Ne pouvait-on infiltrer les canaux d’armements ?

Qu’a-t-on fait de notre système de renseignements et de police qui voit les gens qu’ils arrêtent remis dans la nature par une justice laxiste et des lois inadaptées ?

Lorsque les terroristes assassinaient en Algérie, il fallait que les faits soient soumis à enquête sur place avec un juge ce qui faisait perdre un temps précieux. En a-t-on tiré les leçons ? Il semble qu’en l’espèce l’enquête avance très vite, c’est heureux. Mais va-t-on encore déclarer les tueurs comme des fous qu’il faut soigner ou comme des malades incurables qu’il faut éliminer ?

Je l’écrivais, il y a peu : Lien ou pas lien ? Quand par Internet, tout est lié...

Il y a en France, officiellement six millions de Musulmans nous dit-on. La plupart sont gens paisibles comme ils l’étaient du temps de l’Algérie heureuse. C’est à eux que je crie aujourd’hui l’exhortation de Saint Jean-Paul II : « N’ayez pas peur ! » N’ayez pas peur car c’est vous qui êtes aujourd’hui les plus menacés. C’est de votre peur que se nourrit la haine. C’est de votre faiblesse que l’extrémisme tire sa force.

Peut-être ces mots seront-ils mal compris. Alors, allons jusqu’au bout.

Je ne suis pas ravie de la présence de six ou sans doute bien davantage millions, de Musulmans en France après que leurs pères ou leurs grand pères ont chassé le peuple pied-noir de cette Algérie qui leur était chère, mais ils sont là et nous devons faire avec.

Je ne me fais aucune illusion. Dans les banlieues, les tueurs sont considérés comme des héros. Qui peut renverser cette opinion délétère ? Ceux de chez eux qui voient plus loin que la haine. Il n’y a aucune autre solution que ça plaise ou non. A part la répression aveugle qui serait guerre civile, ce que personne ne peut vouloir.

On dira qu’une fois de plus je ramène les choses à notre drame. Comment faire autrement ? Mais si cela aide à réfléchir, à donner au moins un répit à nos enfants, c’est cela de gagné. Car, en toute honnêteté, je vois l’avenir sous un jour bien sombre pour la France, pour l’Europe... J’espère me tromper.

 

Geneviève de TERNANT Vice-présidente du comité VERITAS pour le rétablissement de la vérité historique sur l’Algérie Française le 8 janvier 2015


            Nous sommes choqués. Nous essayons de comprendre, de ne pas être des ’’veaux’’.

            Je lis tout ce qui arrive, et je reçois chaque document plusieurs fois, ça bouge beaucoup et ça diffuse dans le monde patriote (et pas seulement pieds noirs), on ne réagit pas parce que l'on n'a pas le temps de digérer qu'un autre document apporte une info.

            Non je ne suis pas Charlie. C'est une énorme manœuvre de diversion dans laquelle les gens s'engouffrent avec tout leur cœur brisé par ces drames. ’’Les patos’’ n'ont pas l'habitude de ce genre de choses, ils ont vite oublié Merah et Toulouse !

            Cette opération Charlie, ce n'est qu'une basse récupération politique d'incapables qui nous ont amenés là et qui n'ont même pas le courage de le reconnaitre. Mais il faut admettre qu'ils sont fort en pub ! Les bobos spécialistes de l'évènementiel ont fait très fort !

            Ce soir sur BFM TV, Vals a été hué par la foule devant l'épicerie casher. Cela s'entendait nettement au 1er passage ... et avait bizarrement disparu des passages suivants ...


            Il ne faut pas se leurrer, le gouvernement actuel ne prendra pas les mesures adéquates pour éradiquer les islamistes qui sévissent en France.

L'islam a déclaré la guerre aux non musulmans de France et de l'occident.

Il n'y a pas d'islam modéré et tolérant. Il n'y a qu'un seul islam qui est une religion totalitaire, conquérante et guerrière.

L'assassinat perpétré par les trois djihadistes dans les locaux de Charlie Hebdo est un acte de guerre conforme aux préceptes du coran dont de de nombreuses sourates incitent les musulmans à éliminer les "infidèles" (non musulmans) et à punir de mort ceux qui blasphèment le Prophète. Outre le coran, il y a les « hadiths » qui relatent et magnifient les actions guerrières et sanguinaires de Mahomet exterminant les "infidèles".

Les Boubaker, Moussaoui et consorts ont condamné cet assassinat mais ce sont des déclarations de circonstance. Ils ne peuvent s'exprimer autrement. Mais imaginons que demain les musulmans soient majoritaires en France, ces dignitaires musulmans ne pourraient pas tenir les mêmes propos de désaveu à l'encontre des tueurs d'Allah car ceux-ci n'ont fait qu'appliquer ce que leur commande le coran. Les soi-disant "modérés" appliquent ce que les musulmans appellent la « taqqiah », c'est-à-dire l'hypocrisie, le mensonge, le silence ..., pour faire croire qu'ils désapprouvent les djihadistes.

Nous, les pieds-noirs, avons connu la guerre larvée déclenchée par le FLN qui avait déclaré le djihad contre la France. Officiellement, les autorités françaises ne parlaient pas de guerre mais d'opérations de maintien de l'ordre et de pacification. Le 20 août 1955, il y eut les massacres d'El-Alia, près de Philippeville. Les ouvriers européens de la mine de ce village, avec leurs familles, avaient été sauvagement assassinés par leurs collègues musulmans.Au total 150 morts. Ce massacre prouve bien que quand un musulman reçoit l'ordre de tuer un non musulman, au nom du djihad, il est obligé de l'exécuter car son refus serait considéré comme un apostat et il serait éliminé pour cela.

En 1957 à Alger, le FLN avait déclenché une série d'attentats aveugles contre les civils européens (Milk-bar, Ottomatic, Cafétéria, Coq Hardy, casino de la Corniche, etc. ...) Parmi les victimes, de très nombreux enfants. Robert Lacoste (socialiste) Gouverneur général de l'Algérie, successeur de Soustelle, donne les pleins pouvoirs de police à l'Armée française. Les paras de Massu et de Bigeard mènent alors la "bataille d'Alger" et réussissent à éradiquer les tueurs et poseurs de bombe (Ali la Pointe, Yacef Saadi, Djamila Bouired, Zohra Drif, etc. ...). Pour parvenir à ce résultat, nos valeureux paras, couverts par les autorités françaises,  ont employé des méthodes musclées (la torture quand il s'agissait de faire parler les rebelles afin d'empêcher des attentats qui auraient coûté la vie à des centaines d'innocents civils).

La situation dans laquelle se trouve actuellement la France peut être comparée à celle que nous avons connue en Algérie dès novembre 1954. Il y a en France, des groupes islamistes fortement armés et bien entraînés à la guérilla, qui revendiquent leur appartenance à Al-Qaïda ou à L'Etat Islamique. Ils bénéficient d'aides financières importantes dont on peut imaginer qu'elles proviennent des émirats du pétrole. Pour en venir à bout, il faudrait une prise de conscience de la part du Pouvoir qui, jusqu'à présent, dénie la réalité. Depuis hier soir, nos politiques évoquent l'union nationale. Mais ce consensus, pour être efficace, doit être concrétisé par des mesures fermes, tant au point de vue policier que des sanctions judiciaires. Il est indispensable que des moyens adéquats soient donnés à la police et à la gendarmerie pour débusquer les djihadistes et les mettre hors d'état de nuire. La situation actuelle étant tellement préoccupante qu'il faudrait également faire appel à l'Armée (paras et légionnaires, par exemple). Ce que je viens d'évoquer, n'est qu'un vœu pieux mais je serais le premier étonné si nos gouvernants actuels avaient le courage et le patriotisme pour faire appliquer ces mesures pour assurer la sécurité des Français.

Jean-Paul le 10 janvier 2015


 

Nous avons tant marché...

            Une grande marche de protestation contre l’intolérance est organisée dimanche 11 janvier 2015 pour dénoncer les crimes commis les 7, 8, 9 janvier. C’est bien, c’est nécessaire. Mais de quelle utilité sont les marcheurs de paix ?

            Nous avons tant marché lorsque la barbarie, la même barbarie, tuait chez nous. Marché contre les poseuses de bombes qui à Alger tuèrent dans les cafétérias, les bars, les bals, aux arrêts d’autobus, dans les tramways. Maintenant ces femmes sont honorées à Paris comme des héroïnes...

            Alors, moi, je pense à ceux qui ne peuvent plus marcher, à cause d’elles, à cause des donneurs d’ordre criminels, les tueurs par procuration de la Radio, autrefois, d’Internet maintenant. Je pense à ceux qui ne peuvent pas marcher parce qu’ils sont morts, ou qu’ils ont eu la jambe arrachée, à ceux qui n’ont plus qu’une main pour écrire leur calvaire. Ceux qui n’ont jamais fait le deuil de leurs proches assassinés, disparus...

            C’est la même barbarie, c’est la même idéologie. Pas d’amalgame ?

            Ceux qui dans les banlieues françaises acclament les tueurs obligent à cet amalgame terrifiant.

            Ceux qui dans les pays arabes en font des héros, obligent à l’amalgame. Ceux qui ne sont sensibles ni à la raison ni à la pitié obligent à l’amalgame.

            Aujourd’hui, en Arabie Saoudite, un journaliste est fouetté et emprisonné pour délit de liberté d’expression, et en même temps ce pays dit qu’il soutient cette marche ? Cela n’oblige-t-il pas à l’amalgame ?

            Je l’ai écrit cent fois, publié cent fois, seuls les musulmans peuvent anéantir la barbarie, eux qui sont les premières victimes de cet amalgame auquel ils obligent.

            On a marché lors de l’assassinat d’Amédée Froger et dans le cortège il y avait nombre de musulmans fidèles à la France. La France les a laissé assassiner.

            On a marché lors des bombes meurtrières à Alger, à Oran et il y avait nombre de musulmans dans les cortèges (et certains l’ont payé de leur vie par la colère insensée) La France les a laissé assassiner.

            On a marché lors de l’horrible tuerie de la gardienne du stade de Mers-el-Kébir et de ses deux petits-enfants. Et il y avait tous les musulmans de la petite cité et beaucoup des douars environnants. Combien en a-t-on laissé assassiner ?

            Marchez, Français aveugles depuis plus de cinquante ans, chefs d’État peureux, bobos endormis aux anxiolytiques compassionnels.

Marchez... Et souhaitons que cette fois ce ne soit pas pour rien !

Geneviève de TERNANT Vice-présidente du comité VERITAS pour le rétablissement de la vérité historique sur l’Algérie Française le Samedi 9 janvier 2015

Retour "Tous les articles"

Posté par popodoran à 09:20 - Commentaires [23] - Permalien [#]

MONTANER RAYMOND

un homme d’Honneur nous a quitté.

            MONTANER Raymond Joseph  (19.10.1921-07.01.2015) né à Boufarik (Algérie française), mort à Villefranche d’Albigeois (Tarn).  Ses obsèques se dérouleront le 12.01.2015 à l’église de Villefranche d’Albigeois puis, suivie, selon sa volonté de la crémation et du dépôt des cendres dans le caveau de famille.

            -Etudes au lycée de Blida. Engagé volontaire à 18 ans, dès 1939, pour la durée de la guerre. Membre des «FFL». Campagnes d'AFN, d'Italie, débarquement de Provence puis en Allemagne, trois séjours en Indochine et puis la guerre d'Algérie. Capitaine de spahis en Algérie. En 1955-1956, il commande la «SAS» de Khemis, puis la «SAU» au Clos Salembier à Alger, en 1957-1958. Il participera avec un courage remarquable à toutes les actions de guerre dont le but était de défendre et protéger la France. En 1959, dans un rapport à Michel Debré, il traite de l'opportunité d'implanter en France une unité incorporant des volontaires musulmans, avec trois objectifs: 1. Combattre le «FLN». 2. Montrer que des jeunes français musulmans sont prêts à s'engager contre le «FLN». 3. Qu'il était possible ainsi de former de jeunes cadres pour une Algérie nouvelle.

            Venant d’Algérie, il débarquera à Marseille avec les 82 premiers harkis qu’il a sélectionnés ; il avait prévenu : «Je donne le droit à chacun de vous de me quitter. Si, au bout de 30 jours, à partir du moment où je vous parle, vous désirez retourner en Algérie, vous serez rapatriés par avion…Vous êtes croyants. Je le suis aussi. Alors, c’est devant Dieu que je vous fais ce serment.. ». Au bout d’un mois, Raymond Montaner remarquera : «Personne ne m’a quitté.». Devant la recrudescence des attentats en France, le gouvernement du Premier ministre, Michel Debré, renforce les moyens d’action. Le colonel Terce présentera R. Montaner au préfet de police de Paris, Maurice Papon. Responsable de la «FPA» à Nanterre, créée le 18.11.1959 à Paris –officialisée le 01.12.1959- et dépendant de la préfecture de police, avec sous ses ordres les lieutenants Loïc Le Bechu de Champsavin et de Pierre de Buxeuil de Roujoux, bras droit de R. Montaner. Des groupes organisés en 3 compagnies de 100 hommes, ont leur base au fort de Noisy à Romainville (Seine-Saint-Denis). Après une période d’instruction, la 1ère compagnie est opérationnelle à partir de mars 1960, la 2ème en avril 1960 et la 3ème en janvier 1961. Pour les 350 hommes de la «FPA», la « bataille de Paris » a commencé ; elle s’achèvera, à la fin de 1961, par une défaite totale du «FLN». Par la suite, ces groupe seront implantés dans des agglomérations à forte présence musulmane, afin de protéger cette population contre les exactions du «FLN», maître du jeu dans la plupart des quartiers et des banlieues qu’il «tenait», de s’opposer aux collectes de fonds, de désarmer ses militants et de neutraliser les filières d’approvisionnement. L’effectif total ne dépassera pas 400 hommes dont 304 seront intégrés dans la police en 1963 par le préfet M. Papon, sur les conseils du capitaine Montaner et de ses adjoints. Le colonel Terce dirigera l’état-major. Le lieutenant de Buxeuil de Roujoux, bras droit de Montaner, s’occupe de l’instruction, le commandant Roger Cunibile de l’administration, le commandant Bedinger du personnel et, le commandant Filleau des affaires politiques.

 

 

Stèle des 20 membres de la FPA tués en opération au carré militaire du cimetière parisien de Thiais

 

Stèle des 20 membres de la FPA tués en opération (carré militaire du cimetière parisien de Thiais)

 

            En 26 mois, la «FPA» perdra 47 hommes dont 19 morts égorgés ou sous la torture, 28 camarades morts au champ d’honneur et 82 blessés. Dans une lettre du 11.12.1961, le préfet Maurice Papon le félicite. Lors de ses adieux, R. Montaner donne une allocution au Fort de Noisy-le-Sec le 20.03.1967, remerciant notamment les «FPA» et rappelant les  camarades morts au Champ d'Honneur et les blessés, durant ces 26 mois. La «FPA» sera dissoute le 30.061962, et le capitaine R. Montaner et ses adjoints réussiront à intégrer l’essentiel de leurs hommes dans la Police nationale, 304, et, la plupart de ceux estimés pour cette intégration seront embauchés comme contractuels dans des tâches de «Services».

 

 Insigne Force de Police Auxiliaire

Insigne Force de Police Auxiliaire

 

            Par ailleurs, le capitaine Montaner consacrera toute son énergie et mobilisera ses relations pour faire venir en métropole les familles et les proches de ses hommes de la «FPA». Les Anciens de cette «FPA» créeront l’Association des Anciens de la Force de police auxiliaire «AAFPA», laquelle obtiendra le Prix Clara Lanzi (1), le 19.06.2014, et qui sera remis à leur président, Ahmed Goudjil ; ce jour-là, invité mais empêché, R. Montaner adressera cette lettre au président du «Secours de France» (2) : «J’ai bien connu Clara Lanzi alors que j’étais officier dans le secteur de Nanterre ; elle déployait une activité admirable auprès des gens spécialement défavorisés et m’a également très généreusement aidé à rapatrier des membres des familles de mes hommes, contraints de se réfugier en France en 1962…Je vous remercie très sincèrement d’un témoignage qui honore particulièrement la «FPA» et contribue à garder la fierté de notre combat…». Dans « Le Monde » du 13.12.2007, Bertrand Legendre souligne : «La «Bataille de Paris» ne fut pas la «Bataille d’Alger». Montaner n’est pas Massu. Contrairement à ceux d’Algérie, les «Harkis» de Paris ne furent pas non plus abandonnés à leur sort.».  Colonel. Titulaires de 11 citations. Directeur de société en fourniture et pose d'éoliennes. Officier de la Légion d’honneur le 31.12.1960 (Légifrance). Par décret du 11.05.2009 (JORF n° 0110 du 13.05.2009), lieutenant-colonel de l’armée blindée et cavalerie, il est fait Commandeur de la Légion d’honneur. Le 11.11.2009, à Castres, R. Montaner reçoit les insignes de Commandeur de la Légion d’honneur des mains du général de Corps d’armée (2S), François Cann, en présence des troupes du 8ème RPIMa, du maire M. Chazottes. Croix de guerre 1939-1945. Croix des TOE. Croix de la Valeur militaire. Médaille militaire. Médaille d’Honneur de la police française.

DELENCLOS Michel – Chercheur en histoire. Biographe.

«Aucun regard, aucun écrit, aucun document n’est définitif sur l’Histoire».

(1)  Lanzi Clara (13.09.1915—22.10.1986) née à Ajaccio, décédée à Paris, inhumée au cimetière de Père Lachaise. Fondatrice du «Secours de France», le 15.08.1961.

(2) Schmitz Jean-Marie, né le 25.12.1943 à Paris XVIIème. Président actuel du «Secours de France», association qui contribuera à la rénovation des tombes des harkis, dans le carré du cimetière de Thiais qui leur est réservé.

Bibliographie :

De Jean-Paul Brunet «Police contre le FLN, le drame d’Octobre 1961», Ed. Flammarion, 25.06.1999. De Raymond Muelle «7 ans de guerre en France quand le «FLN» frappait en métropole », Ed. Grancher, 11.04.2001. De Rémy Valat «Les calots bleus et la bataille de Paris. Une force de police auxiliaire pendant la guerre d’Algérie», Ed. Michalon, 22.11.2007-

Références :

«Metamag» - Rémy Valat : «Plaidoyer en Défense pour les calots bleus. Rendre l’histoire aux historiens»: (http://www.metamag.fr/metamag-1429-PLAIDOYER-EN-DEFENSE-POUR-LES-CALOTS-BLEUS-Rendre-l’histoireaux-historiens.html ).

Faivre Maurice –«La bataille de Paris du 17.10.1961» : Etudes coloniales. 15.10.2011. (http://etudescoloniales.canalblog.com/archives/2011/10/15/22358457.html )

 Retour "IN MEMORIAM"

Posté par popodoran à 10:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 janvier 2015

PRONOSTIC VITAL ENGAGÉ

Je suis Charlie, nous sommes tous Charlie... mais vous avez tué Charlie

Et, pour cela, vous tous, les politiques, vous vous êtes accordés à droite et à gauche et à l’extrême gauche et au centre et jusqu’aux dangereux écologistes, vous vous êtes ligués pour nous voler notre Liberté.

La Liberté de parler, de penser. La Liberté de vivre, tout simplement. Oui, aujourd’hui, les Français vous accusent de les avoir tués à petit feu depuis, au moins, quatre décennies.

Ils vous accusent d’avoir armé le bras de ces terroristes avec lesquels vous êtes si conciliants et, en même temps, si obséquieux. Au point d’accepter toutes leurs revendications qui font d'eux des Francais privilegies au detriment des francais de souche europeenne et non musulmane.

Quand je dis que vous avez tout accepté d’eux cela veut dire que vous nous avez interdit de faire et d’être tout ce qui ne leur convenait pas. Vous leur avez accordé tant d’importance, depuis plus de quarante ans, qu’il est malhonnête de vous étonner, aujourd’hui, des crimes par lesquels ils vous remercient, comme celui d’hier, à Paris, dans les bureaux de Charlie Hebdo.

Car tout ce qui arrive aujourd’hui est essentiellement de votre faute. Vous avez été aveuglés et vous avez volontairement aveuglé les Français de souche. Et ceux qui voyaient encore et le disaient, vous les avez condamnés -au propre et au figuré pour qu’ils cessent de reconnaitre qu’ils voyaient. Pendant que nous avions ces difficultés à exprimer notre clairvoyance, ils ont pris les commandes de cette France qu’ils convoitent depuis la fin de la guerre d’Algérie.

Et ça, aussi, vous le saviez ! Parce que nous vous avions prévenus.

Mais vous avez préféré condamner à mort ou embastiller ceux qui voulaient vous avertir des dangers que courait la France. Oui, politiques français, vous êtes tous responsables. Entièrement responsables. Il vous reste très peu de temps pour inverser la situation et nous faire gagner cette guerre (au demeurant pas si sainte que ça) qu’ils nous ont déclarée et à laquelle vous offrez NOS flancs. Les nôtres, bien sûr, pas les vôtres, bien gardés au chaud de vos maroquins à l’abri de vos demeures douillettes, excessivement gardées.

Rétablissez l’ordre. Rétablissez nos libertés. Rétablissez toutes ces libertés que vous nous avez ôtées au fil des ans au profit des us et coutumes mahométanes. Laissez-nous vivre notre culture comme nous le faisions avant l’avènement de l’islamisme radical qui vous dicte sa loi. Et à laquelle sont soumis ou vont être soumis tous les musulmans de France si vous persistez dans votre aveuglement.

Car, ceux que vous nommez modérés, existent vraiment. Ils sont très peu nombreux mais ils ont peur, eux aussi, de cet islam barbare. Ceux-là, ne seront plus modérés d’ici peu. Ils auront subi la loi de la soumission ou le cercueil. Et croyez-vous qu’ils choisiront le cercueil ? Ce sera de votre faute.

Inversez cette situation. Rétablissez les contrôles aux frontières. Refusez l’immigration de masse comme elle nous est imposée aujourd’hui par la caste bruxelloise. Et posez-vous cette question : Que sont devenus ces balseros, ces haragas qui mettaient leur vie en danger pour fuir, dans des coquilles de noix, la misère dans leur pays ?

Aujourd’hui, ceux qui les remplacent arrivent en cargo ou en ferry. Par quel miracle, dites-moi, ces gens si pauvres et malheureux ont trouvé les moyens de se payer une croisière vers l’Europe ?

Parce qu’ils sont envoyés par ceux qui dirigent leurs pays moyen-orientaux d’origine pour envahir le continent européen. Cela vous avait été annoncé dès le début des années 1960. Ne dites surtout pas que vous ne le saviez pas.

Inversez cette situation.

En vous rappelant, surtout, que la majorité des Français n’est pas musulmane. Ils sont Chrétiens, Juifs et athées, bouddhistes ou indouistes ou que sais-je, encore. Mais je veux bien que nous soyons tous Français. Des Français à qui les mots Liberté, Egalité, Fraternité, Ordre, République, Démocratie, Devoir citoyen, ont été enseignés depuis leur plus jeune âge.

Des mots qui n’ont plus de sens, aujourd’hui, par votre volonté de faire de la France un pays soumis au califat. Je ne pleurerai pas les victimes de Charlie hebdo. On ne pleure pas les vrais Patriotes morts au combat. On les vénère parce qu’on est fier de leur courage.

Et on enseigne à notre descendance, leurs actes de bravoure dans la Résistance a l'Islam pour que à jamais, ils soient le seul exemple a suivre.

nobeline

Retour libres propos citoyens

Posté par popodoran à 06:37 - Commentaires [4] - Permalien [#]