Cérémonies et Messes en Mémoire des Victimes de la fusillade du 26 mars 1962 à Alger auxquelles sont associés les  disparus, les harkis, les   victimes civiles et militaires tombées ou disparues notamment le 5 juillet à ORAN

 


LE MARDI 26 MARS A 11 heures

En Mémoire des Victimes de la fusillade du 26 mars 1962 à Alger,

Une messe  sera célébrée  en l'Eglise Saint-Nicolas du Chardonnet,

23 rue des Bernardins  Paris 5ème (Métro Maubert-Mutualité)

10

Depuis le 26 mars 1999, dans cette paroisse la statue de Notre-Dame d’Afrique veille définitivement sur la plaque dédiée à nos morts

et à 14h30

cérémonie de recueillement

au Mémorial National de la guerre d'Algérie

Quai Branly, à Paris (7ème).  ( face à l’avenue de la Bourdonnais)

11

association des familles des victimes du 26 mars 1962

et à 17h45

avec l’association Souvenir du 26 mars

Ravivage de la flamme,  Arc de Triomphe

Rassemblement angle rue de Tilsit – Champs- Elysées (Place de L'Etoile -Paris).

12


COMMÉMORATIONS EN PROVINCE

ANGERS : 19h : Messe à la chapelle Noël Pinot 27 rue St Joseph contact  

AVIGNON : 16H45  Cimetière St Véran,  dépôt de gerbes devant la stèle.  

BOURGES : 11 heures : Dépôt de gerbes stèle anfanoma au cimetière Saint Lazare Supérieur

CAEN :      10h45, dépôt de gerbes stèle  anfanoma au cimetière St Gabriel

CLERMONT FERRAND :  11h 30  dépôt de gerbes à la stèle  au cimetière St Jacques  

 et à 18h30 messe en l’Eglise Saint-Pierre des Minimes (place de Jaude)

GRASSE :  10h messe en  la Cathédrale Notre Dame des Fleurs  suivie d’une cérémonie avec  dépôt de gerbes,  à la stèle anfanoma au cimetière Ste Brigitte.

MARSEILLE : 16h messe au Sacré Cœur, Ave du Prado

MONTELIMAR :  11h Dépôt de gerbes, sonnerie aux Morts au cimetière des Trappistines devant la stèle  anfanoma

PAU :   17h00,  dépôt de gerbes à la  stèle  au Cimetière de Pau,

              18h, Messe en l’Eglise Saint- Louis –de- Gonzague

PIERRELATTE :  11H dépôt de gerbes à la  stèle  anfanoma située au cimetière de la Roseraie

TOURS : 10H30, dépôt de gerbes à la  stèle anfanoma située au  cimetière La Salle de Tour

CÉRÉMONIES VUES SUR LE FLASH INFO JPN

 

Magnifique et poignant de vérité! Merci à Robert Ménard et bravo à son courage.

Honte à ceux qui travestissent l'Histoire !
"Mesdames, Messieurs,
Merci d’être là, d’être là pour tous ceux qui sont tombés, le 26 mars 1962, rue d'Isly, à Alger.
Que reste-t-il, aujourd’hui, de cette tuerie de la rue d'Isly ? Quelques témoignages, le son des balles, des figures qui courent sur un film en noir et blanc. Une mémoire éparpillée au vent de l'Histoire, des bribes de souffrances tues, cachées, une date quasi effacée, j’allais dire presque interdite de ce qu’on enseigne de cette Algérie qui fut française.
Tout juste une semaine après la signature des Accords d'Evian, les Français d'Algérie avaient voulu manifester. Un rassemblement empreint de désespoir pour tout le petit peuple pied-noir.
Le monde, leur monde, notre monde, mon monde venait de s'écrouler. Mais fallait-il encore se faire tuer par ses propres compatriotes ? Fallait-il que le destin s'acharne à ce point ?
Je ne vais pas polémiquer, je ne vais pas poser les questions qui dérangent, je voudrais juste dire l’horrible indifférence du pouvoir, les soldats la peur au ventre, l’air quasiment irrespirable.
L'Algérie était une Atlantide en sursis. L'Algérie coulait dans l'océan de l'inconnu.
Les semaines qui suivirent furent des pages barbares marquées d’horreur et d’effroi. Loin des ministères parisiens, loin des rédactions de la capitale, tout le monde en avait conscience au sud de la Méditerranée, ce qui était encore chez nous.
Je ne vais pas polémiquer, disais-je, mais rappeler quand même que ce 26 mars 1962 est un démenti, un démenti cinglant, sanglant à tous ces révisionnistes qui, commémorant le 19 mars, veulent nous faire croire que la signature des accords d’Evian marquait la fin de la guerre en Algérie. Des menteurs, des falsificateurs.
À ces pseudos historiens, à ces pseudos journalistes et, plus triste encore, à ces pseudos enseignants, je dis pour vous et pour moi : vos mensonges, nous les combattrons encore et toujours. Il en va de l'honneur de ceux qui sont morts après le 19 mars, il en va du respect de nos morts.
Tant que je serai maire de Béziers, je ne célébrerai pas le 19 mars, tant que je serai maire de cette ville, nos drapeaux seront en berne le 19 mars.
Falsificateurs, révisionnistes : sachez que les 80 morts, les 200 blessés de la rue d'Isly vous observent, ici et de là-haut.
Sachez que votre version mensongère de ce qui s’est passé ce jour-là en Algérie n'aura pas toujours valeur de vérité. Les dogmes, tous les dogmes officiels finissent par être abattus, à un moment ou à un autre.
Quand on réhabilitera l'Algérie de nos pères et des pères de nos pères, quand on reconnaîtra enfin l'épouvante de la rue d'Isly, les âmes de nos ancêtres retrouveront la paix.
C’est aujourd’hui la seule chose que j’espère. Pour ne pas être à jamais les perdants de l’histoire, qu’on caricature, qu’on offense, qu’on moque, qu’on méprise.
Je crois que les Français d’Algérie méritent mieux, que les victimes de la rue d’Isly méritent mieux ! Ils sont le sel de notre terre.
Pour nos morts ! Vive la France ! Vive la France en Algérie !"
Robert Ménard, maire de Béziers
26 mars 2019 - Hommage aux Français victimes du massacre de la rue d'Isly à Alger.

Retour aux commémorations