11 janvier 2016

GABRIEL ANGLADE A REJOINT LES SIENS

Par Michel Delenclos

ANGLADE Gabriel dit "l'Argenté" né à Bab-el-Oued (Algérie française), décédé à Cagnes-sur-Mer  (23.12.1934-07.01.2016)  Le 18.01.2016, après l’office religieux et la crémation, il est inhumé au cimetière de la Buffe, à Cagnes-sur-Mer.

             -Membre de l'OAS-Alger, comme responsable du Delta 6. Pour lui: «Les Deltas n'étaient pas des tueurs, mais des citoyens ordinaires prêts à mourir pour une cause, le maintien de l'Algérie française.».

Le 12.12.1961, avec Joseph Rizza, il blesse André Goulay et Lucien Bitterlin –tous deux membres des «barbouzes»- à Alger.

Le 31.12.1961, il participe à l'attaque du PC des barbouzes, rue Faidherbe, avec Roger Degueldre, Joseph Rizza, Jean-Lou Blanchy et Marcel Ligier. Volontaire, sous les ordres de Louis Bertolini, pour aller libérer R. Degueldre à Paris. Avec Ligier, il participe au piégeage de la caisse d'imprimerie destinée au PC des barbouzes situé rue Favre à Alger ; attentat qui fera 19 morts le 29.01.1962 (selon l’écrivain Georges Fleury le 28.01.1962 avec Rizza, il truffe l'une d'elles de grenades et d'explosif...). Le 15.01.1998, il confirme à l’écrivain Vincent Guibert le piégeage par lui-même du matériel d'imprimerie destiné aux barbouzes. Le 15.03.1962, il fait partie des membres du commando qui tuent six fonctionnaires des «CSE» dont Max Marchand et Mouloud Feraoun. En mai 1962, il réoriente l'évasion de Roger Degueldre, et fait partie du commando de Blanchy, sous la responsabilité de Louis Bertolini, qui devait exécuter De Gaulle. Membre actif de l'ADEP

1

1973 : de gauche à droite : Jo Rizza, Hilaire Géronimo, Pierre Démaret, Bachagha Saïd Boualem, Gaby Anglade.

A la suite du "casse du siècle" à Nice en 07/1976, effectué par Albert Spaggiari, soupçonné, Anglade est arrêté avec Joseph Rizza. Alain Krivine, dans son journal "Rouge" du 05.11.1976, intitulé "Delta Connection", pose quelques questions sur l’activité d’Anglade..

2

1979 : à Nice. De gauche à droite : Antoine Padovani, G. Anglade, Clément Carrasco, X.

            En 1998, il est membre du comité directeur et vice-président de l'ADEP. (1). Le 15.05.1998 à Antibes, il s'entretient avec Vincent Guibert à propos des commandos Deltas. Adjoint au maire Louis Negre et chargé des Rapatriés de Cagnes-sur-Mer à partir de 2001. Participe au Rassemblement des Pieds-Noirs du 31.05.2002 à Cagnes. Le 29.04.2004, il est élu président national adjoint de l'ADEP dirigée par Athanase Georgopoulos. Le 24.04.2005 au Cannet, il est présent à l'AG de l'Adep. Le 20.05.2006, à Cagnes-sur-Mer, il organise les journées de rencontres des Français d'AFN, en présence de Christian Estrosi, des députés Jérôme Rivière et Monnet Luca, des conseillers généraux José Calza et Jean-Auguste Kart, du conseiller régional Jean-Claude Frappa, des curés Carruana et Scotto, de l'adjointe au maire de Nice, J. Chichmanian-Delpy, de Jacques Peyrat, de Fred Artz et du capitaine Pierre Montagnon qui donnera une conférence. Le 13.03.2008, il est le doyen et premier adjoint au maire «UMP» de Cagnes-sur-Mer, Louis Nègre.

            Dans «Le Point» n° 1888 du 20.11.2008, il témoigne: «En 1955, je fais mon service dans les commandos parachutistes quand, le 20 août, le «Fln» massacre les Européens de Philippeville. A la mine d'El-Halia, nous trouvons des femmes, des enfants tués dans des conditions épouvantables.»; il explique ensuite son engagement dans l'Oas: «Il n'était pas question de prendre le pouvoir, mais de garder notre place. Les «Opérations ponctuelles consistaient à abattre des gens qui avaient clairement pris position pour l'indépendance et, donc contre nous. Ils savaient ce qu'ils risquaient.»; puis il commente le combat contre les barbouzes: «35 kilos de plastic et trois grenades dont les goupilles étaient reliées à un fil....Quand les gardes mobiles, les «rouges», ont commencé à torturer certains des nôtres, l'affrontement est devenu impitoyable»; après l'arrestation de R. Degueldre, il va à Paris afin de monter une opération pour le libérer: «C'était impossible. Alors on a décidé d'assassiner De Gaulle, en le tirant au fusil à lunette depuis l'atelier d'un peintre russe qui se trouvait en face de l'Elysée. Mais nous avons été arrêtés. Cela dit, je ne vois pas ce qu'on nous reproche. Nous avions raison. De Gaulle aurait pu résoudre le problème de l'Algérie sans l'abandonner. Qu'on reconnaisse au moins qu'il a fait cette erreur-là.». Le 22.04.2009, à Aix-en-Provence, il est signataire de la «Charte nationale des Français d'Algérie et leurs amis», aux côtés de Etienne Muvien, M. Villard, Alain Algudo, Fred Artz, Pierre Descaves, Joseph Hattab Pacha, Jean-François Collin, Serge Jourdes, Anne Cazal, Pierre Barisain, Jean-Pierre Rondeau.

3

Le 07.10.2010 : à «La Maison du Pied-Noir». Au centre, portant chemise rouge, G. Anglade. (Photo Nice-Matin).

4

Le 12.04.2014 : à «La Maison du Pied-Noir» du Cannet. De gauche à droite : J-P. Guey, G. Anglade, Claude Simo, Athanase Georgopoulos, J-Y. Casalonga.

Le 22.06.2014, à La Colle-sur-Loup, dans les Alpes martimes, il organise une paëlla géante. Président de l’Association «La Maison des Pieds-Noirs et de ses amis».

5

Le 04.06.2015: lors des obsèques de Michel Ximenes, G. Anglade est encadré par Alliot du «FN» et Michèle Soler du Cercle algérianiste de Nice.

6

Le 03.10.2015 : lors de l’inauguration d’une nouvelle stèle au cimetière de la Buffe, à Cagnes-sur-Mer, G. Anglade prononce un discours

(1).«ADEP» : Association nationale des anciens Détenus et Exilés Politiques de l’Algérie française). Créée le 04.06.1969, elle a pour président, Paul Nocetti, président adjoint Joseph Rizza et secrétaire général, Athanase Georgopoulos. Ce dernier, dans une lettre adressée au président Jacques Chirac, réfute le qualificatif de «rapatriés», lui préférant celui de «Déplacés» ou de «Français réfugiés d’Algérie»

7

L’auteur de ce parcours, Delenclos Michel, est  ici, le 13.11.2015, invité du 2ème Forum des écrivains de l’EPHMGA, à Paris Vème, le nid de la «FNACA».  Là, c’est la séquence dédicace. La veille le 12 novembre, en présence de 37 personnes, l’auteur a particulièrement dérangé l’ambiance consensuelle. A mes questions relatives au fait que l’on ne cessait de parler ou d’écrire de «France coloniale», de commémorations du 17 octobre 1961, des massacres du 8 mai 1945, etc, du «viol des femmes algériennes par l’armée française», du «napalm», etc, la réaction épidermique de l’historien Benjamin Stora, a été immédiate : «J’avais mal compris…». J’en dirai davantage ultérieurement.

DELENCLOS Michel : auteur de «19 mars 1962 ? Waterloo !», Ed. L’Harmattan. Prix d’histoire. Référencé à l’Académie des Sciences d’Outre-mer.  Chercheur en histoire. Biographie.

Bibliographie :

- De P. Chairoff "B...comme Barbouzes", Ed. A. Moreau, 1975.

- Rémi Kauffer "Oas", Ed. Fayard, 1986.

- Duranton-Crabol "Le temps de l'Oas", Ed. Complexe, 15.01.1999.

- Jean Monneret "La phase finale de la guerre d'Algérie", Ed. L'Harmattan, 10.11.2000, réédité le 06.01.2010.

- Vincent Guibert "Les commandos Delta", Ed. Curutchet, 10.11.2000.

- Georges Fleury «Histoire secrète de l’Oas", Ed. Grasset, 19.10.2002.

- Vincent Quivy "Les soldats perdus", Ed. Seuil, 15.04.2003.

- Olivier Dard "Au coeur de l'Oas", Ed. Perrin, 03.10.2005.

Posté par popodoran à 23:08 - Commentaires [7] - Permalien [#]


15 janvier 2016

COMMUNIQUE DE CNC 15/01/2016

Le Mardi 9 février, le Prix Renaissance 2016 sera attribué à Roger Holeindre, Président du Cercle National des Combattants :

http://www.cncombattants.org/ Courriel : cerclenationalcombattants@orange.fr

Holeindre Cercle Renaissance

Télécharger au format PDF le formulaire de réservation à retourner avant le 2 février 2016

En vous priant d’assister nombreux à cette remise de prix et au dîner de gala qui suivra et aussi : Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis.

http://paras.forumsactifs.net/t15366-jose-castano-une-vie-au-service-de-la-france#129990

http://paras.forumsactifs.net/portal  Courriel : beajp08@sfr.fr


Magistrale conférence de Roger Holeindre à écouter religieusement… L’abbé Guy Pagès du diocèse de Paris présente Roger Holeindre lors de sa conférence au Cercle de l’aréopage…

Témoignage inédit sur la Résistance, l’Indochine et l’Algérie…

Agenda du CNC

LE PARJURE, LA TRAHISON ET LA HONTE par José Castano


Parti de la France

NOMINATIONS À LA DIRECTION DU PARTI DE LA FRANCE

Parti de la France2

Le bureau politique du Parti de la France réuni le samedi 9 janvier a procédé à l'élection d'une vice-présidente et d'un président d'honneur.

Martine Lehideux, conseillère régionale honoraire, ancienne député au Parlement européen et présidente du Cercle National des Femmes d'Europe a été élue vice-présidente du Parti de la France.

Roger Holeindre, ancien député, président du Cercle National des Combattants (CNC), journaliste et écrivain a été élu président d'honneur du Parti de la France.

Carl Lang et les membres du bureau politique sont heureux et fiers de pouvoir ainsi honorer ces deux personnalités de la droite nationale française qui ont consacré leur vie au combat national.  Ils pourront ainsi servir d'exemple et faire partager leur expérience politique et militaire aux jeunes adhérents du PdF et de la droite nationale.

Retour à tous les communiqués

Posté par popodoran à 23:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 janvier 2016

SÉRAPHIN RAYA

Séraphin Raya-CAGNES-2015

JULES ESTEVE nous informe que SÉRAPHIN RAYA, nous a quitté. Enterré le jeudi 21 janvier 2016, ce fut un soldat courageux toujours Volontaire pour servir son Pays, comme la majorité des PN, de l’Armée d’Afrique qui ont participé à toutes les campagnes pour la libération de la France.

Biographie lue par le Colonel Michel Gagnaire lors de sa nomination de "Chevalier dans l'ordre de la Légion d’Honneur".

            Le jeune Séraphin Raya a vu le jour le 7 septembre 1920 à Trézel en Algérie.
En 1941 comme beaucoup de jeunes français de l’époque, il est incorporé le 8 avril, au chantier de jeunesse de Blida, en Algérie d’où il sera libéré le 31 octobre de la même année.
            Refusant la capitulation, Séraphin, à l’instar de nombreux pieds noirs, s’engage le 7 décembre 1941, pour 4 ans, au Régiment d’Infanterie Coloniale du Maroc pour combattre et libérer la Mère Patrie.

            Il va découvrir des pays, des paysages, que lui, jeune pied noir n’aurait jamais imaginé et surtout il va découvrir la guerre :

La Corse, il débarque à Ajaccio le 7 mai 1944,
L’Île d’Elbe, le 26 mai 1944,
Le débarquement sur le sol de Métropole, Toulon le 28 août 1944,
Puis c’est la remontée vers l’Allemagne.
La bataille du Doubs du 16 septembre au 14 novembre 1944,
Celle de la Haute Alsace du 18 novembre au 19 novembre 1944,
La Bataille de Mulhouse du 21 janvier au 9 février 1945,
La remontée de la vallée du Rhin du 10 février au 1er avril 1945,
Et enfin la campagne d’Allemagne du 2 avril au 7 mai 1945.

            Mais, ayant pris le goût de l’aventure et voulant servir son pays, la France, le Marsouin, nom donné au soldat des Troupes de Marine, Séraphin Raya embarque le 19 septembre 1945 pour l’Indochine.

            Pour cette guerre qui se passe loin du sol de France et intéresse très peu nos compatriotes, guerre qui va durer 9 ans, guérilla au début puis guerre cruelle, contre un ennemi difficilement identifiable. C’est la première guerre révolutionnaire à laquelle la France est confrontée et dont les volontaires pour la faire étaient peu nombreux, pour laquelle  aussi la population française ne se mobilisa pas et l’appela «  la sale guerre », guerre qui coûta 50.000 morts à la France.

            Séraphin débarque au Cap St-Jacques en Cochinchine le 19 septembre 1945. Il restera en Indochine jusqu’au 16 avril 1947 et sera libéré de ses obligations militaires le 12 septembre 1947.

Pour tous ces faits d’armes, le Soldat de Première Classe Séraphin RAYA sera décoré :
– Médaille Commémorative 1939-1945 avec barrette «  Libération- Allemagne » ;
– Médaille des Engagés Volontaires ;
– Croix de Guerre 1939-1945 avec citation à l’Ordre du Régiment ; puis une citation collective à l’Ordre de la Division.

Pour l’Indochine :
– Médaille du Corps Expéditionnaire en Extrême Orient,
– Médaille Coloniale avec agrafe « Extrême Orient » ;
– Croix du Combattant Volontaire avec barrette «  Indochine ».
– Croix de Guerre des Théâtres et Opérations Extérieures.

            Le 8 novembre 1944, Monsieur le Président de la République lui a conféré la Médaille Militaire. Et par Décret du 23 avril 2015, le Président de la République l’a nommé Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur.

            Marié à Henriette  le 4 février 1950  à Mostaganem en Algérie, Père de 3 enfants : un fils et deux filles, grand Père de 3 petits enfants, il est également l’arrière Grand Père de 3 arrières petits-enfants. Son épouse nous a quittés en 2011.

            Monsieur Séraphin RAYA a laissé sa terre natale à la fin des événements d’Algérie et il est venu s’installer à Cagnes-sur-Mer pour y exercer son métier de peintre en bâtiment.

            Soldat courageux dont il est noté sur une de ses citations : «  s’est fait remarquer par son calme et son courage sous le feu de l’ennemi », Monsieur Séraphin RAYA a bien mérité de la Patrie et c’est la raison pour laquelle je suis heureux et extrêmement fier aujourd’hui , jour de la libération de Cagnes sur Mer, lui qui a participé à la libération de son pays la France,  heureux et fier de le faire Chevalier de la Légion d’Honneur.

Retour "IN MEMORIAM"

Posté par popodoran à 21:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 janvier 2016

LES ENFANTS DU "CENTRE GEORGES GUYNEMER" de 1941 à 1945

Piere Anglade-Dépêche du Midi 05 01 2017

Cet ouvrage est vendu au profit de l'entretien des basiliques catholiques en Algérie :Notre Dame d'Afrique à Alger, Santa Cruz à Oran, Saint Augustin à Bône.

Trois mille enfants réfugiés en Algérie de 1941 à 1945

SOS outre-mer Villard

Tékécharger en PDF

Voir aussi  ALGÉRIE- DES FAMILLES ACCUEILLENT DES ENFANTS DE LA GUERRE DE 39/45

Retour TEMOIGNAGES 1939/1945 ou bien:

Retour nos lectures Algérie Française

 

Posté par popodoran à 23:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 janvier 2016

LA FRANCE DE MON ENFANCE

            « Adieu ma France... Tu n’es plus celle que j’ai connue, le pays du respect des valeurs, de l’hymne et du drapeau, le pays de la fierté d’être français. Adieu ma France des trafics en tous genres, du chômage, de l’islamisme, de la polygamie, du laxisme, de la permissivité, de la famille décomposée... Adieu ma France réduite à l’état d’urgence, ma France déconstruite, en guerre avec elle-même. Je veux, néanmoins, demeurer optimiste et croire en ton sursaut. Mais qui te sauvera ? »(Général Marcel Bigeard)

            Mon enfance durant, je fus fier de ma France… Il était, par delà la Méditerranée, ce pays chatoyant qui me faisait rêver entre deux pages de géographie… Elle était ma Mère Patrie et, à l’instar de mes camarades de jeux, des Mohamed et des Levy, je ne voyais, je ne sentais que ce qui était beau dans son passé et son présent… Je voyais en rêvant une histoire chargée de gloires, de saints, de rois, de héros, de batailles gagnées et de défaites toujours glorieuses, d’un Empire qui rayonnait par-delà les mers.

            « Là-bas », avec mes camarades du cours moyen, nous vibrions pendant les leçons d’histoire. Nous encouragions de la voix, des mains et des pieds Vercingétorix et Jeanne d’Arc à bouter l’envahisseur hors de France. Subjugués par l’héroïsme de Bayard –le « Chevalier sans peur et sans reproche »- et les victoires de Napoléon, nous suffoquions de plaisir au récit de la bataille d’Austerlitz mais nous refusions de lire celles de Waterloo et de la retraite de Russie. En somme, j’étais fier de ma France avec ce que cela comporte d’aveuglement et je l’aimais du plus profond de mon être.

            Chrétiens, Juifs et Arabes, tous unis dans une même communion de pensées, nous étions prêts à nous battre pour elle, à nous faire tuer, à tout quitter pour elle. Nous ne savions pas ce qu’elle était exactement ; qu’importait ! Elle était tout ce qu’elle était et nous en assumions les laideurs comme les beautés ; c’était une réalité, une réalité matérielle, charnelle, spirituelle, indissociablement. Certes, je discernais bien déjà ce qu’il y avait de laid dans son histoire : L’inquisition et ses tortures… Les guerres de religion… La folie sanguinaire des révolutionnaires de 1789 et ceux de la Commune de Paris de 1792, l’institution de la Terreur et de la déchristianisation… mais cela ne comptait pas pour moi. Un enfant ne s’amuse pas à faire l’inventaire des imperfections de sa mère, morales et physiques. Elle est sa mère et, comme telle, sans défauts. Les connaissant, il les ignore. C’est le mystère de l’amour.

            Mais le temps a passé depuis et mes souvenirs –comme ceux de mes camarades d’hier- sont ceux d’une splendeur à jamais révolue… Nous ne sommes plus ainsi, nous avons changé. Notre France ? Nous n’en sommes plus fiers et, bien souvent, nous en avons même honte…

            Il est difficile de ne vivre que d’espoir aussi bien que de souvenirs et de se réfugier dans les négations rectificatrices.

            Tout a débuté avec le désastre de 1940 et l’insignifiance médiatique de l’aide fournie par l’Armée d’Afrique pour la victoire finale. Puis il y eut la perte de l’Indochine, les désastres et les sacrifices d’une armée héroïque, l’abandon de nos Partisans, la trahison des communistes et leurs sabotages meurtriers. Il y eut aussi la mort de l’Algérie française, de celle de milliers de jeunes soldats, de milliers de Musulmans fidèles, de milliers de victimes innocentes offertes en holocauste pour satisfaire aux exigences d’une arithmétique de la terreur, des milliers d’arrestations arbitraires de patriotes français refusant d’abdiquer… et, au bout, l’exode et l’exil de tout un peuple.

            Nous sommes saouls de défaites, de reculs, d’abandons, de reniements, de capitulations : Nous sommes gorgés d’humiliations. Nous lâchons tout, nous abandonnons tout ce qui nous appartient… La France qui trahit, qui renie, qui abdique, qui brade, qui s’autoflagelle… La France qui renie son passé et ses valeurs chrétiennes.

Alors, pour ne plus avoir honte, pour ne plus pleurer lorsqu’un Diên-Biên-Phu tombe sous les orgues de Staline, pour ne plus pleurer nos soldats décharnés de retour des camps de la mort lente d’un Vietminh transposé en djihadistes, pour ne plus pleurer les gorges tranchées, les corps mutilés au couteau et ceux déchiquetés par les bombes d’un FLN réincarné en EI, pour ne plus pleurer l’attente inhumaine d’un « disparu », pour ne plus pleurer sur la route d’un exil, pour ne plus pleurer des détenus politiques fidèles à l’honneur, pour ne plus pleurer des soldats trahis, victimes de politiciens véreux, nous avons décidé de fermer notre cœur à l’amour. Nous avons assez souffert, nous avons assez eu peur, nous avons assez baissé les yeux devant nos « vainqueurs » d’hier pour ne pas avoir à nous incliner devant ceux de demain et revivre les affres de la trahison, du terrorisme et de la guerre civile.

Nous voyons que les idées généreuses favorisent la corruption, que la confiance que nous plaçons envers nos élus est bafouée, que la loi du plus fort est toujours la meilleure… Voici revenu le temps des imposteurs : Mensonges, tromperies incessantes, déclarations électorales jamais suivies d’effets, reniements, promesses non tenues… Dans les plis de leur écharpe tricolore, l’ambition, la vanité, l’orgueil, le profit, la bêtise. Scandales de tous les côtés, fripouilleries partout et à tous les niveaux de la hiérarchie… ce qui fit dire, déjà, à Montesquieu : « Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser ».

Nous parle-t-on de Patrie ? Enseigne-t-on à nos écoliers ce qu’est la Patrie ? Ce qu’est la France ? Connaissent-ils seulement, ces écoliers, le premier couplet de La Marseillaise ?  Qu’est-ce que la Patrie ? Dites-le-nous donc, Messieurs ! Une histoire ? Vous en rejetez la plus grande partie et les livres de nos étudiants ne sont qu’un ramassis de contre-vérités. On connaît à ce sujet le terrible et célèbre mot de Joseph de Maistre : « L’Histoire, depuis trois cents ans, n’est qu’une conspiration contre la vérité ». Quel idéal êtes-vous donc capables de proposer à notre jeunesse ? Albert Einstein avait raison de dire que « ce n’est pas avec ceux qui ont créé les problèmes qu’il faut espérer les résoudre »

            Et vous, Giscard d'Estaing, (Mitterrand), Chirac, Sarkozy, Hollande, préoccupés comme vous l’êtes par votre maintien ou votre retour au pouvoir, qu’avez-vous fait de cette France que nous vous avons confiée ? Vous vous êtes comportés plus en « businessman » adeptes de « show-biz », qu’en chefs d’Etat ; vous avez institué le laxisme judiciaire, ouvert toutes grandes les vannes de l’immigration-invasion en prétendant que ce serait « une chance pour la France », la livrant ainsi aux hordes étrangères, aux voyous, aux islamistes, aux terroristes. Vous avez fait de nos banlieues où, jadis, il faisait bon vivre, des zones de non-droit où la terreur règne en maître, où la racaille manifeste ouvertement sa solidarité avec les terroristes islamistes.

            Vous nous avez tout enlevé, volonté, fierté, espoir, civisme, courage, patience, obéissance… Tout nous paraît vide. Nous n’avons plus en nous qu’une énorme lassitude et un extrême découragement. Dès lors, nous n’avons pas le droit d’aimer la chair de notre pays et nous ne voulons plus aimer son âme. Nous n’avons pas envie de mourir pour des idées suicidaires puisées dans les Ministères… donc nous n’avons plus envie de mourir pour la France sachant combien notre sacrifice sera vain.

Au fil des générations, flanqués des médias qui vous soutiennent, vous n’avez eu de cesse de cultiver le mythe de la culpabilité nationale : Colonisation… Repentance… Soumission… ignorant, comme le disait Charles Péguy, « qu’il y a des contritions plus sales que les péchés ». Vous avez fait en sorte, lors de vos gouvernances, que notre France s’accuse elle-même et se déclare honteuse de son passé guerrier, impérialiste et colonialiste… et, aujourd’hui,  elle n’est plus qu’une petite étoile dont le foyer s’est éteint progressivement. Ce qui subsiste encore à la place où elle éclairait n’est plus qu’un reflet dont nous pouvons désormais calculer la survivance…

Et nous souffrons de la voir ainsi… Méconnaissable, libanisée, colonisée, livrée à l’intégrisme religieux, décérébrée, sans mémoire, convulsée et congestionnée, gangrenée par les syndicats, les associations adeptes de la tartufferie des droits de l’homme et de l’antiracisme, minée par l’insécurité, les émeutes, les grèves et le chômage, résignée à la stagnation, au recul, à la déchéance et à la fin. Oui, ma France, qui te sauvera ?

       José CASTANO 

Courriel : joseph.castano0508@orange.fr

Voir aussi : "Kathlyn SCHREITER" LETTRE A MA FRANCE.

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Conférence sur : « LES SEIGNEURS DE LA GUERRE »

- De l’Indochine à l’Algérie, la Légion étrangère au combat

- L’Odyssée et la fin tragique du 1er Régiment Etranger de Parachutistes en Algérie.

« De l’Indochine à l’Algérie, le conférencier évoque le vécu, l’héroïsme et les sacrifices de ces légionnaires, Fils de France non par le sang reçu mais par le sang versé. Ces soldats-loups à la démarche souple de félins, accoutumés à la chasse et au guet, infatigables dans le chaos minéral de l’Aurès, acceptaient le défi de la guerre dans  les défilés étroits comme des pièges, sur les pitons enneigés ou brûlés par le soleil, dans l’enfer du désert où le monde mort a chassé celui des vivants. Ces hommes, « soldats pour mourir », constituaient le plus beau régiment du mode ; jalousés, admirés et vénérés parce qu’ils étaient capables de mourir avec panache en criant : « Vive la Légion ! »

… Puis il y eut le 22 avril 1961 et le soulèvement des meilleures unités combattantes dont le 1er REP était le « fer de lance »… sa dissolution et celle des plus belles unités parachutistes… l’émouvant adieu de la population de Zéralda à « leurs » légionnaires… le « cessez-le-feu » et la fin tragique de l’Algérie française… Le génocide des harkis commençait. »

Cette conférence, organisée par le Cercle algérianiste de TOULOUSE, sera donnée par José CASTANO, Samedi 9 Avril 2016, à 15h30, au CEFANOM, 1, rue des Pénitents blancs – 31000 TOULOUSE - Entrée gratuite

Un repas (facultatif) aura lieu à midi.

Pour tout renseignement : 05.61.15.45.98 ou 06.40.38.69.06

Courriel : cortes.famille@wanadoo.fr

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Mon blog, cliquez sur : - Mon Blog -

Ma biographie, cliquer sur :- Ma Biographie –

Mes ouvrages, cliquez sur :- Ma Bibliographie – 

Posté par popodoran à 22:26 - Commentaires [27] - Permalien [#]


27 janvier 2016

ORAN LE 5 JUILLET 62 - CONCLUSIONS DU GROUPE DE RECHERCHES

Maj du mercredi 27 janvier 2016

Document transmis par J. F. Paya

RÉSUMÉ DES CONCLUSIONS

G Pervillé explique l'événement par ce qui s’est passé avant (combats de l’OAS mais aussi du FLN et pourquoi pas de l'armée Française !) mais c’est toujours ainsi en Histoire, mais après il y a la volonté des hommes d'utiliser les circonstances et de les manipuler et les massacres du 5 juillet n'étaient pas inéluctables sans une certaine provocation préméditée et la paralysie connue de l'armée française et une fausse "neutralité" qui en réalité favorisait un camp le plus militairement fort et, celui qui ne devait pas être au pouvoir ALN D’OUJDA.

Mais nous trouvons G Pervillé assez naïf en lisant les citations ci-dessous

"Enfin, certains veulent croire que le général de Gaulle aurait décidé, dès cette date, de favoriser Ben Bella en laissant ses troupes rétablir l’ordre à Oran, mais cette affirmation est démentie par de très nombreux documents officiels qui prouvent qu’à cette date précise, la politique française était fondée sur une stricte neutralité entre les diverses factions algériennes pour éviter le risque de recommencer la guerre."

Nous pensons qu'il aurait été irresponsable et impensable pour tout pouvoir politique" ex colonial" de ne pas essayer (même sous peine d'erreurs) d'influencer la prise de pouvoir dans "l'ex colonie" à fortiori lorsque le sort de la force de dissuasion va s'y jouer et nous demeurons convaincus que le pouvoir Gaulliste habile en double jeu n'a pas pu rester indifférent et "non acteur" dans la prise de pouvoir en 1962 en Algérie.

Il n’y aurait donc pas eu de responsabilité directe du gouvernement français dans ce qui s’est passé le 5 juillet 1962 à Oran.

VOUS AVEZ BIEN LU, AUCUNE RESPONSABILITÉ DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS CAR CE SONT LES CIRCONSTANCES QUI EN SONT LES CAUSES !

Guy Pervillé dit encore:

"La question que je me pose est celle-ci : ai-je eu raison de terminer mon introduction. Cette stratégie du pire, poursuivie jusqu’au 28 juin alors même que l’OAS d’Alger avait déposé les armes (et justifiée par l’idée folle de pouvoir conserver au moins un « réduit oranais ») aboutit, une semaine plus tard, à la catastrophe du 5 juillet ». Mais je maintiens que la guerre de l’OAS menée contre le FLN dans les quartiers musulmans tenus par celui-ci ne pouvait manquer de susciter des désirs de vengeance, non seulement chez les combattants et terroristes du FLN-ALN, mais aussi chez les civils qui partageaient les mêmes risques. Leur formulation est sans doute un peu trop abrupte, mais leur fond est-il ou non valable ?"(Suite .......)

"C’est là un point capital sur lequel insistent également tous les auteurs algériens, Karim Rouina, Fouad Soufi, ainsi que Saddek Benkada et les autres témoins interrogés par Pierre Daum.(évidemment) Il paraît largement négligé ou sous-estimé par la plupart des auteurs français, mais Jean Monneret reconnaît très justement les effets négatifs des attentats de l’OAS visant les quartiers musulmans. Ainsi, le harcèlement des quartiers musulmans d’Oran par l’OAS durant la période allant de la mi-février au 28 juin 1962 paraît bien être, sinon la cause directe, au moins la cause profonde du massacre du 5 juillet."(Fin de citation).

A notre avis non valable comme raisonnement trop simpliste, l'apparence n'étant pas la réalité (la terre est plate et le soleil tourne autour) et pour le moins un point de vue subjectif qui aurait pu s'appliquer dans d’autres régions de l’Algérie.

Bien sur les circonstances ont été habilement utilisées par les comploteurs, mais si les forces Françaises connaissant ces circonstances avaient signifié haut et fort qu'elles protégeraient leurs ressortissants comme c’était leur devoir le massacre n’aurait certainement pas eu lieu, et Pervillé à tort de dédouaner trop facilement les autorités Françaises et de sous-estimer l'élément déclencheur organisé et mis en route par les partisans FLN / ALN d'Oujda.
Posté par R Aresky/groupe de travail Oran 5 juillet 62.

MAIS D'AUTRE PART IL FAUT AUSSI FAIRE PART D'AUTRES DÉCLARATIONS CONTRADICTOIRES DE L'HISTORIEN

Sur un compte rendu de livres paru dans la revue Outre-mer, revue d’histoire, n° 380-381, 2ème trimestre 2013, Par l'Historien Guy Pervillé :

" Mais depuis quelques années, l’hypothèse d’une provocation menée par l’ALN du colonel Boumédiène pour discréditer le GPRA et aider à porter Ben Bella au pouvoir, soutenue depuis longtemps par l’un des principaux contributeurs de L’agonie d’Oran, Jean-François Paya,(PRÉCURSEUR THÈSE ET ENQUÊTE DEPUIS PLUS DE 40ANS ) contre le scepticisme de Jean Monneret, a reçu le soutien des historiens Gilbert Meynier (auteur d’une importante histoire du FLN) et Jean-Jacques Jordi.(ON PEUT AJOUTER LE TÉMOIGNAGE JP LLEDO Cinéaste ). Le livre de Guillaume Zeller permet au lecteur une bonne initiation à ces questions très complexes, mais il a aussi contribué à m’inspirer le projet de chercher à y voir encore plus clair.

Pervillé et la Préméditation ? Contradictions ?  Hésitations ?

Guy Pervillé dit après avoir mis en doute la provocation à l'émeute et aux massacres commandités par les services de l'ALN d'Oujda (Ben-Bella étant un comparse) dit et écrit plusieurs fois (Et on est d'accord!) " Les témoignages donnent l’impression très nette que le massacre des Européens avait été PRÉMÉDITÉ par au moins une partie des chefs du FLN d’Oran, que la plus grande partie de leurs troupes a participé à la chasse aux Européens".

Puis message suivant : réponse à Viviane Ezagouri (familles de disparus)

"D'après ce que j'ai lu, il me paraît logique de supposer une volonté de vengeance venant d'une partie des chefs FLN de la zone autonome d'Oran qui auraient ORGANISES LA PROVOCATION initiale en l'attribuant faussement à l'OAS, mais aussi une participation de la majorité des Algériens armés .." BON ET ALORS!! on est aussi dans la théorie du "complot" (CONSTANTE DANS TOUTE L'HISTOIRE DU FLN/ALN) abhorrée par J Monneret en sachant que la partie du FLN d'Oran "légaliste" c’est a dire suivant les consignes du GPRA d'Alger était avec les scouts Musulmans et le syndicat UGTA (témoignages fournis)) organisateurs du défilé qui se voulait pacifique et sensé démontrer la maitrise et "faire valoir ce gouvernement de l'Algérie nouvelle. L'autre tendance partisane de l'État-Major d'Oujda (et donc provocatrice) y avait envoyé un émissaire dès le 1er Juillet  sachant qu'à l'origine cet État-Major dans son communiqué ne parle que de la "date historique" 1er Juillet et qu'il a fait célébrer l'Indépendance en Oranie qu'il contrôle le 3 Juillet et donc prêt à saboter la manifestation du GPRA à Oran le 5 Juillet en vue de démontrer sa prééminence.

Une provocation semblant finalement être entrevue par Guy Pervillé qui reste dubitatif sur un "DEAL" ALN extérieur / Pouvoir Gaulliste mais nous avions précisé "de Facto" en hypothèse seulement difficile de prouver le deal mais tout se passe comme si ! Les effets justifiant la cause comme souvent en Histoire : il n'y aura jamais d'archives.

(L'ordre de consigner les troupes arrive la veille alors que Katz avait prévu dans la directive 99 du 20 Juin l'intervention possible des troupes "en cas de légitime défense de nos ressortissants" après l'indépendance (document cité) Besoin de l 'accord des putschistes d'Oujda opposés à certaines clauses d’Évian, mais présumés "plus à l'ouest" moins influencés par les soviétiques pour garder les bases militaires et d'essais. Jean Monneret et d'autres ne donnent aucune raisons spécifiques pour Oran, si non des généralités valables pour toute l 'Algérie pour un massacre "spontané" (alors que le film de JP Lledo et les études du docteur Vétillard nous apprennent qu'aucun ne le fut.)

Sur des questions ponctuelles ou il ne répond pas, aucun texte n'est valable dans ses annexes et ne sont pas clair, il suggère la responsabilité des Oranais provoqués par des musulmans qui posent leurs drapeaux et qui à leur tour les provoqueraient. Le serpent se mord la queue et on est hors sujet du moment

Posté par Garcia M /groupe de travail Oran 5 Juillet 62

Dans l'extrait de son livre "Une Ténébreuse Affaire " J-Monneret est plus enclin à admettre "la théorie du complot" que pour le 5 juillet  il nous dit : Le 26 mars 1962 à Alger, une foule de Français d’Algérie manifesta contre l’action des forces de l’ordre dans le quartier périphérique de Bâb-El-Oued. Plusieurs sections du 4ème RT leur faisaient face et leurs tirs firent plusieurs dizaines de morts dans leurs rangs.

Cet événement dramatique sans aucun équivalent dans l’histoire récente de la France a précipité l’exode des Européens d’Algérie vers la France métropolitaine non souhaité par le pouvoir (à priori). Peu d’ouvrages ont tenté de faire la lumière sur cet incident gravissime (à voir).

Un silence quasi complet continue tout au contraire de régner tandis que la presse bien-pensante se tait sans vergogne. (Affaire Fr/Fr plus connue que le massacre d’Oran).

Dans ce livre nous avons tenté d’éclairer les épisodes qui sont à la source du drame tout en analysant la tortueuse machination qui est à l’origine de ce massacre délibérément ignoré par la France officielle."  (J M)

SUITE DE NOS CONCLUSIONS INTERNES :

Pour la période transitoire dans l'attente d'un gouvernement Algérien il est facile de dire à postériori que l’ALN du Maroc n'avait pas besoin d'un prétexte pour prendre le pouvoir à Oran sans connaitre les réactions de la France. D'autre part il fallait éviter une trop grande concentration d'Européens à Oran qui leur faire peur pour s'affirmer comme force d'intervention devant l'armée Française (mais cela nous l'avons dit mille fois!) Quant à la division du FLN à Oran une délégation s’était même rendue à Alger pour contacter le GPRA (colloque de Jussieu par F Soufi et d'autres).

Extrait "les règles énoncées par la déclaration d’Évian générale et les déclarations jointes entreront en même temps en vigueur. L'Exécutif provisoire organisera, dans un délai de trois semaines, des élections pour la désignation de l'Assemblée nationale algérienne à laquelle il remettra ses pouvoirs " mais ce délai dura plus de deux mois à la vue des luttes Algériennes internes qui théoriquement rallongeait les pouvoirs de l'exécutif et le statut prévu en matière de maintien de l'ordre (possibilité pour les autorités Françaises "non utilisée" de défendre leurs ressortissants et supplétifs)

LES GARANTIES ÉTAIENT LA ET IL FALLAIT LES PRENDRE SANS OUBLIER LE ROBINET FINANCIER.

Du 18 août 2016 SUITE DES CONCLUSIONS DU GROUPE DE RECHERCHES A LA FIN JUILLET 2016

Du 20 septembre 2016 POINT DE VUE SUR L'OUVRAGE DE PERVILLE "ORAN 5 JUILLET 62"

Retour listes de tous les dossiers 5 juillet 1962

LETTRE A MA FRANCE

Document poême réflexion transmis par José Castano

Ce soir, je t’écris à toi ma petite France,

la douce, la tendre, celle de mon enfance,

où régnaient la candeur et un soupçon d’insouciance :

Où es-tu donc passée ?

 

Je pleure, j’ai mal, mon pays

s’en est donc allé...

pour laisser place à une nouvelle contrée qui

m’est totalement inconnue.

 

Je suis chez moi mais je me sens

comme une étrangère !

Qui es-tu devenue, ma France ?

 

C’est donc ça que tu m’offres aujourd’hui :

La peur et la méfiance dans laquelle

nos vies n’ont pas de valeur ?

 

C’est donc ça ma nouvelle vie à tes côtés,

se balader par une douce après-midi ensoleillée

et revenir volée, pillée de tous ses biens?

 

Se réveiller un matin

en découvrant l’immondice de la terreur

qui a envahi toutes nos rues,

nos salles de concert, nos bars...

 

Je pleure, non pas tant pour les vols, les meurtres

et la terreur venue d’ailleurs ;

je pleure car je ne te reconnais plus.

 

Comment peut-on à ce point

bafouer nos vies, nos biens, nos valeurs?

Quel est donc ce monde

où l’argent devient Roi,

la terreur devient Reine

et la peur notre utopique alliée ?

 

Je dis simplement NON, NON et NON !

« Va te faire voir nouvelle France ! »

Je te refuse !

 

Chez moi, dans ma France,

il y a de l’humanité

et la vie n’est pas rythmée

par des diktats venus d’ailleurs.

 

La vie a un sens,

la vie le vaut bien

car nous l’avons choisie ensemble.

JE T’EMBRASSE MA FRANCE !

Kathlyn SCHREITER

CHANSON sur le 13 novembre à Paris – Emotion assurée…

Retour COUPS DE COEUR.

Ce « Cri » lancé par cette jeune fille, interne en médecine, est aussi le ressenti d’une jeunesse déboussolée qui, inquiète, s’interroge sur son avenir...

Il a fallu le vandalisme de son véhicule et le vol de ses biens les plus précieux pour que Kathlyn exprime, avec émoi, son désarroi, sa tristesse, sa colère et son inquiétude.

José CASTANO

 

Posté par popodoran à 22:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 février 2016

L'ALGERIE ET LA DOUBLE NATIONALITE

1

En marge du débat sur l'éventuelle déchéance de la Nationalité pour les binationaux qui provoqueraient certains remous dans la classe politique en France, nous avions soulevé de longue date un problème sur l'acquisition de cette bi nationalité parfois à leur insu pour les descendants d'Algériens nés en France en relation avec l'histoire des "accords d'Evian", le service National et les accords de réciprocité qui en était issus.

Pour essayer de comprendre les avantages où inconvénients éventuels réciproques obtenus en faisant remarquer que si "le droit du sol" existe pour les uns il n'existe pas pour les autres qui doivent toujours demander un visas si l'envie leur prends de se rendre dans leur pays natal !

En soulignant aussi que la Constitution Algérienne à notre connaissance interdit à un "non exclusivement national " d'occuper une haute fonction Politique comme ministre par exemple avec débat actuel en Algérie.

Tout ceci sans jugement de valeur mais simplement à titre d'information.

ARTICLE PARU DANS LA REVUE PIEDS-NOIRS HA en Avril 2000

 

L'Algérie et la double nationalité


LA DOUBLE NATIONALITE EN ALGERIE DE 2016


Nationalité française et indépendance de l'Algérie

Qui a conservé la nationalité française à l'indépendance de l'Algérie ?

Jusqu'à la date de l'indépendance (5 juillet 1962), les Algériens disposaient tous de la nationalité française à la suite de la loi du 7 mai 1946.
Cependant si les Algériens étaient tous de nationalité française, leur statut juridique était différent. La presque totalité de la population gardait un statut personnel de droit local (loi musulmane) ; seule une minorité bénéficiait du statut civil de droit commun (code civil). Il s’agissait des personnes suivantes :
- les personnes d’ascendance métropolitaine,
- les personnes d’origine européenne ayant acquis la nationalité française en Algérie,
- les personnes de religion juive originaires d’Algérie,
- les personnes nées de parents dont l’un relevait du statut civil de droit commun,
- les personnes originaires d’Algérie de statut musulman ayant accédé au statut de droit commun par décret ou par jugement avant l’indépendance.

A la date de l'indépendance, seuls ces Français de statut civil de droit commun domiciliés en Algérie ont conservé la nationalité française.
Les Algériens de statut civil de droit local, qui avaient donc conservé leur statut personnel musulman, ont perdu la nationalité française, sauf s'ils ont souscrit une déclaration récognitive de nationalité française avant le 22 mars 1967.

Source : Archives nationales et ordonnance n°62-825 du 21 juillet 1962.


Aujourd'hui, pour qu'un Algérien se voie reconnaître la nationalité française par filiation, il faut donc qu'il prouve que son ascendant
• avait le statut civil de droit commun à la date de l'indépendance 
ou 
• qu'il a souscrit une déclaration récognitive dans les années qui ont suivi.

1er cas : comment prouver que son ascendant avait le statut civil de droit commun à l’indépendance ?
En retrouvant le décret ou le jugement de naturalisation.

Pour le décret de naturalisation, si vous en connaissez le numéro, vous pouvez l’envoyer par mail sur le site du Journal officiel. 

Si non, vous pouvez accéder à ce décret de naturalisation en effectuant une recherche par nom, en consultant les documents suivants :
- la Liste alphabétique des personnes ayant acquis ou perdu la nationalité française par décret, pour la période 1900-1979 (publication en plusieurs tranches chronologiques). Elle est disponible à la Bibliothèque nationale de France et aux Archives Nationales (salle des microfilms du site de Pierrefitte-sur-Seine).

Autre possibilité : la recherche par date de décret dans les documents suivants :
- les tables décennales de la partie supplémentaire du Bulletin des lois, pour la période 1865-1931, consultables sur Gallica
- le Journal officiel, à partir de 1924, également consultable sur Gallica
- le Bulletin officiel du Gouvernement général de l'Algérie (devenu Journal officiel de l'Algérie en 1927) ; cette publication est consultable en Algérie.

Vous pouvez aussi vous adresser au :
Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité
Direction de la population et des migrations
Sous Direction des naturalisations
93 bis, rue de la Commune
44404 Rézé Cedex

Si la naturalisation s’est faite par mariage, il vous faut vous adresser à la mairie où a eu lieu la cérémonie.

Une autre solution pour connaître le numéro du décret de naturalisation c'est d'effectuer une demande de copie d’acte de naissance sur le site de France diplomatie (pour les personnes nées à l’étranger). Cette demande permet de recevoir par voie postale la copie d’acte de naissance qui mentionne le n° de décret.
En application de l’article 28 du code civil, seuls les actes de naissance du service central d'état civil portant mention ou indication d’une acquisition, d’une réintégration, d’une délivrance de certificat de nationalité française ou d’un jugement de nationalité française, prouvent la nationalité française de leur titulaire.
Si la réponse est négative, cela signifie soit que la naturalisation est encore en cours (et n’a pas été publiée) soit qu’elle a été refusée. La réponse arrive dans un délai minimum de 2 semaines.

Une dernière option consiste à accéder aux registres d’état civil en ligne.


Si la nationalité n’a pas été accordée par décret mais par jugement, il faut faire les recherches en Algérie. Les dossiers sont en effet conservés dans les tribunaux algériens de première instance.
Il convient alors de s'adresser, selon les cas, aux services suivants :
- au greffe de la juridiction concernée en Algérie
- aux Archives nationales de la république algérienne, démocratique et populaire 
- aux Archives régionales à Alger (3, rue Djilali Benamara, Alger),
- aux Archives régionales à Constantine (1, rue du docteur Moussa, Constantine),
- aux Archives régionales à Oran (3, Bd du Colonel Abderrazak, Oran),
- au service des archives de la Wilaya de Batna (05000 Batna),
- au service des archives de la Wilaya de Sidi-Bel-Abbès (22000 Sidi-Bel-Abbes).


2è cas : comment prouver qu’un ascendant qui relevait du "statut civil de droit local" au moment de l’indépendance de l’Algérie (3 juillet 1962) a souscrit auprès des autorités françaises, avant le 22 mars 1967, la déclaration récognitive ?
Il convient de s'adresser à la Sous-direction de l'accès à la nationalité française (12 rue Francis Le Carval, 44404 Rezé cedex) qui conserve l'ensemble des dossiers finalisés.
Ces déclarations de nationalité, effectuées devant les tribunaux d'instance français, peuvent quelquefois être trouvées dans certains services d'archives départementales (Bouches-du-Rhône, Paris etc.).
La déclaration récognitive peut aussi avoir été souscrite par le père ou à défaut par la mère.

Retour à tous les articles

Posté par popodoran à 22:16 - - Commentaires [29] - Permalien [#]

03 février 2016

"LE REVEIL DE L'EUROPE"

Affaire à suivre!

Le samedi 6 février aura lieu à Montpellier, un rassemblement des patriotes.

Pour la première fois, un grand nombre de pays européens, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Autriche, la Belgique, l’Espagne, la France, la Hollande, la Pologne, le Portugal, la Slovaquie, la Suisse, et la Tchéquie ont décidé de s’unir pour organiser, ensemble et en même temps, un grand moment de résistance pour défendre notre culture commune face à l’invasion migratoire, mettre un coup d’arrêt à l’islamisation du vieux continent et à  la disparition programmée de notre civilisation européenne et chrétienne

Nous sommes  tous appelés, jeunes et moins jeunes, à participer, à nous retrouver pour :

Sauver notre culture, nos traditions, notre pays, notre futur ! Préparer un avenir meilleur pour nos enfants !

IMAGE

Le rassemblement de Montpellier est autorisé, et nous serons nombreux !

Pour info : rassemblement samedi 6 février 2016 à 15 h devant la préfecture

Pour tous renseignements : 07 83 47 42 42

"Si vous ne vous bougez pas"… 12 ans déjà… Chanson de Jean-Paul GAVINO

Retour aux faits divers

Posté par popodoran à 22:31 - Commentaires [3] - Permalien [#]

07 février 2016

ZITOUNI TAYEB

Par Michel DELENCLOS chercheur en histoire – Biographe

Le 27.01.2016, Mohamed El Korso clame (*) : «Il faut profiter du pouvoir actuel en France…».

Le 28.10.2014, Tayeb Zitouni (1), lors d’un entretien avec l’APS, affirme à Alger que la question de reconnaissance de la qualité de membres de l’ALN et du «FLN» a été clôturée en 2002 sur décision de l’Organisation national des moudjahidine «ONM», et nous ne pouvons rouvrir ce dossier aujourd’hui, 53 ans après l’indépendance.». Puis, T. Zitouni affirme que : «La France refuse de remettre ce qui reste des archives à l’Algérie ou s’attarde à le faire. Elle ne remettra jamais ces archives qui risquent de lui faire tort. La France n’acceptera jamais de s’avouer vaincue dans la guerre contre l’Algérie. La France doit admettre que l’Algérie est indépendante et que les Algériens n’oublieront jamais les affres du colonialisme. La plus grande partie de ces archives se trouve actuellement au centre national des archives.». Quant à la question des excuses et de la reconnaissance des crimes, revendiquée par plusieurs parties en Algérie, T. Zitouni estime qu’il s’agit simplement d’une question de temps, affirmant que «tôt ou tard la France devra reconnaître les crimes de guerre contre l’humanité qu’elle a commis en Algérie pendant 132 ans.». Puis, revenant sur un certain «manquement» dans la revendication d’une reconnaissance de la France de ses crimes coloniaux, T. Zitouni rappelle que «La meilleure manière de procéder consiste à préserver l’histoire et à la transmettre aux générations futures afin de leur inculquer les valeurs du patriotisme et de fidélité au serment des chouhada. Les Algériens doivent savoir comment défendre leur leg historique et demeurer fidèles à la génération du 1er novembre et alertes quant aux menaces qui nous guettent.».  («DK News» du 28.10.2014).

7

Le 05.04.2015: Tayeb Zitouni, en visite à Mascara.

Le 05.04.2015, lors de sa visite à Mascara et, à propos du livre de Pierre Daum «Le dernier tabou», T. Zitouni précise que: «Le manque de documents appropriés laisse libre cours aux écrivains outre-Méditerranée, notamment les Français, de spéculer sur tout ce qui a trait à cette époque. Certains écrivains, particulièrement français, ont mis à profit cette opportunité pour donner des chiffres complètement faux notamment sur la situation des harkis. En l’absence de travaux algériens, ce sont les étrangers qui vont s’acquitter de cette mission, mais les conséquences seront graves car les informations, les déclarations et les témoignages seront faussés…» ; T. Zitouni rejette les responsabilités sur ses compatriotes notamment les anciens moudjahidines dont la «contribution», au travers de leurs témoignages, est, à ses yeux «plus que nécessaire» pour rétablir la vérité. Un avis que ne partage pas totalement l’ancien porte parole de la délégation algérienne lors des négociations avec la France, à Evian, Redha Malek qui, dans une déclaration au journal arabophone «El Khabar», estime que la balle est plutôt dans le camp des autorités algériennes qui, selon lui : «doivent faire le compte des dossiers et donner les vrais chiffres pour clore définitivement ce dossier pour ne pas laisser un moyen de chantage entre les mains des français…La version française sur les Harkis est sans fondement et n’est rien d’autre que de la propagande.».

8

Le 19.04.2015 : Jean-Marc Todeschini et T. Zitouni à Sétif.

9

Le 20.04.2015 à Sétif: lors du dépôt de gerbe à la mémoire des victimes algériennes du 08.05.1945, T. Zitouni est aux côtés de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’Etat chargé des Anciens combattants et de la Mémoire

Le 23.04.2015, J-M. Todeschini est à peine rentré en France, après ses 2 jours de visite en Algérie, que, Tayeb Zitouni, en marge d’une séance au Sénat algérien, commet une déclaration qui risque bien de déplaire de l’autre côté de la Méditerranée : «La France reconnaîtra tôt ou tard les crimes perpétrés en Algérie…». Interrogé par les journalistes sur les déclarations du président F. Hollande, T. Zitouni affirme : «Nous transmettrons le message de génération en génération...tout comme nous nous enorgueillissons de nos aïeux.».  Puis, T. Zitouni annonce la tenue, à Oran, les 4 et 05.05.2015, d’une conférence sur la torture pratiquée à l’encontre du peuple algérien durant l’ère coloniale  «dans le but de faire connaître «les tragédies endurées par les Algériens à ce moment de l’histoire.». («Le Courrier de l’Atlas» du 24.04.2015). T. Zitouni, dans ses déclarations, se sent sûrement renforcé par celles notamment de Gilles Manceron, un historien français, lequel, à Guelma (Algérie), le 07.05.2012, lors du colloque sur les massacres du 8 mai 1945, mettait l’accent sur la nécessité de voir un jour la France officielle reconnaître ses crimes coloniaux, soulignant : «Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, nous étions loin d’une quelconque forme de reconnaissance des crimes perpétrés en Algérie. Mais, avec l’élection de F. Hollande, les choses ont de fortes chances de bouger dans le bons sens. A la croisée des chemins, l’opinion publique française, notamment avec les nouvelles générations, contrairement aux anciennes (les nostalgiques de la colonisation), est plus hermétiques aux mensonges et aux mythes colportés par l’extrême droite.» Et, selon cet historien, outre le 08.05.1945 (Guelma-Sétif-Kherrata), le 20.08.1955 à Skikda), le 11.12.1960 à Alger, et le 17.10.1961 à Paris, doivent faire l’objet de reconnaissance globale.. («Djazairess du 08.05.2012).  Mais n’oublions pas ceux qui clament et réclament ces mêmes commémorations, comme Pierre Daum, Gilbert Meynier et, B. Stora lequel, dans «Toute La Culture «TLC» du 01.11.2012, à cette question sur la mémoire algérienne en France : «Est-ce qu’il reste des tabous, est-ce que vous vous poser des interdits ? », Stora répond : «Non. Le terme de guerre est maintenant admis. Les exactions également…Je ne pense pas qu’il y ait des interdictions mais il y a des zones d’ombres. Il reste à montrer l’utilisation du Napalm et les viols des femmes commis par l’armée française.». Le 18.03.2012, dans «Le Monde-Afrique», B. Stora poursuit sa «guerre des mémoires» : voici ce qu’il écrit : «L’inauguration en novembre 2007, du «Mur des victimes du FLN», à Perpignan, a lieu. Elle se déroule en présence du secrétaire d’Etat à la Défense chargé des anciens combattants, Alain Marleix, qui a souhaité «une politique de mémoire assumée». Eclipsant la signature de gros contrats portant sur le gaz et le pétrole principalement, la question de la mémoire a donc, encore une fois, empoisonné et donné le ton des relations entre la France en Algérie.». M. Stora s’attaque au Mémorial de Marseille, au Musée de Montpellier, au Mur des Disparus à Perpignan parce que les Pieds-Noirs désirent que leur Mémoire, leur Histoire aient aussi une place ; ces Pieds-Noirs que vous comparez aux «anticastristes» cubains, ajoutant : «Mais que peuvent espérer les pieds-noirs ? Retourner en Algérie ? Evidemment non…C’est pour cela que les pieds-noirs n’ont plus que les musées comme lieux où se réfugier.». («New York Times» – repris par «Le Courrier international» n° 950 du 12 au 14.03.2009). Pour vous, M. Stora, pas de problème puisque à longueur d’entretiens, vous vous vanter d’effectuer des aller-retour fréquents en Algérie, au point de commémorer le 8 mai 1945 avec le «FLN-ALN», et de vous recueillir notamment sur la tombe de votre grand-père…Par ailleurs, lors d’un entretien accordé à Pascal Amel de «Art Absolument» et, publié dans «AlgerParis» du 09.07.2015, B. Stora soulignait que : «Le fait de porter un regard critique sur l’histoire coloniale ne signifie pas détruire «l’identité française», au contraire. Cela permet à la France de se débarrasser des fantômes du passé…». Ce que l’on peut comprendre, sauf que Stora ne cesse de témoigner à charge. Le 28.05.2010, invité par l’Association pour la promotion de la culture algérienne «APCA» de Givors, près de Lyon, après avoir donné une conférence, l’historien Benjamin Stora répond à cette question : «Cette manifestation organisée à Givors pour commémorer les événements tragiques du 8 mai 1945 en Algérie, n’est-elle pas une première nationale ? » : «Je me suis rendu plusieurs fois en Algérie, à Sétif ou Guelma, pour une commémoration des événements tragiques de mai 1945, mais à ma connaissance, c’est bien la première fois qu’une telle manifestation se déroule en France. C’est une bonne initiative car il est temps de regarder ce passé en face.». L’interview est publiée par le magazine municipal «Vivre à Givors» de mai 2010.

10

Le 06.04.2013 : à droite, Benjamin Stora lors de sa conférence à Sétif (Algérie).

Ce 06.04.2013, à la maison de la Culture Houari Boumediene à Sétif, B. Stora est l’invité de l’association des anciens élèves des lycées Mohamed Karouani et Malika Gaïd. En la circonstance, Stora se prononce en faveur de l’ouverture des archives et le «déverrouillage» du débat sur la colonisation française en Algérie, notamment concernant des sujets «aussi importants» que les expérimentations nucléaires, les mines antipersonnel, les disparus algériens pendant la bataille d’Alger ou encore l’utilisation du napalm. Puis, pour ce qui concerne le 19 mars 1962, Stora souligne que, pour les Algériens : «Le cessez-le-feu marque le début d’une histoire, celle de la reconstruction de l’Etat-nation, c’est le début de la liberté, aboutissement d’un long processus de résistances et de luttes…». («Setif.Info du 06.04.2013). L’auteur interroge : «Quand l’Algérie a été un «Etat-nation» ? ».

11

Le 04.05.2015 à Oran : T. Zitouni lors du colloque sur la torture de 1954 à 1962.

12

Le 26.05.2015: à Kenchela, T. Zitouni insiste pour «sortir les musées du Moudjahid de la routine».

Le 15.06.2015, T. Zitouni décerne la médaille du 60ème anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale à Hawe Marvine Henietta, journaliste américaine et amie de l’Algérie. Agée de 87 ans, Hawe Marvine est une sympathisante de la question algérienne qui a couvert des enquêtes sur la révolution pour le compte de plusieurs institutions médiatiques, à l’instar du «New York Times». En mai 2015, dans une conférence animée dans le cadre du salon de la communication, organisé à Alger, elle confiait qu’elle comptait écrire ses mémoires sur l’Algérie et raconter ses souvenirs avec les personnalités révolutionnaires et culturelles qu’elle avait rencontrées à cette époque.

13

Le 19.09.2015: T. Zitouni, à l’occasion du 57ème anniversaire de la création du «GPRA» (2), donne une conférence.

A cette occasion, le ministre des Moudjahidine affirme que «le secteur salue les différentes démarches et les efforts consentis pour l’écriture de notre histoire notamment celle de la guerre de libération nationale, des efforts que nous soutiendrons et encouragerons. Cette célébration de l’anniversaire de la création du «GPRA» est une halte particulière aussi importante que les autres stations et autres événements historiques qui constituent notre mémoire collective.». T. Zitouni s’est dit fier «des acquis et des réalisations accomplis grâce aux sacrifices des grands hommes qui ont marqué l’histoire, soulignant que toutes ces étapes historiques ont été une source d’inspiration pour suivre la construction et l’édification après l’indépendance.  Quant à Redha Malek, il met en exergue la grandeur de l’événement –la formation du «GPRA», rappelant que ce gouvernement «portait les aspirations d’un peuple militant et combattant». L’enseignant  algérien en histoire, Ahmed Bouderba, interviendra également. Puis, T. Zitouni rendra hommage à R. Malek, Lamine Khan et Hadj Hamou.

14

Le 31.10.2015: Tayeb Zitouni, lors de son discours de la célébration du 61ème anniversaire du déclenchement de la révolution du 01.11.1954.

A cette occasion, à Mostaganem, lors d’une cérémonie organisée au Musée du moudjahid de Riadh El-Fath, le ministre des Moudjahidine déclare : «L’Algérie doit concrétiser l’idéal espéré par les martyrs du 01.11.1954, qui l’ont libérée du joug colonial, et demeurer à jamais une Algérie digne et forte dans laquelle sont consacrées les hautes valeurs de démocratie et de développement au service du citoyen…Cette célébration du déclenchement de la révolution est un rendez-vous avec une histoire riche en exploits et actes de bravoure, jalonnant le parcours de notre peuple...».

«Une histoire riche en exploits et actes de bravoure, jalonnant le parcours de notre peuple…».

A cette époque, personne ne parlait de Daech et d’état islamique, sinon que de barbarie…Ci-après une série de photos, dans un ordre chronologique, qui démontrent que, du 01.11.1954 et…après l’indépendance, certains Algériens ont réalisé…des exploits.

3

Un musulman découpé en morceaux

1

Un Européen égorgé, éventré, émasculé

15

Adultes et enfants en bas âge torturés par les barbares du «FLN-ALN».

16

Le 08.05.1945 : M. Denier, une des premières victimes des massacres de Sétif.

17

Mai 1945 : obsèques des Européens massacrés à Sétif, Guelma…

4

Le 30.01.1956 : massacre de la famille Cruet : la mère et ses deux enfants.

19

Le 20.08.1955 : à El-Halia, massacre de 45 européens dont la majorité sont des enfants qui furent sauvagement mutilés et égorgés

20

Le 18.07.1956 : à Sidi-Ghalem, ce militaire égorgé.

30

Le 27.05.1956 : au douar Zenata (Remchi), deux musulmans, Benmrah Bouhasoun et Beneli Mohamed, sont torturés par le «FLN-ALN». Ils sont décapités à la serpe après avoir eu la verge sectionnée et enfoncée dans la bouche. Ce genre de tortures et d’humiliations est particulièrement apprécié des terroristes marxistes depuis 1917.

 5

Le 01.03.1962 : à Mers-El-Kebir, près d’Oan, Rosette Ortega, gardienne de stade, violée et massacrée, sa fille Sylvette âgée de 5 ans et son fils André âgé de 4 ans, tous deux les têtes fracassés contre les murs.

18

Le 23.04.1962 : ces volontaires musulmans de l’armée française sont enlevés et atrocement torturés par l’ALN.

21

Le 23.05.1962 : à l’Haouch-Adda (Maison-Carrée), charnier d’hommes et de femmes. (Collection photos: Général Rolet).

22

Ce 31.10.2015 : T. Zitouni prononce l’oraison funèbre de Claudine Chalet (3), décédée la veille puis inhumée au cimetière chrétien d’El-Madania: «C’est une valeureuse moudjahida qui a aimé l’Algérie et les Algériens, tout en donnant une très bonne image de la grandeur de la guerre de libération».

Le 26.01.2016, invité pour trois jours à Paris, T. Zitouni est accueilli tout d’abord, par le président du Sénat Gérard Larcher, au cours d’une audience qui s’est déroulée en présence du secrétaire d’Etat Français chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, et des membres du groupe parlementaire d’amitié franco-algérienne. Les deux parties ont évoqué le rôle que pourrait jouer le pouvoir législatif en matière de mémoire. Puis, Zitouni dînera au Sénat  Il s’agit, en la circonstance, de la première visite d’un ministre algérien des combattants. Par ailleurs, J-M. Todeschini précise qu’une commission de travail française se rendra à Alger les 3 et 11.02.2016.

Le parcours en France de T. Zitouni, du 26 au 28.01.2016 : Vidéo : (https://www.youtube.com/watch?v=CC-mn5E078k ).

Autre vidéo émanant du gouvernement français :

(http://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/video-pour-une-memoire-franco-algerienne-apaisee ).

23

Le 27.01.2016 : T. Zitouni et J-M. Todeschini se recueillent à l’Ossuaire de Douaumont.

C’est une première depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962 : le ministre algérien des moudjahidin se rend à cet ossuaire pour rendre hommage à ses compatriotes tombés durant la Première guerre mondiale.

24

Lors du dépôt de gerbe, J-M. Todeschini déclare qu’il s’agit, dans les deux cas,  «de participer à l’apaisement des mémoires. Des mémoires douloureuses pour nous mais aussi pour l’Algérie…Beaucoup de soldats venus d’Algérie sont morts lors de la Première guerre mondiale et de la Seconde guerre mondiale pour notre liberté, la liberté de la France, la liberté de l’Europe aujourd’hui…»A cette occasion T. Zitouni ne s’exprimera pas du tout.

Ce 27.01.2016, selon le quotidien national algérien d’information «Horizon», T. Zitouni a lancé en outre, un message fort lorsqu’il a dit qu’il n’y avait : «aucun différend» entre l’Algérie et la France, indiquant avoir constaté un changement d’attitude et de ton de la France au sujet des questions liées à la mémoire : «Nous n’avons, avec la France, aucun différend. Nous avons seulement, entre nous, des dossiers en suspens qui empoisonnent constamment nos relations...le langage et le ton ont changé (du côté français) et il en est de même pour certaines positions, notamment celles liées à notre histoire commune…Les Algériens n’éprouvent aucune hostilité ni rancune vis-à-vis du peuple français…Notre histoire commune doit constituer une force pour construire le futur des générations montantes des deux pays», a-t-il précisé, devant les moudjahidins de France et les Français amis de la révolution algérienne, au Centre culturel algérien de Paris.

25

Tombes musulmanes et visite de la Nécropole nationale de Douaumont. Puis, Zitouni, avec J-M. Todeschini, se recueille sur les tombes de soldats algériens et, tous deux déposeront une gerbe au monument musulman, la Kouba. T. Zitouni ravivera la flamme du souvenir.

Le 27.01.2016, T. Zitouni se rend à Verdun, à la Nécropole nationale pour se recueillir à la mémoire des Algériens morts pour la France durant la Premier guerre mondiale. Ce même jour, accompagné de J-M. Todeschini, «T. Zitouni se recueille au pont Saint-Michel à la mémoire des victimes du 17.10.1961, où une plaque commémorative a été apposée sur le quai à partir duquel des centaines d’Algériens ont été jetés dans la Seine…», selon le quotidien algérien «El Watan» du 28.01.2016.

26

Le 17.10.2011 : F. Hollande –premier secrétaire du «PS»- et ses amis algériens, sur le pont de Clichy, avaient déjà précédé T.Zitouni.

27

F. Hollande, éploré, et son conseiller labellisé B. Stora : visages de circonstance… 

Puis, le 28.01.2016, T. Zitouni participera à des entretiens avec le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian puis, avec le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone.

28

Le   28.01.2016 : T. Zitouni et C. Bartolone.

29

Le 11.03.2013 : à Alger, C. Bartolone avait déposé, à Alger, une gerbe au mausolée des «Martyrs» algériens.

(*) Le quotidien algérien «El Watan» du 27.01.2016 : «…Nous espérons que la démarche aboutisse le plus tôt possible. Cette urgence est dictée par le contexte politique en France qui s’apprête à organiser, dans quelques mois, une élection présidentielle.», précise M. El Korso.

(1) Zitouni Tayeb  né le 24.09.1956 à Oran (Algérie française)  -Ministre des Moudjahidines nommé le 05.05.2014. Membre fondateur de l’organisation des enfants de chouhada. (Martyr).

(2) GPRA : Gouvernement provisoire de la république algérienne. Créé le 19.09.1958 au Caire. Entre le 1er et le 11.07.1959, il cède le pouvoir aux militaires

(3)  Chaulet Claudine Simone née Guillot : (21.04.1931-30.10.2015). Dès juin 1956, avec son mari, elle fera partie de l’équipe de l’organe du «FLN», «El Moudjahid». A leur demande, ils seront inhumés à Alger.

Oui, l’Histoire de la guerre d’Algérie reste à écrire. Nous n’y arriverons jamais tant que les deux parties pratiqueront la censure et réécriront à leurs avantages respectifs cette époque commune à nos deux pays. Ils ont tellement de choses à cacher.

1

Retour DELENCLOS Michel. Chercheur en histoire. Biographe.Auteur de «19 mars 1962 ? Waterloo ! » - Prix d’Histoire..

Posté par popodoran à 00:18 - Commentaires [6] - Permalien [#]