Séraphin Raya-CAGNES-2015

JULES ESTEVE nous informe que SÉRAPHIN RAYA, nous a quitté. Enterré le jeudi 21 janvier 2016, ce fut un soldat courageux toujours Volontaire pour servir son Pays, comme la majorité des PN, de l’Armée d’Afrique qui ont participé à toutes les campagnes pour la libération de la France.

Biographie lue par le Colonel Michel Gagnaire lors de sa nomination de "Chevalier dans l'ordre de la Légion d’Honneur".

            Le jeune Séraphin Raya a vu le jour le 7 septembre 1920 à Trézel en Algérie.
En 1941 comme beaucoup de jeunes français de l’époque, il est incorporé le 8 avril, au chantier de jeunesse de Blida, en Algérie d’où il sera libéré le 31 octobre de la même année.
            Refusant la capitulation, Séraphin, à l’instar de nombreux pieds noirs, s’engage le 7 décembre 1941, pour 4 ans, au Régiment d’Infanterie Coloniale du Maroc pour combattre et libérer la Mère Patrie.

            Il va découvrir des pays, des paysages, que lui, jeune pied noir n’aurait jamais imaginé et surtout il va découvrir la guerre :

La Corse, il débarque à Ajaccio le 7 mai 1944,
L’Île d’Elbe, le 26 mai 1944,
Le débarquement sur le sol de Métropole, Toulon le 28 août 1944,
Puis c’est la remontée vers l’Allemagne.
La bataille du Doubs du 16 septembre au 14 novembre 1944,
Celle de la Haute Alsace du 18 novembre au 19 novembre 1944,
La Bataille de Mulhouse du 21 janvier au 9 février 1945,
La remontée de la vallée du Rhin du 10 février au 1er avril 1945,
Et enfin la campagne d’Allemagne du 2 avril au 7 mai 1945.

            Mais, ayant pris le goût de l’aventure et voulant servir son pays, la France, le Marsouin, nom donné au soldat des Troupes de Marine, Séraphin Raya embarque le 19 septembre 1945 pour l’Indochine.

            Pour cette guerre qui se passe loin du sol de France et intéresse très peu nos compatriotes, guerre qui va durer 9 ans, guérilla au début puis guerre cruelle, contre un ennemi difficilement identifiable. C’est la première guerre révolutionnaire à laquelle la France est confrontée et dont les volontaires pour la faire étaient peu nombreux, pour laquelle  aussi la population française ne se mobilisa pas et l’appela «  la sale guerre », guerre qui coûta 50.000 morts à la France.

            Séraphin débarque au Cap St-Jacques en Cochinchine le 19 septembre 1945. Il restera en Indochine jusqu’au 16 avril 1947 et sera libéré de ses obligations militaires le 12 septembre 1947.

Pour tous ces faits d’armes, le Soldat de Première Classe Séraphin RAYA sera décoré :
– Médaille Commémorative 1939-1945 avec barrette «  Libération- Allemagne » ;
– Médaille des Engagés Volontaires ;
– Croix de Guerre 1939-1945 avec citation à l’Ordre du Régiment ; puis une citation collective à l’Ordre de la Division.

Pour l’Indochine :
– Médaille du Corps Expéditionnaire en Extrême Orient,
– Médaille Coloniale avec agrafe « Extrême Orient » ;
– Croix du Combattant Volontaire avec barrette «  Indochine ».
– Croix de Guerre des Théâtres et Opérations Extérieures.

            Le 8 novembre 1944, Monsieur le Président de la République lui a conféré la Médaille Militaire. Et par Décret du 23 avril 2015, le Président de la République l’a nommé Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur.

            Marié à Henriette  le 4 février 1950  à Mostaganem en Algérie, Père de 3 enfants : un fils et deux filles, grand Père de 3 petits enfants, il est également l’arrière Grand Père de 3 arrières petits-enfants. Son épouse nous a quittés en 2011.

            Monsieur Séraphin RAYA a laissé sa terre natale à la fin des événements d’Algérie et il est venu s’installer à Cagnes-sur-Mer pour y exercer son métier de peintre en bâtiment.

            Soldat courageux dont il est noté sur une de ses citations : «  s’est fait remarquer par son calme et son courage sous le feu de l’ennemi », Monsieur Séraphin RAYA a bien mérité de la Patrie et c’est la raison pour laquelle je suis heureux et extrêmement fier aujourd’hui , jour de la libération de Cagnes sur Mer, lui qui a participé à la libération de son pays la France,  heureux et fier de le faire Chevalier de la Légion d’Honneur.

Retour "IN MEMORIAM"