Par Michel Delenclos

Un combattant face à la traîtrise gaulliste.

            JOURDES Serge  né à Meknès  (05.08.1927-06.08.2017) décédé à 10h50, ses cendres sont dispersées en pleine mer      -Père, pilote militaire. En 1939, avec sa famille, il est à Montauban. En 1941, il rejoint son père au  Maroc, avec l'autorisation du maréchal Pétain. Prépare l'école des Arts et Métiers. Ecole de Cherchell en Algérie. En 1948/49, il est aspirant parachutiste au 10è BPCP à Ouezzane (Maroc). Chef de service à l'Electricité et gaz d'Algérie «EGA».  Le 25.10.1955, il est rappelé sous les drapeaux au 2è RPC, à Boufarik, commandé par le colonel Pierre Château-Jobert dit «Conan», avec le grade de lieutenant. Il servira au 2è RPC jusqu'en 03/1956. Le 04.07.1956, il est rappelé au titre de l'Unité Territoriale 156, commandée par le capitaine Marcel Ronda. Lieutenant de réserve, puis nommé capitaine de réserve à compter du 01.10.1959. Effectue une période de 6 mois, dans un commando rattaché au 2ème RPC du colonel Château-Jobert, le «Commando de Réserve Opérationnel» «CORO», puis il est incorporé dans les Unités Territoriales le 04.07.1956. Lors du 13.05.1958, avec Jean Cenac lieutenant de réserve, il garde trois adjoints de Robert Lacoste: Pierre Chaussade, Pierre Maisonneuve et Jean Peccoud, en attendant de les remettre à des officiers de la Sécurité militaire. Le soir du 04.06.1958, il est invité à une réception chez Marcel Weckel, directeur général de l’EGA et, c'est son épouse qui le reçoit, l'époux étant au Palais d'été avec De Gaulle. Commande la Compagnie opérationnelle du 11è Bataillon de l’Unité territoriale «BUT» lors des "Barricades" à Alger du 24.01.1960. Adjoint officiel de Marcel Ronda lors des Barricades à Alger.

 JourdesAlcazar

Jourdes Serge : au sein du Commando «Alcazar» à Alger.

            Incorporé dans le commando "Alcazar" créé le 30.01.1960, puis il est "démobilisé" avec Jean-Jacques Susini, Jean-Claude Pérez et Marcel Ronda, pour être conduit devant le Tribunal permanent des forces armées «TPFA» de Paris. Puis, il est emprisonné durant un mois et demi, à partir de 03/1960.

SouetreJourdes

Les capitaines Jean Souètre et S. Jourdes emprisonnés.

            Inculpé d'atteinte à la sûreté intérieure de l'état et d'occupation illégale d'édifices publics lors des Barricades, il  ressort acquitté, le 02.03.1961 par le «TPFA» de Paris. Lors de la révolte militaire le 22.04.1961, il est à Orléans, où il entre dans la clandestinité. Est arrêté à cause d'un individu qui, lors de son arrestation, avale un papier qui portait le nom de Jourdes.

JOURDESSANTEIMG_20170810_0001

A gauche : S. Jourdes incarcéré à la prison de La Santé, 6ème division.

            Il est alors incarcéré, durant six mois, à la prison de la Santé avec le général Faure, puis est libéré en 10/1961. Est acquitté le 21.09.1961, dans l'affaire du "Complot Paris". Puis, en 10/1961, il entre dans la clandestinité à la demande du colonel Yves Godard qui lui demande de rejoindre l'OAS à Alger. Début 01/1962, dans la clandestinité, il est hébergé chez des amis à Marseille. Rejoint Alger, quittant Marseille le 22.01.1962, avec le colonel de Bertrand de Seze, puis, le colonel Jean Gardes lui confie le commandement de l'ouest Mitidja en 02/1962, où il organise un centre logistique près de Boufarik, en prévision de désertions importantes. Le 24.01.1962, est à Alger où il retrouve les colonels Gardes et Godard et Jean-Claude Pérez. Sur l'exigence de J-C. Pérez, il pend le commandement de la zone Ouest Mitidja, avec pour adjoint, Norbert Phal. Prend alors le pseudonyme d'Henri Cazes. Marcel Weckel et Henri Zamitt, lui fournissent une carte professionnelle de contremaître principal des «Lignes et Postes.». En 02/1962, il organise la zone Ouest-Mitidja, avec le lieutenant parachutiste Norbert Phal, alors responsable de l'ORO : Organisation-Renseignement-Opération. En 03/1962, il lui est recommandé de se rendre à Oued Djer où stationne un commando de l'OAS. Le 09.04.1962, est à Blida, pour récupérer des armes. Sur ordre de Gardes, il quitte Alger avec son commando et entre en France, le 22.06.1962, comme moniteur de colonie de vacances à Chamonix, avec pour nom d'emprunt Henri Cazes. Entre en contact avec les avocats Jacques Isorni et Jean-Louis Tixier-Vignancour qui lui demandent de se rapprocher d'un commissaire, Frigola –lequel participera à l’opération «Réconciliation»-, qui lui propose l'alternative de: "tout arrêter et de reprendre son vrai nom ou de continuer et de quitter la France...". Cette acceptation, le  17.10.1962, lui évite une 3ème comparution devant le tribunal. Ainsi, il bénéficie de l'opération "Réconciliation". Jourdes reprendra donc sa véritable identité. Grâce à l'appui de J. Isorni et de Georges Bidault, il trouve un emploi à la Compagnie générale du Rhône à Lyon, puis à «Edf-Gdf», à Paris. Sachant l'épouse du général Jacques Massu malade, il prend des nouvelles par téléphone. Alors chargé de mission à Orléans, début 1977, pour le compte de la Sté "Rhonalcoop", il rend visite au général Massu dans sa résidence de Conflans-sur-Loing lequel lui rappelle que: "L'Algérie c'est fini, il faut désormais penser à la France..". A la question: "Mon général, vous admirez toujours l'homme du 18.06.1940, avez-vous la même considération pour l'homme des Accords d'Evian?"; Massu lui parle alors de la réfection de sa toiture... Puis rencontre Pierre Debizet –ancien du «SAC» puis soutien de l’OAS- qui lui confie d'importantes responsabilités au sein du «Sac» à Lyon et Jacques Foccart qui lui affirme la non-participation du «SAC» dans la lutte contre l'OAS. Peu avant cette rencontre avec Debizet, il prend conseil auprès du colonel Gardes à Paris et, à cette occasion, rencontre pour la première fois le colonel Buchoud. Le 14.12.2000, avec M. Ronda, il participe à une table ronde lors du congrès du cercle algérianiste, à Neuilly. Le 19.03.2001, à Toulon, avec Jean Billo, Jean-Pierre Carrio, Clément Carrasco-Lanepaban de l'Adep, Marcel Gensollen et Léon Mesnier, il manifeste contre le 19.03.1962. La relation de ses contacts avec le «SAC», avec Robert de Saucourt qui est confirmée le 18.12.2003 par Jean-Claude Pérez, ancien responsable de l'Oas-Alger. Rédacteur en chef de "Rizières et Djebels", revue trimestrielle. Président départemental du Var de la section «ACUF» de Toulon. Membre actif de l'ADIMAD-sud en 2003 puis il rejoint l'Adep dont l'actuel président est Athanase Georgopoulos.

JOURDESREPASIMG_20170810_0001

Lors d’un repas organisé par l’ADEP :   à droite : Lucien Mas («OAS» Oran), F. Delenclos, S. Jourdes. (Photo : Michel Delenclos). .

            Présent à Hyères à l'exposition "Algérie Française" organisée par le Cercle algérianiste, du 17 au 19.04.2003. Dans le no 15 de 04/2004 de l'organe de l'AMEF, il donne sa version de son adhésion au «SAC». Le 29.04.2004 à Cagnes-sur-Mer, il est élu vice-président de l'Adep. En 2004/05, il est le délégué de Provence-Alpes-Côte d'Azur de l'association "Les amis de R. Salan". Le 28.08.2004, est présent à la cérémonie du "Carrefour Salan" à Toulon, aux côtés de Henri Long, Bernard Zeller et de M. Ronda, à l'occasion du 60è anniversaire de la libération de la ville. Le 23.04.2005 au Cannet, est présent à l'Ag de l'Adep. Le 06.06.2005, représentant l'association des «Amis de R. Salan» «ARS», il participe à la manifestation organisée par l'ADIMAD au cimetière de Marignane.

JourdesSerge

Le 24.01.2007: remise du fanion de l’unité territoriale du 11ème BUT. De gauche à droite: Robert Saucourt, Marcel Ronda, Serge Jourdes, Albert Saupagna.

Ce 24.01.2007, 47 ans après la fusillade des barricades, à Alger, le fanion de la Compagnie opérationnelle du 11ème bataillon des unités territoriales «BUT», dont le parrain était le général Jacques Massu, entre à la Maison du Maréchal Juin, à Aix-en-Provence. Gardé et conservé par A. Saupagna depuis 47 ans, les capitaines de la Compagnie de Choc, M. Ronda, S. Jourdes, remettent celui-ci à R. Saucourt, président de l’association pour la Mémoire de l’Empire français. L’U.N.P est alors représentées par le président national, le général Piquemal, accompagné du secrétaire général, présents également, Messieurs Barrielle délégué départemental du 9ème RCP, de Jean-François Collin président de l’ADIMAD, des présidents d’associations de rapatriés et, de M. Choreau, premier adjoint représentant la député-maire d’Aix. Dans le bulletin n° 20 du 1er trimestre 2009 des «Amis de Raoul Salan «ARS», il raconte ses souvenirs avec, notamment, le colonel Yves Godard.

Le 23.08.2008, Jourdes participe à la commémoration de la libération de Toulon, au carrefour du «colonel Salan», en présence de l'adjointe au maire, Ghislaine Ruvira et de B. Zeller. Le 22.04.2009, à Aix-en-Provence, est signataire de la «Charte nationale des Français d'Algérie et leurs amis», aux côtés de Etienne Muvien, Maurice Villard, Alain Algudo, Fred Artz, Pierre Descaves, Joseph Hattab Pacha, Gabriel Anglade, Jean-François Collin, Anne Cazal, Pierre Barisain, Jean-Pierre Rondeau. Le 28.08.2009, avec B. Zeller, dépose une gerbe, dans le cadre de la commémoration de la libération de Toulon. Le 07.09.2009, il est cosignataire d'une lettre d'information, avec J-F. Collin, Joseph Daparo, Jean-Pierre Hollender, Philippe de Massey et J-P. Papadacci, tous membres d'un «Groupe de vigilance», annonçant, sur leur requête, la comparution pour le 15.09.2009, devant le T.G.I d'Aix-en-Provence, du président du «CDHA», Joseph Pérez, qui, selon eux n'est qu'un «président de fait du Cdha». Le 29.09.2009, le juge des référés, après en avoir récusé quatre, déboute les demandeurs, les condamnant aux dépens et à dédommagement. Le 28.08.2011, lors de la traditionnelle cérémonie au carrefour général R. Salan à Toulon, il transmet le relais à l'ADIMAD qui se chargera désormais de cette mission. Le 07.08.2017, lendemain de son décès, des membres de l’ADIMAD MRAF, Jean Billo, Jean-Pierre Papadacci, Joseph Daparo et Régis Guillem, présentent leurs condoléances à l’épouse de Serge Jourdes, sa fille Florence et son gendre Christophe.

DELENCLOS Michel : auteur de «19 mars 1962 ? Waterloo !», Ed. L’Harmattan. Prix d’histoire. Référencé à l’Académie des Sciences d’Outre-mer.  Chercheur en histoire. Biographie. 

BIOGRAPHIE :

De G. Fleury "Histoire secrète de l’Oas", Ed. Grasset, 19.10.2002.

De V. Quivy "Les soldats perdus", le 15.04.2003.

De F. Audigier "Histoire du « SAC» la part d’ombre du gaullisme", Ed. Stock, le 15.10.2003.

De O. Dard "Au cœur de l'Oas", Ed. Perrin, 17.11.2005.

De Philippe Lamarque «Les unités territoriales en Algérie (1955-1960)», Ed. Sides, le 23.02.2006.

 Retour "IN MEMORIAM"